• … jusqu'au 21 février ( cette fois ci, j'ai vérifié la date… )


    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.





    9 commentaires

  • N'utilisant quasiment plus de déodorant depuis ma découverte de l'exfoliation quotidienne des aisselles (lire ici), je teste l'efficacité d'un maximum de matières gratteuses.


    Pas si simple. Si c'est trop râpeux, ça fait mal… et on a donc tendance à ne pas bien frotter, si ça ne l'est pas assez, l'effet grattounette n'est pas suffisant. Par ailleurs, j'ai remarqué aussi que le gant exfoliant ne doit vraiment pas entrer en contact avec du savon, sinon, ça ne marche pas. Il ne faut donc l'utiliser que sur des zones indemnes de toute crème ou  substance lavante, sinon, il s'en imprègne, et même légèrement, ça suffit pour que l'éradication des odeurs capote…

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat150.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. En me baladant dans Paris, j'ai découvert un peu par hasard un gant vendu comme exfoliant pour le visage, taillé dans une matière présentée comme révolutionnaire. Il est en élastomère et sa structure est en nid d'abeille. J'ai tout de suite pensé à son détournement. J'ai un peu ricané avant de l'acheter (chez Kiria, boulevard Saint Germain) et j'ai pris la plus petite taille, assez mesquine je trouve, -il couvre les phalanges, pas plus- vu son prix (près de 10 euros, j'ai payé un peu moins, il était un peu soldé) et puis, bien sûr, j'ai essayé. Premier jour: pas mal, deuxième: mieux encore et ainsi de suite… J'en ai été si satisfaite que j'ai alors tenté l'expérience ultime, version cochonnette: j'ai passé un jour sans prendre de douche… en me reniflant discrètement mais régulièrement les aisselles. Résultat impeccable, au-delà de mes expériences. Ce gant qui me semblait un simple gadget est un vrai pro de l'exfoliation, sans même arracher la peau.

    côté gratteur, non coloré


    côté masseur, coloré.
    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat150.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Son petit nom: SpaCells (avec ce matériau développé à l'origine pour l'aéronautique, on fait aussi des coussins et des matelas anti escarres, des semelles de tongs, etc. ). Il existe en plus grande taille, mais après tout, pour les aisselles, le plus petit modèle suffit.
    Le site américain où la matière est présentée: ici


    Edit 21/02/2007

    Je suis partie trois semaines en Inde munie de ce gant magique et j'y ai poursuivi les tests d'efficacité  sans même emporter de déodorant…
    Bilan positif à 100% pour l'expérience cochonnette sous les Tropiques: le gant gratteur aérospatial et alvéolé est vraiment l'as des as. Aucun souci odorant, même après crapahutages prolongés en plein cagnard …
    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat150.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.J'en suis encore toute épatée



    23 commentaires



  • Michèle m'avait offert l'été dernier une crème pour le corps dont elle a mis la formule sur Potions et chaudron. Elle a eu l'effet inattendu, outre le délicieux confort cosmétique qu'elle procurait, de guérir sur une jambe une plaque d'eczéma des plus récalcitrantes (aux ordonnances de deux dermato et à la cortisone). Je l'indique ici car
    cette formule fait partie de mes favorites et je m'en suis inspirée à plusieurs reprises, en la modifiant bien sûr.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif7/lapin28.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. L'hydratant poivré amazonien de Michèle


    - Phase grasse

    10% beurre de coco bio
    4% squalane d'olive
    3.5% alcool cétéarylique
    3% huile d'andiroba
    2% beurre de karité
    1.5% cétéaryl glucose (végétal de Bilby)
    0.1% anti-oxydant aox-cos (pour protéger les HV avant le chauffage)


    - Phase aqueuse

    54.7 eau de source
    10% silicium organique (Bilby)
    3% glycérine végétale
    1% allantoïne
    0.3% benzoate de sodium
    0.2% gomme xanthane


    - Troisième phase

    2% aloe vera conc. x40
    1% NFF
    1% mixed tocopherol (pour un effet anti-oxydant sur la peau)
    1% sea silk
    1% HE (poivre noir, orange douce, lavande off., ylang extra, patchouli)
    0.5% arrow root
    0.2% EPP concentré (Bilby)

    Acide lactique pour ajuster le pH.


    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif7/lapin28.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Mon interprétation favorite:


     
    Lait réparateur  pour le corps aux quatre hydrolats

    (Pour 400g de produit fini environ)

    -Phase huileuse
    40g beurre cacao
    9g squalane
    9g huile inca inchi
    8g alcool cetylique
    4 g acide stéarique
    12g cétéaryl glucoside
    2g amidon de riz
    40gouttes antiox

    -Phase aqueuse
    45g hydrolat ylang
    45g hydrolat achillée
    45g hydrolat lavande
    45g hydrolat sauge sclarée
    40g silicium organique
    12g glycérine
    2 g allantoine
    4g Teinture Mère de rosa damascena
    0,8g gomme xanthane

    -3° phase
    8g aloe concentré
    4g NFF
    40 gouttes EPP
    10 gouttes elixir calling all angels
    8g huile d'andiroba
    6g huile d'inca inchi
    20 gtes HE (huile essentielle) poivre noir
    5gtes HE girofle
    90gtes HE ylang ylang
    10 gtes HE géranium bourbon
    15 gtes HE néroli
    40 gtes extrait CO2 calendula

    40gtes macération de rocou dans jojoba, un cadeau de Michèle que j'utilise pour sa couleur et son pouvoir anti oxydant.




























    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif7/lapin28.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Mes variations par rapport à la recette initiale

    *J'ai incorporé l'huile d'andiroba (et un supplément d'huile d'inca inchi) en troisième phase, sans chauffer donc, pour renforcer leurs propriétés curatives.
    *J'ai fait un cocktail d'hydrolats anti inflammatoires et/ou apaisants. (Même si l'émulsion finale se fait à chaud, j'espère qu'ils n'ont pas perdu  toutes leurs propriétés).
    *Je n'ai pas mis de karité pour pouvoir ajouter d'autres huiles
    *j'ai préféré ajouter l'amidon en phase huileuse comme je le fais toujours (au fond du récipient, beurre et huiles par dessus). Je trouve que de cette manière, il s'incorpore très bien.
    *Comme j'ai de l'alcool cétylique et non cetearylique, j'ai rajouté de l'acide stéarique.

    *J'ai également ajouté:
    -de l'extrait CO2 de calendula
    -de la teinture mère de rosa damascena
    -de l'elixir calling all angels, trois éléments apaisants à titre matériel… ou spiritu
    el
    -et j'ai bien sûr choisi les HE pour des raisons à la fois thérapeutiques et olfactives.
     
    *Enfin, j'utilise le pépin de pamplemousse comme conservateur.





    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif7/lapin28.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Ce lait fabriqué depuis plus de trois mois n'a pas bronché (j'avais conservé ce qui me restait au froid). Je viens de ressortir le dernier tube pour soigner la plaque d'eczema qui a réapparue (après immersion dans  un bain de pétales de rose … non bio, histoire insolite un peu compliquée à détailler ici… et dont je montrerai seulement une photo).



    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif7/lapin28.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. C'est d'ailleurs en constatant à nouveau l'efficacité de ce lait que j'ai décidé d'indiquer sa formule: la plaque s'est déjà presque résorbée. Je suppose que son succès est lié à la conjugaison de nombreux ingrédients à visée anti inflammatoire ou réparatrice comme l'huile d'andiroba, l'allantoine, le silicium, l'extrait de calendula, etc.
    Donc, une fois de plus, un grand merci Michèle, initiatrice de la formule.


    20 commentaires
  • J'ai guetté impatiemment l'arrivée hivernale des citrons bergamote dont le parfum m'emballe.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Meteo-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Puis j'ai fait, comme l'an dernier, une fournée d'orangettes avec plusieurs agrumes (bio impérativement) en reprenant la recette aussi délicieuse que simplissime de Sandra du Pétrin, dont le blog est un vrai péril sucré. Je la suis fidèlement car elle fonctionne très bien. C'est la raison pour laquelle j'ai décidé d'en parler, même si je n'ai rien modifié sinon le mélange d'agrumes et des micro-variations dans le déroulement. 
     
    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Meteo-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.J'ai choisi et mélangé au confisage: pamplemousse, oranges, citrons, citrons bergamote, et même kumquats. Petit souci avec les kumquats dont la peau est bien plus fine que celles des autres agrumes.
    Quand je prélève les zestes, je laisse volontairement un peu de peau blanche pour avoir de la consistance après le confisage.


                    J'arrète la cuisson quand les écorces deviennent translucides et je les fais sécher sur une volette

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Meteo-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Déroulement

    Le soir
    -nettoyage des agrumes à la brosse. Je les coupe en lanières avant de les blanchir, je trouve ça plus facile.
    -blanchissage des lanières dans quatre eaux, la première étant salée. Je pèse les écorces égouttées et refroidies. Je fais un sirop en suivant les proportions données par Sandra: à poids égal avec les lanières, autant d'eau de source que de sucre cristal (C'est l'une des rares occasions où je n'emploie pas de sucre roux).
    -puis je fais trois trempages successifs des lanières dans le sirop bouillant, cinq minutes à chaque fois. Filtrage, refroidissement entre chaque trempage. La     troisième fois, je laisse les écorces barboter la nuit dans le même sirop qui s'est déjà concentré.

    Le lendemain matin

    -deux autres trempages dans le sirop bouillant (j'en rajoute un par rapport à la recette initiale). A la fin, il ne reste presque plus de liquide au fond de la casserole. L'an dernier, j'avais étalé le confisage sur trois jours, pas mal non plus. On peut donner un bouillon le matin avant de partir travailler, et le soir avant de se coucher. Plus ça confit lentement, plus le parfum prend à cœur.

    Je conserve les orangettes (non trempées dans du chocolat, car je m'en sers aussi dans les desserts, coupées en petits tronçons) sur du papier sulfurisé dans une boite en métal.


    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Meteo-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Liens

    -le blog savoureux du Pétrin

    -les merveilleuses recettes à base d'agrumes et de jus d'agrumes de l'un de mes blogs favoris. Aussi gourmand qu'érudit, rédigé avec grâce et souvent drôlerie, la cuisine du jardin, -Lugar do olhar feliz-, est une ode à la beauté charnelle et comestible des fruits et des légumes, un vrai bonheur de lecture enrichi de photos magnifiques.

    -sur les citrons bergamote (citrus bergamia) et leur emploi en cuisine notamment: ici

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Meteo-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Meteo-001.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

    14 commentaires



  • … jusqu'au 23 mars… heu 23 janvier (envie de vacances…)
    L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/vehicules/bateaux/bateau_56.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

    11 commentaires

  • Après tant d'essais et de formules, voici un  bilan provisoire  (avec renvois aux articles) des baumes que j'ai déjà tentés. Je ne mets pas systématiquement toutes les formules sur le blog, car j'imagine souvent de nombreuses variantes  autour d'une recette. J'en indiquerai ici quelques unes dont les senteurs m'ont vraiment enchantée ou dont l'efficacité m'a intéressée.

    Un rappel: un baume est produit sans phase aqueuse. Il se conserve donc très bien (surtout s'il renferme de l'extrait de pépins de pamplemousse et des huiles essentielles) et il est un merveilleux support de parfums, car les odeurs aiment le gras qui les exalte.

    J'utilise des baumes:
    -pour les lèvres
    -pour les pieds et les mains
    -pour le plaisir du parfum
    -pour des soins aux bébés quand je fais des cadeaux
    - dans un but thérapeutique.

    Pour le visage en revanche, et même pour le corps, je préfère les émulsions ou les cérats qui comportent une phase aqueuse, même si elle reste modeste dans le cas des cérats.
    Certains baumes sont si odorants que je peux les employer comme du parfum pour le corps (j'en mets un peu par dessus un lait). C'est pratique en voyage.



    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif2/pompom-orange1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Baumes à la cire d'abeille

    Un mot sur la cire d'abeille. Sa qualité influe incroyablement sur la texture finale du baume. J'ai longtemps travaillé avec une cire brute, au parfum délicieux mais bien trop raide. Puis j'ai découvert la cire fine, bio, en feuilles du site anglais Aromantic (Bilby aurait la même) qui vient du nord de l'Europe, une vraie merveille. En raison de ma consommation importante, et aussi parce que je cherchais à m'approvisionner en France, j'ai acheté de la cire bio en feuilles chez Ickowicz. Elle est bonne, pas aussi fine que celle d'Aromantic, car plus forte. J'ai dû ajuster à nouveau les formules en diminuant les quantités de cire.
    Donc: si vous essayez une de mes recettes, vous n'aurez pas toujours le même résultat que moi selon la cire que vous employez. N'hésitez donc pas à ajuster les proportions de cire. Sur la formule du cérat par exemple, j'enlève un gramme avec ma nouvelle cire.

    J'ai beaucoup joué avec le beurre de karité brut, que je trouve si intéressant dans les baumes. Néanmoins, en le combinant avec la cire d'abeille, il donne souvent des résultats un peu raides. Même si le produit se révèle très efficace, ça ne me satisfait pas complètement. J'ai ajouté de l'amidon pour améliorer le toucher, mais ce n'est pas encore tout à fait ce que je souhaitais obtenir.
    J'ai donc ensuite joué avec l'huile de coco, qui apporte un glissant cosmétique formidable, mais qui est moins thérapeutique que le karité.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/pompom-jaune.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.  Articles et recettes

    -Sur Spiezia, la marque anglaise qui m'a fait tomber amoureuse des baumes…

    -Sur les utilisations de la cire d'abeille

    -Un baume pour les ongles et les mains à la cire d'abeille et à l'huile de coco (et d'autres huiles) avec un soupçon d'aloe (donc c'est un quasi-baume) dont la texture a été particulièrement réussie.

    Deux variations pour bébé

    Baume lavande-karité pour bébé


    12g cire abeille
    25g beurre de  karité
    20g macérat de  lavande
    43g  huile de jojoba
    3 gouttes HE  lavande vraie

    Baume souci-camomille pour bébé

    12g cire d'abeille
    8g macération huileuse de souci-camomille romaine dans huile abricot bio
    et huile de baboab
    64g huile de jojoba bio
    5g AOX cos


    -Le pas à pas des baumes moelleux à la cire d'abeille et à l'huile de coco
    . Selon a qualité de la cire, on peut parfois diminuer d'un gramme la quantité dans la formule indiquée.

    -une très belle recette de "miel pour les cheveux" à la cire d'abeille et huile de coco, un avant-shampoing qui incorpore de nombreuses huiles végétales, particulièrement moelleux en raison de la petite quantité de cire.

    -Ma recette de base pour les baumes à lèvres: première version Aujourd'hui, je n'y mets plus de propolis, j'y suis allergique…

     -La description du procédé pour le baume à lèvres vanille-coco-cacao sur le blog collectif Potions et chaudron

    Deux autres variantes de baumes à lèvres

     L'un de mes préféréz pour son parfum: rose-vanille-coco-cacao


    30g huile coco à la vanille (macération maison)
    5g beurre de cacao
    30g macérat de pétales de rose dans huile de jojoba et d'onagre onagre
    10g cire d'abeille
    3gouttes AOX COS
    15gouttes HE de  rose otto diluée à 5%

     Très réparateur: vanille-coco-argan

    32g macération de vanille dans huile de coco
    3g beurre cacao
    15g huile jojoba
    15g huile d'argan
    10g cire d'abeille

    -Deux baumes de Noël: -anti crève
    -précieux pour l'esprit et le corps (parfum particulièrement apaisant)


    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif2/pompom-orange1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Baumes à l'acide stéarique

    J'ai découvert une formule de baume qui combinait le karité à l'acide stéarique. Qaund j'ai eu la curiosité d'essayer,  bingo: le résultat a été au delà de mes espérances, surtout si on ajoute aussi de l'huile de coco. Un vrai rêve de souplesse. Même plus la peine d'ajouter de l'amidon, car les baumes à l'acide stéarique pénètrent très vite.
    La richesse en acide stéarique du beurre de karité (merci, Michèle… ) explique peut être la finesse du résultat.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/pompom-jaune.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Articles et autres recettes

    La révélation: les baumes à l'acide stéarique :-baume spécial aux agrumes
    -baume pour les rêves

    Deux autres formules données sur Potions et Chaudron, blog collectif:
    -baume pour bébé
    -baume à la rose


    Deux variations parfumées:

    Baume apaisant encens-mandarine

    46g karité
    25g huile coco indienne
    5g beurre d'aloe
    2g acide stéarique
    15g sésame
    2g rose musquée
    2g argan
    5gouttes anti ox
    5gtes EPP
    huiles essentielles et extraits CO2
    20gtes extrait CO2 argousier
    20gtes extrait CO2 carotte
    20gtes mandarine
    15gtes vetyver
     30gtes encens
    10gtes lime
    3gtes néroli

    Baume mains et pieds pour garçons

    46g karité
    24g huile coco
    6g beurre coco
    15g sésame
    4g macérat matricaire
    2g acide stéarique
    5gtes anti ox
    huiles essentielles:
    20gtes rose diluée
    20gtes lavandin super
    15gtes vetyver
    10gtes extrait CO2 calendula
    20 gtes roucou dilué



    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif2/pompom-orange1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Baumes au karité (sans cire d'abeille ni acide stéarique)


    A chaud
    , c'est à dire en faisant fondre le karité au bain marie sans cire d'abeille, j'en ai beaucoup fait, plus ou moins minimalistes, en incorporant de l'amidon pour alléger le toucher gras.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/pompom-jaune.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Articles

    -La première formule que j'ai donnée (et beaucoup utilisée) est ici. Elle fonctionne bien, aujourd'hui, je la trouverais trop rustique. Mais pour débuter, c'est inratable…
     
    -Une variante intéressante, avec ajouts d'autres beurres, plus mous, ce qui assouplit le résultat:  baume flamme de lune ici

    -un autre baume au karité avec ajout de macérat huileux, très efficace et d'un beau vert dû à l'HE de matricaire ici

    -encore un baume au karité, rose-vanille-ylang, que j'avais fait pour un swap.

    A froid, ce qui préserve les vitamines du karité, je recommande vraiment de tenter la chantilly de karité, solution archi minimaliste qui donne des résultats très agréables, pour peu qu'on incorpore aussi des huiles essentielles.
    On peut également essayer d'ajouter des huiles végétales, mais je trouve que le karité seul se suffit à lui même et pénètre plus vite.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/pompom-jaune.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Articles

    -la recette de la trituration de karité à froid. Celle que je donne incorpore un hydrolat, donc ce n'est plus un baume. Mais la technique reste la même si on se contente d'ajouter des huiles, et alors, ça reste un baume.

    -la recette de la chantilly de karité

    -variantes avec d'autres ingrédients sur le blog collectif Potions et chaudron


    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif2/pompom-orange1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Curiosités

    -Le baume au souci frit dans de l'huile de palme, une interprétation d'une recette de Maria Treben: comme je l'écris…une curiosité expérimentale.

    -Un de mes essais avec du saindoux bio

     Le saindoux (qu'on appelait aussi axonge) donne une texture d'une finesse incroyable, mais il s'oxyde très rapidement. Frais il ne sent rien, sinon… il vire au rance.

    Baume à la rose

    Faire macérer à la chaleur douce mais à l'abri de la lumière des pétales de roses odorantes dans du saindoux bio filtré (le faire liquéfier avant d'ajouter les pétales) en ajoutant impérativement un anti oxydant. Filtrer au bout de trois semaines. Ajouter selon la quantité de saindoux un peu d'huile essentielle de rose. On obtient un baume d'une finesse merveilleuse.


    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif2/pompom-orange1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Les quasi baumes: les baumes meringue

    J'indique pour mémoire les variations sur les baumes meringues, une merveilleuse recette dénichée par Michèle. Néanmoins, s'il y a  de la glycérine ou de gel d'aloes même en dose mini dans la formule, il ne s'agit plus tout à fait de baumes, puisque ces deux ingrédients sont comptabilisés comme des élèments d'une phase aqueuse… Ce sont donc des quasi-baumes. Leur texture crèmeuse est magnifique, mais j'ai cessé de les utiliser pour le corps car je les trouve un peu desséchants à l'usage.



    27 commentaires
  • Pour de futurs voyages, je voulais me préparer une crème pour le corps super hydratante, aux propriétés calmantes, mais aussi résistante aux variations de température. Bref, une potion magique à la fois soyeuse et costaud.


    De temps en temps, je vagabonde sur internet et quand je déniche une formule cosmétique qui m'inspire et/ou l'intrigue, je la mets de côté. En relisant ces recettes en réserve, j'en ai retrouvée une qui me paraissait proche de ce que je souhaitais faire, surtout si je m'amusais à la bidouiller et à la sophistiquer un peu. La source indiquée: 

    L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_04.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Beeswax Recipes From Super Formulas
    de: Elaine C. White, Valley Hills Press: Miss. 1993.

    La phase aqueuse est composée uniquement de gel d'aloes, l'émulsifiant est de la cire d'abeille, et il y a de l'huile de coco dans la formule initiale calculée en cups et ounces. Je l'indique ici pour montrer de quoi je suis partie… et sa grande simplicité peut intéresser. 

    «This is a great recipe that does not spoil easily without the aid of refrigeration. It makes about 2 cups of lotion.

    L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_04.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
    1 cup of aloe vera gel
    1 teaspoon of lanolin
    1 teaspoon of pure vitamin E oil
    1/3 cup of coconut oil
    1/2 ounce of beeswax
    3/4 cup of almond oil
    Up to 1 and 1/2 teapoons of essential oil of your choice or more to prolong scent».

    En m’inspirant de mes récentes expériences baumesques, je me suis lancée. J’ai décidé d’ajouter de l’acide stéarique pour un toucher fondant, de diminuer la cire d’abeille au minimum. Avec ces deux co-émusifiants, j'ai fait l'impasse sur la cire émulsifiante, à la différence du lait aux agrumes, réalisé récemment, (qui renferme également de l'acide stéarique). J’ai légèrement ajusté les pourcentages des ingrédients et bien sûr affiné leur choix.

    Crème pour le corps à l'aloe

    80ml gel d'aloes
    2ml lanoline végétale

    26ml huile de coco
    5g acide stéarique
    2g cire abeille
     5 gouttes anti ox

    60ml d’huile végétale.
     j’ai choisi:
    -40ml huile de sésame (anti peau sèche)
    -3ml  huile d'andiroba (je l'utilise comme anti eczema sec, anti-inflammatoire)
    -10ml  macérat rose-laurier  (calmant)
    -2ml huile d'aguaje (anti oxydante, dénichée par Malégria en Amazonie péruvienne)
    -5ml  huile d'amandons de pruneaux (pour le parfum)

    15gtes EPP
    5g soothex (anti inflammatoire puissant à base d’extrait d’encens)
    20gtes extrait vanille
    30gtes HE ylang ylang
    15gtes He rose bulgare diluée
    5gtes HE santal
    5gtes élixir “calling all angels“
    3Ogtes mélange calmant d'extraits CO2 (à parts égales: rose musquée-calendula-argousier)

    .
                               La couleur jaune puissante est due au mélange d'extraits CO2 et à l'aguaje, orangée.

    L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_04.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Procédé

    *Mixer l'aloes et la lanoline
    *Faire fondre au bain marie coco+cire+acide stéarique+ anti ox. Rajouter ensuite le reste des huiles.
    *Verser en filets sur l’aloes en mixant, comme pour faire une mayonnaise. Après un état intermédiaire un peu bizzare, ça prend assez vite en crème, arrèter quand ça a pris.
    Rajouter le reste des ingrédients en mixant de temps en temps, mettre en flacons (pompe éventuellement).

    L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_04.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. La consistance est ferme, mais pas trop. Il faut pas mal parfumer pour neutraliser la fadeur de l’aloes. Sur la peau, le résultat est vraiment impeccable. C'est très hydratant, pas gras, pas de trace blanche, et on obtient un petit effet film très agréable. Surprise inattendue:le mélange corsé d'anti inflammatoires a calmé une douleur à l'orteil. Donc, un regret: de ne pas en avoir assez préparé…



    30 commentaires
  • Depuis plusieurs semaines, j'ai une nouvelle addiction: la pâte de coing. Souvenirs d'enfance qui se sont éveillés (ma grand mère paternelle en faisait)… ou tout simplement gourmandise à l'état pur… en tout cas, une chose est sûre: j'en rêverais presque la nuit…


     J'en ai d'abord trouvé au marché auprès d'un vendeur de produits portugais, et même si j'ai constaté après coup que cette pâte renfermait deux conservateurs pas top du tout, j'ai tout englouti. Puis j'en ai déniché, faite maison, au marché de Bandol, lors d'une virée dans le sud. Cette pâte n'a pas trainé longtemps. J'en ai encore trouvé (à ce moment ma quête était devenue quasi- obsessionnelle), made in Spain  chez un… marchand de fromage, à la coupe…  sans étiquette…

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules139.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je me promettais bien d'en fabriquer, encore fallait-il arriver à dénicher une matière première correcte. Bingo: lors de mes vacances en Bretagne, à deux reprises, j'ai enfin découvert de magnifiques fruits, que je n'ai même pas pensé à photographier, crus, avant leur métamorphose. Les premiers que j'ai achetés, gros et bosselés, avaient de légers reflets roses sur une peau plutôt jaune. En les ouvrant (quasiment au marteau piqueur… le coing est un coriace, j'ai mis des gros bras à contribution), surprise: des rangées de gros pépins étaient sagement alignés les uns à côté des autres comme dans un petit berceau dédié à une famille nombreuse. Pour moi, c'était une première, le cœur des coings ressemblant plutôt à celui des pommes. D'ailleurs, mon deuxième achat, des fruits très jaunes, plus civilisés (et moins parfumés)  affichait une anatomie plus ordinaire.

    Le coing étant un très vieux fruit, (il y a des recettes médiévales, attribuées à  Hildegarde de Bingen, à base de coing) assez peu commercialisé, je suis persuadée que de nombreuses espèces "de jardin" doivent encore couler une existence tranquille dans le plus parfait anonymat.

    Je suis donc partie de 1,8kg de coings environ. Je les ai mis à cuire en morceaux, citronnés au fur et à mesure, et avec leur peau, dans deux litres d'eau. Les livres de cuisine indiquent en général un temps de cuisson de 35mn. Au bout d'un quart d'heure à peine, les morceaux s'écrasaient déjà. Un parfum incroyable s'est alors répandu dans la cuisine, très floral, presque capiteux. En revanche, la chair n'a pas viré au rose, elle est restée jaune ambré.

     
    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules139.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'ai obtenu:
    -1,2kg de purée de coing (obtenue en passant les fruits à la moulinette à légumes grosses grille, puis grille moyenne)
    -et un peu plus de deux litres de jus de cuisson. De quoi faire à la fois de la pâte et de la gelée, en combinant, pour les recettes, des souvenirs, un peu d'inspiration et les excellents conseils de Christine Ferber, tirés de son livre, devenu un classique,  Les confitures (Payot), que j'avais par chance sous la main.


                                   Purée de coing en pleine cuisson


    Pâte de coing parfumée au clou de girofle

    1,2kg environ de purée de coing
    1kg sucre cristal
    1 demi cuillérée à café de clou de girofle moulu
    le jus d'un demi citron

    J'ai juste délayé le tout dans une cocotte et mis à chauffer à feu moyen en tournant très régulièrement. J'ai écourté le temps de cuisson généralement recommandé (35mn). Je me suis laissée guider à l'odeur et à la consistance. Quand le stade d'une pâte un peu grumeleuse a été atteint, j'ai versé le tout sur du papier alu beurré posé sur un plat et un ravier (j'ai fait avec les moyens du bord), et j'ai laissé sécher avant de couper un gros rectangles, que je conserve précieusement emmaillotés, et rangés dans une boite de métal. La couleur est  mirabelle- ambrée et non rose-rouge, et le moelleux incomparable. Un défaut: cette cagnotte inespérée file vite…


                       Pour un diner, j'avais réservé un peu de la pâte, mise à sécher dans un ravier, pour la servir en accompagnement d'une compote de pommes épicée et de tranches de cake citron-citron. Le point noir est un peu de pépin réduit en poudre… danger potentiel?

    De retour à Paris, par curiosité, j'ai quand même regardé sur internet s'il y avait des recettes originales… et j'ai découvert alors qu'il ne faut pas écraser les pépins, car ils sont riches en cyanure (comme beaucoup de pépins de fruits d'ailleurs). Je sais très bien que lors de la confection de ma pâte, un certain nombre ont réussi à passer le barrage des deux grilles de la moulinette… aussi peut être que l'ivresse de déguster une tranche de pâte au petit déjeuner est-elle une griserie légèrement toxique…



     
                                  Le jus de coing filtré attend sa métamorphose dans une soupière


    Gelée de coings aux kumquats et aux épices

    2 litres de jus de coing filtré
    1,8kg sucre cristal
    le zeste finement haché de 2 kumquats frais
    un tronçon de gingembre frais râpé
    une demi cuillérée à café de cannelle en poudre
    une demi cuillérée à café de clou de girofle en poudre
    le jus d'un citron

    Pour obtenir une gelée très translucide, Christine Ferber suggère de filtrer le jus puis de le laisser décanter une nuit, ce que j'ai fait.
    Elle conseille aussi de faire cuire 10mn à feu rapide, avant de vérifier si la gelée fait la nappe avant de redonner un bouillon. J'ai dû prolonger plus longtemps la cuisson (25mn environ au total) avant de juger, là aussi au nez et à la vue, que la gelée était prête.


                                                 Teinte rosée ambrée de la gelée

    Je l'ai versée dans des pots de verre stérilisés 10mn à l'eau bouillante, j'ai fermé tout de suite les bocaux que j'ai retournés. Le goût de cette gelée m'évoque pour sa note un peu acidulée, celui d'un bonbon anglais; le gingembre et les zestes de kumquat apportent ce qu'il faut de surprises au palais.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules139.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Liens

    -Coings, pépins et cyanure, c'est ici
    -Une interview de Christine Ferber où elle classe la confiture de coings… parmi ses préférées


    24 commentaires

  • Il y a un point qui m'intrigue vraiment quand je découvre les recettes, souvent magnifiques, des blogs de cosmétique maison: la généralisation de l'utilisation des fragrances. Cela me fait gamberger pour la raison suivante: se lancer dans la cuisine cosmétique relève très souvent d'une préoccupation écolo. Or, à l'exception des arômes naturels (et encore… ), les fragrances sont de la chimie … chimique. Il ne s'agit pas d'un jugement moralisateur de ma part, mais d'une interrogation… d'autant que j'utilise encore de temps en temps des parfums du commerce (pour la sophistication de leurs compositions…  je sais qu'ils renferment des molécules sorties tout droit des éprouvettes).

    Néanmoins, j'ai fait le choix, pour parfumer mes préparations personnelles, de ne recourir qu'à des huiles essentielles, des huiles végétales ou des macérations… une recherche que j'ai essayée d'approfondir en 2007 et dont je tire ici un premier bilan.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif1B/Madodi.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Ce qui m'a fait réfléchir

    * Les cosméto-fluides délicieusement odorants de la marque bio les Douces Angevines. En scrutant les étiquettes, j'ai compris que leur senteur naissait d'un mélange plutôt complexe d'huiles essentielles, et vu leur dosage mini, j'en ai facilement déduit qu'il devait déjà être préparé avant d'être intégré au produit. J'ai donc commencé à faire à l'avance des mélanges que j'utilise à doses homéopathiques.

    * Les recettes de Donna Maria, celles de son livre ou de son site. Elle prépare ainsi des mélanges d'extraits de CO2 anti-inflammatoires dont il n'y a plus qu'à prélever quelques gouttes pour les ajouter dans un produit. Par ailleurs, en essayant certaines de ses combinaisons que j'ai trouvées particulièrement réussies, j'ai aussi compris que pour nuancer une note agrumes, il ne faut pas hésiter à associer des HE à la fois zeste et petit grain.

    * Ayant eu la possibilité de visiter le salon professionnel Beyond Beauty, j'ai pu discuter avec des représentants de Robertet, l'un des grands de la parfumerie grassoise. J'ai en effet découvert lors de ce salon qu'ils proposaient aux  entreprises de cosmétique se lançant dans le bio, des compositions élaborées  d'huiles essentielles, avec le label Ecocert (ce qui ne signifie pas que toutes les He soient bio… ) "pour parfumer" leurs créations. Pour une note citrus par exemple, la sauge sclarée ou la feuille de magnolia ne sont pas interdits. J'ai donc sorti plus de flacons qu'auparavant pour sophistiquer mes associations.

    * La marque suisse Farfalla, qui a une gamme de vrais parfums, composés uniquement à base d'huiles essentielles, assez convaincants. J'ai pu les tester en échantillons. J'apprécie beaucoup Aura, avec sa note d'angélique.

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif1B/Madodi.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Huiles essentielles: ce qui marche facilement

    Une remarque préalable: le gras est un excellent fixatif des parfums, c'est l'une des raisons pour lesquelles j'apprécie tant les baumes sans phase aqueuse.

    * Pour qui est sensible à son parfum, l'ylang ylang est un bonheur facile à apprivoiser. Avec un peu de néroli, il s'envole, le santal le discipline et on peut l'ancrer avec un soupçon de girofle. A partir de là, il suffit de broder …au petit point ou pas.

    * Les notes agrumes sont un jeu d'enfant, surtout si on mélange, comme je l'ai déjà dit ici, des huiles zeste et des petit grain (huiles tirées des feuilles) plus feuillues et complexes ou si on en associe plusieurs.

    * Ajouts de base pour débanaliser une lavande. En version douce: géranium, petit grain clémentine. En version plus masculine, vétyver et encens. Par ailleurs, j'ai tenté un mélange lu je ne sais plus où qui fonctionne très bien aussi: lavande-muscade.

    * Malgré son prix élevé, la rose est une arme merveilleuse pour apprivoiser un parfum un peu raide. Après avoir utilisé la rose otto diluée d'Akamuti, délicieuse, je me suis offert  2ml de rose bulgare de Primavera life. J'en dilue cinq gouttes -ce qui est beaucoup-dans 5ml d'huile de jojoba  (même avec une goutte, on a déjà le parfum de la rose) …  Je l'utilise ainsi, et c'est une merveille…

    L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2b/Imini-gif1B/Madodi.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Huiles végétales et macérations

    * L'huile d'amandon de pruneaux donne une vraie note gourmande aux préparations. Point trop n'en faut néanmoins (5% grand maximum), sinon, elle assomme tout.

    * La vanille macérée dans du coco est exquise mais très dominante. On peut la tempérer avec de la rose.

    * Le macérat huileux de roses a parfois une note un peu "vert feuille". On peutl'accentuer avec une HE citronnée. En revanche, la vanille l'arrondit.

    * Un bon macérat huileux de lavande sent très bon… la lavande ce qui permet de parfumer par exemple une huile démaquillante, à priori un peu austère.

    * Le macérat huileux de laurier est aussi très agréable. Outre ses propriétés anti-inflammatoires, il a une odeur très nette. Il s'accorde bien avec la rose.

    Hydrolats

    Même si je fabrique parfois des laits pour le corps avec des mélanges complexes d'hydrolats, leur odeur se fait discrète, à l'exception de la menthe poivrée qui parvient à se faufiler. En revanche, le parfum d'un hydrolat de rose reste présent dans un cérat.


    Bien sûr, je reconnais qu'avec des fragrances, on peut s'amuser comme une folle…en jouant à la fée des fêtes foraines: hop, une pincée de barbe à papa, zou, un nuage réglissé, boum, une aura de fraise tagada… moi aussi je suis fan d'Hansel et Gretel…

    Il s'agit donc d'un choix ethique et personnel. D'un vrai défi car j'aime les compositions sophistiquées…et il n'est pas si facile de les mettre au point…






    34 commentaires



  • Qu'elle soit née avec le soleil…



                                                        
    sur la route, ce matin`



    … ou dans les choux



                                        
    Champ de choux fleurs sur l'île de Batz


    … que l'année 2008 soit riche en bonheurs, en inventions et en surprises…





    26 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires