• Grâce au forum Couleur savon, j'ai découvert Soap insomniac le blog très inventif de Sukisu (soap insomniac, ça veut déjà tout dire… ) et dans la foulée, une technique aussi simple qu'efficace pour marbrer avec panache.

     

    Sukisu l'a baptisée "funnel one pot", je préfère parler d'assiette creuse car c'est ce qui a fait tiltquand j'ai découvert son essai très réussi, inspiré d'une savonnière de Taiwan. 

     

    Il s'agit tout simplement de verser l'une après l'autre des pates colorées au centre d'un récipient rond et plutôt plat, puis de reverser le tout dans un moule: marbrage sophistiqué garanti.

    Quand j'ai découvert ça, je suis sortie toutes affaires cessantes acheter une écuelle en plastique pour tester la méthode. Trois fois d'affilée.

     

    Pour la première, il y a eu un léger bug. Emportée dans mon élan, j'ai tout simplement oublié de chemiser le fond du moule en plexi. La pate a débordé entre le fond et les parois, bien sûr, mais surtout, elle a bien collé les plexi ensemble… j'ai dégainé le couteau, évitant la hachette de justesse. 

     

     Ce premier essai très cochonnant a provoqué deuxième tilt: puisqu'il s'agit de verser une pate déjà préparée, on peut marbrer avec virtuosité en moules individuels.  Ce qui fut fait.

     

     

    J'ai volontairement choisi des marbrages… aux couleurs du marbre. 


     

    P1020706.jpgColonne de l'église des Gesuati à Venise

     

     

    Les trois essais.


     

    1. Calament lemongrass (rouge beige et vert)

     

    600g huiles

    27% coco

    35% sesame bio

    10% beurre de cacao

    10% son de riz

    10% karité

    8% ricin

    4 toco 500 (vitamine E)


    soie tussah dans la lessive de soude à 38°


    1 grosse cuil à café de crème fraiche bio dans les huiles

     

    Surgraissage à  8-9

     saponifié à 38°


    Parfum dilué dans un peu de ricin


    3,8g HE  calament

    3,4g HE lemongrass rhodinol

     

    P1020713.jpgC'est celui qui a souffert du coulage sans chemisage

     

    Couleurs


    Je dilue les micas dans un soupcon d’eau déminéralisée


    -mica rouge rubis (secrets cosmétiques)

    -mica golden green (G. Manske, merci Ed)

    -mica magic red (G. Manske, merci Ed))

    4 récipients (dont 1 avec de la pate laissée nature)

     

     

    2.  African blue grass (ocre rosé et marron)


    400g huiles

    8,5% cacao

    7,5 ricin

    10 beurre de macadamia

    25% coco

    15% palme

    34% sésame  

    soie tussah dans lessive de soude à 38°

    crème fraiche dans les huiles

     

    saponifié à 38° surgraissage : 8 environ.

     

    P1020709.jpg


     Couleurs

     

    4 nuances:

    -mica rose (G. Manske, merci encore Ed)+argile rose

    -copper fire (TKB) +oxyde marron

    -terre noire des Indes+oxyde jaune+oxyde marron

    -pate laissée naturelle

     

    P1020711.jpg

     

    Parfums


    deux restes de mélanges d'He anti rides (3g en tout)

    African blue grass 8g

     

    3. Consoude fraiche (verts)

     

     400g huiles

    10% cacao

    25% coco

    7,5% palme

    10% karité

    10% beurre macadamia

    8% ricin

    29,5 olive


    crème fraiche dans les huiles

     

    P1020532.jpgLessive de soude à la consoude fraiche: les "points" de consoude disparaissent au final dans la pate…

     

    lessive de soude à 38°

    j'ai mixé 3 feuilles de consoude fraiches mises à sécher une nuit (merci mes deux cueilleuses pirates… ) avec de  la soude à 38°, j'ai filtré, pesé à nouveau pou reajuster la quantité de lessive de soude.

     

    HE  parfum


    2,8 menthe poivrée

    1,3 lavande diluée dans coco fract

    4,6 mélange relax Pranarom (lavande lavandin orange saro)

     

    P1020534.jpgL'assiette creuse aux 3 couleurs. Je les ai versées au centre dans la même succession de tons plusieurs fois d'affilée jusqu'à épuisement des pates.

     

    P1020708.jpgMélangé, le jaune néon reste évanescent.


    Couleurs


    3 récipients

    -1 jaune néon(TKB) + mica golden green de G Manske

    -1oxyde vert

    -pâte au naturel

     

     

     

     

     



    34 commentaires
  •  

     

    Quelques jours de vacances annoncés… avec beaucoup de marche à pied à la clé.

    J'ai cherché à fabriquer une crème relaxante pour les petons, en m'inspirant de divers essais récents.

     

    D'habitude, je prépare un baume très reposant pour les pieds (c'est ici, le baume revitalisant) mais j'étais presque à court de l'ingrédient de base de la recette: l'huile de massage de Foucaud.

     

     J'ai donc réfléchi à une formule qui me permettrait de me contenter de ce qui restait.

    Par ailleurs, j'ai remarqué que les crèmes au P3R hydrataient très bien la peau des pieds qui sèche beaucoup en été (surtout quand on est abonnée aux pieds nus…) Donc va pour une crème (très beurrée quand même) plutôt qu'un baume. 

     

    Je suis partie de la recette des beurres au P3R (clic ici), merveilleuse pour hydrater, et je l'ai aménagée. J'ai voulu en effet combiner le P3R avec de la lécithine, car suite à de récents essais, j'ai constaté que le couple fonctionnait à la perfection.

     

    Pour 50g de crème (les % entre parenthèses)

     

    15g karité (30%)

    5g chocolat blanc (10%) -on peut remplacer par du beurre de cacao-

    9,5g huile de Foucaud  (19%) -on peut remplacer par un macérat huileux maison-

    0,5g vit E (1%)

    1 P3R (2%)

    1 argile jaune (2%) -on peut choisir une autre variété d'argile bien sûr-

     

    10 g hydrolat menthe poivrée (20%) -rafraichissant et antalgique-

    7g hydrolat cyprés (14%)- pour faciliter la circulation sanguine et lymphatique-

    0,2 lécithine (0,4%) -j'ai utilisé de la lécithine de soja en granules de Gayelord Hauser-

    0,2 amigel (0,4%)

     

    0,3g  geogard (0,6%)


    0,5 % HE (1%) soit:


    3gtes HE katrafay -antalgique, anti inflammatoire-

    3gtes  HE sauge sclarée -anti-fatigue, circulatoire-

    1 gte HE camphre -antalgique, tonique-


    3gtes elixir ailes d’abeilles (Ballot-Flurin)- on peut zapper ou remplacer par du Rescue-

     

    On est légèrement au-delà de 100% mais c'est un choix:  iI y a toujours une très faible perte d'huile imbibée d'argile.

     

    Mieux vaut respecter le mode d'emploi pour obtenir un bon résultat. 

     

    Préparation de la phase huileuse dans un bol ou un bécher en acier (bien plus conducteur de chaleur que le verre)


     -Faire fondre karité +chocolat blanc au bain marie


    -Mélanger huile de Foucaud et argile dans un bécher de verre et laisser macérer, puis mélanger vivement tout en versant dans le karité-chocolat fondu (on perd toujours un peu d'huile argileuse au fond)


    -Ajouter le P3R au mélange

     

    Préparation de la phase aqueuse


    -Verser les granulés de lécithine dans les hydrolats et saupoudrer d'amigel


    -Tiédir au bain marie puis mixer au fouet à cappuccino pour dissoudre entièrement les granules. 

     

    Assemblage


    -Incorporer la phase aqueuse dans la phase huileuse en touillant  à la spatule de silicone


    -Laisser reposer 5 bonnes minutes au congelo


    -Sortir

     

    -Ajouter geogard, HE et elixir dans le mélange encore fluide

     

    -Remuer à la spatule

     

    Ça prend et épaissit très vite,

     

    Détendre s'il le faut en poursuivant le touillage à la spatule.

     

    Mettre en pots.


     

    P1020523.jpg

     

    C'est une crème très "beurrée", très hydratante, qui détend vraiment les pieds échauffés et fatigués. La peau boit tout très vite…


    26 commentaires
  •  

     

    Possédant encore un soupçon de café civette, je récupère le marc chaque fois que mon amateur de café s'en prépare une tasse.

     


     

    J'ai cette fois tenté deux variations savonnesques autour du marc de café civette (un marc déjà utilisé) en corsant avec une infusion de café (avec du café civette fraichement moulu) pour le liquide de dissolution de la soude.

    Rien de révolutionnaire en soi… Il y a longtemps déjà, j'avais reçu de Catherine un excellent savon pour la cuisine au café, préparé avec une infusion de café. De mon côté, j'en ai réalisé un en l'associant avec de la caroube et du chocolat pour booster la couleur. C'est ici. Comme j'avais offert toute la série, je n'avais pas pu tester.

     

    Je viens raconter car le premier des deux essais n'a pas été accouché sans mal… dans la mesure où il a d'abord déphasé. Une première dans ma carrière de savonnière. Il était déjà coulé en moules et je désespérais en regardant ces malheureux au physique si ingrat. Ouf, l'opérationsauvetage a fonctionné. L'origine du déphasage? La coupable est peut être la teinture de ciste d'un degré alcoolique très élevé introduite à la trace… et la chaleur de bête qui régnait ce jour là sur Paris.

     

    P1020518.jpgUn petit rescapé à côté du marc

     

    Infusion pour la soude


    Marc de café civette+ feuilles séchées de ciste dans de l'eau déminéralisée. Pourquoi le ciste? Pour ses propriétés cicatrisantes puissantes. Commme j'ignore encore si la soude les préserve, j'ai donc décidé d'ajouter de la teinture de ciste.

     

    Parfum

     

    J'ai choisi deux huiles essentielles très corsées en eugénol antiseptique, avec des parfums familiers en cuisine. Il n'en n'est absolument rien resté, olfactivement parlant, -et donc probablement en termes d'efficacité thérapeutique… - après la catastrophe.

     

    Savon de cuisine café-ciste 1° série

     

    Eau pour la soude: décoction café civette + ciste dans eau déminéralisée

    140g d'infusion

    soude : surgraissage à 20

     

    400g d'huiles

    320 coco

    40 beurre de cacao

    40 arachide raffinée 

    vit E


    1 grosse cuillérée marc de café civette à la trace

    10g teinture de ciste à la trace

     

    HE:

    3,1g girofe

    3,4g cannelle

    dans 2,8g ricin

     

    P1020514.jpgGros plan sur l'un des petits rescapés. Le dessus n'étant pas très joli, j'ai inséré un grain de café pour lui sauver la mise

     

    Peu après l'ajout de la teinture, la pâte à savon a commencé à grumeler, mais pas de façon spectaculaire; j'ai touillé et décidé de verser en moules. Grosse erreur. De minute en minute, j'ai vu se développer un magma de moins en moins appétissant. J'ai d'abord pensé tout jeter, puis je me suis accordé une session de rattrapage. J'ai reversé la patmoche dans le saladier et j'ai touillé à la main comme une malade, en alternant spatule et cuillère magique… et ça a repris un aspect plus normal en épaississant pas mal; j'ai coulé et versé dans un moule de plexi en tassant le plus possible. Résultat:  l'odeur n'est pas terrible,  mais l'apparence est sauve… 

     

    Du coup, ne voulant pas rester sur ce demi-échec, j'ai utilisé le reste de mon infusion ciste-café mise en glaçons dans une deuxième série sans teinture.

     

     

    Savon de cuisine café-ciste 2

     

    100g infusion ciste-café

    soude pour surgraissage à 20


    241,2g coco

    30g karité du Bénin

    28,8g sésame bio (ce qui me restait dans la bouteille, d'où ce chiffre)

    vit E

     

    1 cuil à café marc de café civette  à la trace  

     

    6g HE de gingembre dans un soupçon d'huile de ricin 

     

    J'ai également fait le choix d'un parfum un peu culinaire qui s'associe bien, je trouve, à un savon pour la cuisine.

     

    P1020512.jpgPourquoi j'utilise si souvent ces moules dalhia? Parce que je n'ai jamais eu de cendre de soude avec eux et que le démoulage se fait très facilement. Il y a de très nombreuses qualités de silicone…

     

    Tout s'est très bien passé.


    Ces deux séries ont une jolie teinte café au lait due à l'association du ciste et du café dans l'infusion. Je pense réellement que le ciste peut teinter un savon. Cette fois ci,  j'ai utilisé une infusion de ciste moins corsée que dans la série précédente purement ciste.

     


    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires