• Savon tout ananas

    L'idée est venue d'un moule à glaçons en forme d'ananas trouvé chez Héma, mon lieu de perdition favori.

    Pourquoi ne pas décliner un savon à l'ananas ? J'ai regardé sur le net, pas grand chose à se mettre sous la dent comme source d'inspiration … Je me suis donc lancée comme une grande:

    1. en essayant d'ajouter de l'ananas dans chaque composante savonnesque

    2. En tentant de recréer au nez un parfum fruité-tropical 

     

     

     Savon tout ananas 

    Mon kit ananas: à g. la macération à la vodka

     

    Ce qui donne

     1100g d'huiles (les % bizarres, sont liés au fait que je voulais utiliser toute l'huile d'arachide raffinée qui me restait)

     

    Ricin  6,3% 70

    Coco 25% 275

    Palme 10%  110

    Arachide 39,09% 430

    Blanc de bœuf 15% 165

    Argan 4,61% 50.

     

    Belle mousse douce lors des tests

     .

    *Pour dissoudre la soude: 390g de jus d’ananas bio, dont la moitié en glaçons.

     

    *Soude pour un surgraissage à 8

     

    *Environ 1,5 cuil à soupe d'ananas bio (au naturel) congelé mixé dans la pate après la trace. (j'ai mangé le reste)

     

    *Trois rondelles d'ananas séché bio+ résine opopanax(1/2 cuil à café) macérés dans de la vodka, mais l'ananas séché a presque tout bu (j'ai filtré). Il en est resté une demi cuil à café de liquide.

     

    Couleur

    Néon jaune, argile jaune, ocre jaune, radiant gold (TKB).

     

    J'ai réalisé un marbrage à l'assiette en deux tons après avoir gardé une partie de la pâte sans pigments.

     

    Parfum (en g) 

    7,3 lemongrass, 2 rhododendron sauvage, 3,4 sapin géant (pour sa note très fruitée qui peut rappeler l'ananas) orange 5 folds (Fresholi, très puissante) 9,5. J'obtiens une odeur très fuitée et un peu exotique (le lemongrass) au final.

     

    Savon tout ananas

     

    La petite étoile provient de la pâte d'un savon baptisé Bloody Mary (j'ai imaginé une série de trois variations sur la tomate… ).

     

     

    Le démoulage des mini-ananas s'est révélé une épreuve; malgré de longs passages au froid, tous ont perdu un bout de leur petit plumet…

     


    20 commentaires
  •   On me dit souvent: je suis allée voir sur ton blog… mais ça semble si compliqué!

    Or je réalise qu'au quotidien, je fonctionne de façon minimaliste. Si mes formules paraissent (très/trop) sophistiquées, elles ne concernent qu'une petite partie de ce que j'emploie au jour le jour… Je n'oublie pas bien sûr  les cadeaux des copines que je teste toujours avec joie et curiosité.

    J'ai donc listé ici les articles déjà publiés (mis en lien: il suffit de cliquer sur la phrase en rouge) où j'évoque ces soins minimalistes qui marchent bien et que je pratique et j'ai ajouté quelques commentaires.

    * L'hydrolat de menthe poivrée pour se rincer la bouche après le brossage des dents

    J'y ai converti tous mes proches! Je l'emploie à raison d'une giclée dans un verre d'eau pas trop froide pour me rincer la bouche le soir. Je commande l'hydrolat de menthe poivrée par litre à la ferme de Saussac. C'est un hydrolat que je pschitte parfois seul sur le visage car je le trouve très apaisant.

     

    De la simplicité…

    Une macération de plantes (tiges de fenouil, thym grec, graines d'anis, girofle, etc. ) dans un mélange d'huile de sésame et de coco pour bains de bouches à l'huile

     

    * L'infusion de pétales de roses pour yeux fragiles 

    Merveilleux remède anti-allergie et qui repose les yeux fatigués. J'utilise de l'eau minérale pour préparer l'infusion.  Le secret: appliquer l'infusion la plus chaude possible pour décongestionner. J'utilise selon ce que j'ai sous la main, des roses de Provins, des pétales de rose rouge centifolia très odorants iraniens ou pakistanais (il y en a chez Ormenis par exemple ou en GB chez Baldwins) ou des roses rouges de jardin  non traitées.

    * Le démaquillage au miel

    Une belle découverte. Sur peau mouillée, le miel appliqué se liquéfie tout de suite. Quand je fais une cure de miel à la gelée  royale de Ballot- Flurin j'en profite pour me démaquiller avec. 

    * Les masques minimalistes

    Un de mes plus vieux articles mais dont les formules archi-simples tiennent la route. Je ne mets même plus d'huile essentielle. Comme je n'ai pas toujours de la crème fraiche sous la main, je peux remplacer par du yaourt ou même du képhir.

    * Un petit gâteau aux amandes pour se démaquiller

    Comme je n'emploie plus de poudre de miel, je la remplace en augmentant (à parts égales) la quantité d'argile blanche et la  poudre d'amandes. j'incorpore souvent quelques gouttes d'elixir floral. Je peux remplacer la cire d'orange par une autre cire florale. Très pratique à emporter en voyage.

    * Un déo mécanique: l'exfoliation des aisselles

    Je m'y tiens depuis plusieurs années (avec une brosse douce en crin de cheval), en utilisant un déo maison, vraiment  de temps en temps. 

    Ma formule de deo maison (sur 100g)

     15 g jus d’aloe (une ampoule)

     70g hydrolat de vetiver

     8g teinture de patchouli maison

     3g ricinion

      1g geogard

     0,5g delact’deo (chez Zinette)

     0,8g CO2 barbe Jupiter

     1,2g macérat alcoolo-glycériné de navet bio*

    0,5g HE  patchouli

    10gtes HE santal

    1 gte elixir environmental yarrow

    5ges elixir citronnier

     

    *L'alcoolo-glycériné de navet sent vraiment… le navet, mais il y en a peu, le mélange final sent bien un mélange vetiver-patchouli-santal dont je raffole. Pourquoi le navet? J'avais trouvé l'idée sur internet je ne sais plus où et j'ai voulu tester. Je ne sais pas ce qui marche le mieux dans la formule, mais elle fonctionne bien (et son parfum me ravit).

     

     Chantilly de karité de voyage

    J'essaie d'en avoir un petit pot dans mon sac pour m'hydrater les mains et les lèvres, notamment lors de longs trajets en avion.

    J'utilise toujours la même association d'HE: lavande-encens- vetiver qui agit autant  sur le physique que sur le moral.

     

    J'ajouterai à cette liste

    *Les mélanges d'hydrolats à pschitter en tonique.

    Ils se préparent en un tour de main dans un petit vapo. Ils contiennent souvent mon trio gagnant: hydrolat de ciste, de lavande (ou de menthe poivrée) et d'encens. Je peux ajouter un peu de géranium, de carotte, de mauve, etc.selon ce que j'ai dans mon placard. 

    et deux  atouts mécaniques aussi simples qu'efficaces:

    *L'éponge konjak (à l'argile rouge, un cadeau d'Irène)

    Une merveille pour éclaircir le teint. Je l'utilise deux à trois fois par semaine pour me démaquiller le soir.  J'en ai offert souvent depuis. Elle me convient mieux que la brosse coréenne.

    -Le galet en argile pour se poncer les pieds (offert par une amie)

    J'ai tendance à  marcher pieds nus chez moi (à mes risques et périls, je me cogne souvent les orteils… ). La meilleure manière de me nettoyer la plante des pieds, c'est ce galet plat. J'indique le lien, car ça vaut vraiment le coup.

    www.bullesdargile.com

    (Le site semble en maintenance en ce moment). 

    Je n 'ai pas parlé des cheveux car je ne leur fais pas grand chose… à part un peu d'huile (en ce moment un super mélange de Biotique rapporté d'Inde) avant shampoing (également de Biotique) de temps en temps. D'où mon plaisir à avoir testé l'excellente crème après-shampoing de Sylvie publiée ici sur Potions et Chaudron. 


    18 commentaires
  • C'étaient deux petites séries de savons offerts lors d'une soirée.

     

    Pour le premier, je cherchais un résultat simple, poétique et doux en souvenir de ma virée indienne. J'ai donc choisi le basilic sacré comme parfum, en clin d'œil, d'autant qu'il a la vertu de tenir tête à la soude. Je publie ces savons car je les ai trouvé jolis. J'avais aussi préparé un autre petit savon pour laver les fruits et légumes et que j'ai emballé comme un objet un peu précieux (tout dans les bleus… voir la photo à la fin de cet article)

     

    Savon souvenir d’Inde

     

     600g d’huiles

    150g coco 25%

    120 palme bio 20%

    120 arachide raffinée (pour avoir une pâte pâle) 20%

    90 beurre de cacao 15%

    120 sésame bio 20%

     Une giclée de crème de coco liquide (marque Kara) dans les huiles.

    Mica brillant (transparent) et poudre de pastel dans les huiles avant la trace

     *175g infusion d'achillée + 45 g eau déminéralisée

     Soude pour un surgraissage à 7-8

     HE : 11,3 basilic d’Inde (Néroliane) + 4,2 cèdre bio (Bilby)

     

    * L'achillée à des propriétés vulnéraires, c'est à dire cicatrisantes. Je ne sais pas si cela tient avec la soude, on peut toujours y croire. Quand je dispose d'une plante fraîche, il m'arrive d'en congeler l'infusion pour l'utiliser par la suite avec la soude. C'est ce que j'avais fait avec l'achillée.

     

     

    Un savon bleu et orJ

    Je déplace à plusieurs reprises le pochoir

     

    Décoration

     

    J'ai déposé au pinceau fin du mica doré à la surface des savons en me servant de pochoirs utilisés pour les dessins au henné. Comme j'ai fait l'erreur d'attendre que les savons soient bien secs, j'ai eu un mal de chien à faire adhérer la poudre. J'ai dû recommencer pour certains savons, et emballer très vite dans du film étirable, pour éviter que le doré ne s'efface comme les couleurs fragiles des ailes de papillon.

     

    Savon pour laver les fruits et légumes

     

     

    Un savon bleu et or 

    Les petits savons pour laver les fruits et légumes emballés en bleu, un papier qui vient de chez Zinette et que j'aime beaucoup

     

    Ils sont d'un blanc immaculé avec des petites taches marron car j'ai ajouté pour la déco… des fins fragments de brocoli bio.

     

    La formule est d'une simplicité biblique. Je ne mets pas d'huile essentielle pour ne pas contrarier l'odeur naturelle des végétaux lavés. (On ne va quand même leur pschitter du déo sous les aisselles… )

     

    Savons pour laver les fruits et légumes

     

    400g d’huiles

    320 coco vierge rapportée d'Inde

    80 palme bio

     

    4gtes d'extrait CO2 de romarin (anti oxydant)

    une pincée d’argile blanche dans les huiles

    Lessive de soude à 30% pour un surgraissage à 5.

    Une cuil à café de fragments de brocoli bio  

     

    Je n'ai pas pensé à photographier les petits savons hors de leur emballage! Heureusement que je leur avais fait un grand frère !

     

    Un savon bleu et or et un autre pour laver les fruits et légumes 

    Savon pour laver les fruits et légumes

    C'est Michèle qui avait donné un jour une recette pour ce type de savon ici et l'idée m'avait tant plu que j'en ai souvent refait.

    Mais elle avait utilisé de la graisse d'oie. Je n'ai jamais réussi à en trouver de la bio. J'avais cherché quel gras avait plus ou moins le même profil et j'étais tombée sur le … baobab… pas bio non plus. Je le fabrique donc avec de la palme bio et ça va très bien. J 'en offre régulièrement, ce qui surprend toujours les destinataires:

    -Mais tu laves quoi si tu achètes du bio?

    -Même si c'est bio, les fruits ont été tripotés!

    En fait, je lave surtout  les agrumes car je recycle leur peau.

     

     

     


    18 commentaires
  • Faire ses cosmétiques maison c'est bien, mais, en amont, connaitre et apprivoiser les végétaux qui figurent souvent dans les ingrédients indispensables, c'est aussi très utile.

     

    Les excellents titres de phyto ne manquent pas. Ce livre qui vient de sortir a été écrit par un herbaliste -herboriste à l'américaine-, Christophe Bernard, qui a fait une partie de ses études là-bas, et est également naturopathe.

    J'apprécie beaucoup son blog, -en lien sur mon blog- qui traite des plantes en les présentant de façon fine et précise avec de nombreuses références scientifiques, mais aussi beaucoup de détails liés à l'observation directe. Christophe Bernard répond avec beaucoup de soin aux questions qu'on lui pose, et quand il ne sait pas, il le dit.

     Je ne dirais pas qu'il s'agit d'un pur livre de phyto au sens propre du terme, même si les plantes médicinales sont citées et associées à des indications thérapeutiques. Ce qui me semble particulièrement intéressant, c'est l'explication minutieuse des processus qui permettent d'extraire le plus efficacement possible les principes actifs. Ce que l'on ne prend pas toujours en compte tant on aime faire joujou avec le végétal par pur plaisir.

     

    Les recettes secrètes de mon herbaliste: un livre pour (bien) s'initier à la phytothérapie 

                                                         Début de printemps en Irlande

     

    La partie la plus passionnante, à mes yeux en tout cas, concerne donc celle où Christophe Bernard  explique pourquoi telle plante renfermant tel principe actif sera exploitée au mieux en alcoolature, en macérat huileux, vinaigré, en glycériné…

    Il explique ainsi que pour des plantes riches en alcaloides ou en tannins, mieux vaut ajouter un peu de glycérine pour éviter la précipitation des principes actifs au fond du récipient. Il recommande par exemple d'ajouter 5% de glycérine à de l'alcool à 60°pour une macération alcoolique de cannelle.  Car il précise aussi le degré d'alcool à utiliser selon les plantes. Sèches, au minimum du 50°, mais plus élevé pour celles qui renferment des résines, également solubles dans de l'huile chaude. C'est par exemple le cas… du souci ou du romarin!

    Il évoque le vinaigre, un grand oublié aujourd'hui,  alors qu'il a la capacité de dissoudre les alcaloides et les minéraux des plantes qui en sont riches, comme l'ortie ou la luzerne; j'ai d'ailleurs préparé un vinaigre à l'ortie après l'avoir lu!

    Exception faite des plantes aromatiques qu'il se contente de hacher finement,  Christophe Bernard est partisan de la pulvérisation préalable des plantes avant macération. Je dois dire que je ne me résous pas toujours à détruire totalement la structure d'une plante avant de la faire macérer tant j'ai la sensation parfois que cela brise son pouvoir énergétique.

     

    Les recettes secrètes de mon herbaliste: un livre pour (bien) s'initier à la phytothérapie

    Sous-bois fleuri en Irlande

    Ce livre précieux propose la réalisation de sirops, de pastilles, de bonbons… et même de gelées à base de plantes. Plus des baumes, des cérats, des lotions…

    Au fil des années, j'en suis venue à préparer de plus en plus de teintures alcooliques que j'introduis à hauteur de 1 à 2% à peine dans des crèmes visage, un peu plus pour le corps, et à hauteur de 10% dans les baumes à réel effet thérapeutique.

    Je fabrique aussi très régulièrement des macérats huileux  à partir de plantes courantes mais efficaces. Macérat de thym, ou de lavande. Mais aussi les mélanges anti inflammatoires et réparateurs comme matricaire-souci, ou thé vert-consoude, ou rose-laurier. Pour la couleur et l'aspect anti-oxydant: urucum, ou urucum-tomate bio séchée, en ajoutant toujours de la vitamine E ou de l'extrait CO2 de romarin pour ralentir l'oxydation et en conservant mes flacons au froid. Christophe Bernard suggère de faire des macérats huileux avec des plantes que je n'ai pas encore testées, ce qui me ravit: l'aubépine pour calmer les inflammations et nourrir les peaux sèches, le romarin anti-vieillissement, pour n'en citer que deux, mais sa liste est fournie.

    Ce que je trouve très utile enfin, c'est le dosage préconisé pour les infusions, dosage que l'on sous-évalue très souvent.

    Il y a bien sûr plein d 'autres précisions à découvrir… ,  d'autant plus précieuses qu'elles  sont fondées non seulement sur la connaissance théorique mais aussi sur l'expérimentation. 

    Christophe Bernard: Les recettes secrètes de mon herbaliste (La source vive, editions)

    Son site: http://www.altheaprovence.com/

    le blog: http://www.altheaprovence.com/blog/

     

     


    33 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires