•  

    Je poursuis avec les recettes concoctées en Grèce: un pense-bête pour mes copains athéniens…

     

    J'ai cuisiné du doudou pour remonter le moral des troupes, et cette crème de carottes est d'une douceur de première communiante…

    Elle est inspirée d'une recette publiée dans un petit recueil de Valérie Cupillard: Soupes bio (ed. La Plage) fort bien fait car il faut en général peu d'ingrédients. Ici,  une version de sa recette sur le site de la Vie Claire.

    Crème tiède de carottes au curry et à l'huile essentielle d'orange

    Pour 500g de carottes environ: (3 à 4 personnes selon l'appétit en servant dans des petits bols ): peler et débiter les carottes en rondelles assez fines, pour faciliter leur cuisson

    Verser de l'eau froide à mi-hauteur, ajouter une branchette ou un petit tronçon de céleri

    Couvrir, amener à ébullition et arrêter quand les rondelles sont facilement transpercées avec la pointe d'un couteau

    Attention, les carottes étant des assoiffées, surveiller le niveau de l'eau (plus de liquide= fond de casserole cramé! ce qui m'est arrivé une ou deux fois). Rajouter si nécessaire un peu d'eau en cours de cuisson, mais sans noyer les légumes

    La cuisson terminée, éteindre, ajouter un demi bouillon-cube de légumes (j'utilise celui, bio, de Rapunzel, très parfumé). Touiller et laisser reposer 5mn environ. Pourquoi agir ainsi? Parce que si on met le bouillon-cube au début, le jus qui se concentre sera trop salé en fin de cuisson.

    Verser les carottes et le jus dans un blender (à défaut, on peut aussi utiliser un mixer à pied). Il y  a peu de jus normalement, s'il y en a beaucoup, en réserver car le but est d'obtenir une crème épaisse.

    Ajouter une cuillèrée à soupe de purée d'amandes blanches, très douce (mais non sucrée).

    Plus une pointe de couteau de poudre de curry. Mon préféré, bien équilibré sans notes dominantes, avec coriandre, curcuma, piment, sel, cumin, fenouil, poivre, anis, girofle, fenugrec, cannelle, moutarde, casse, ail, noix , gingembre: le Madras Curry Powder importé d'Inde par Arosteguy, une épicerie fine de Biarritz, mais assez bien diffusé. (A Paris, on en trouve par exemple chez Izraël). Je l'utilise depuis des années. 

    Et deux gouttes d'essence d'orange douce bio. Pas plus, sinon, on aurait un dessert! Même si on rechigne à acheter des huiles essentielles bio en raison de leur coût, le faire au moins pour les agrumes dont les essences sont obtenues par pression des zestes où se concentrent les pesticides.

     

    Crème de carottes au curry et à l'huile essentielle d'orange

    Mixer.

    Servir tiède, ce qui préserve la finesse des parfums, ou froid. Chaud, c'est moins intéressant, à mon goût en tout cas.

     


    11 commentaires
  • Une recette avec couleurs…

     

    Je reviens de Grèce où j'ai un peu cuisiné pour des amis. On trouve en ce moment à Athènes des petites poires très parfumées mais à la chair particulièrement coriace, donc pas très agréables à croquer à cru.

     J'ai pensé que la cuisson ne pourrait que les améliorer. Et comme cet été, j'ai fonctionné- en France- à l'infusion d'hibiscus, délicieusement acidulée et très agréable quand le thermomètre flirte avec les 30°(j'en préparais un litre tous les matins en variant les épices et  gardais dans un bocal au froid), cela m'a donné l'idée d'utiliser l'hibiscus avec les poires. J'ai rendu visite à mon herboristerie athénienne favorite Elixir, (j'en ai déjà parlé ici, il y a longtemps) où j'ai trouvé de l'hibiscus du Soudan. A Paris, j'achète celui, bio, d'AZ  qui ne précise pas la provenance.

     

    Poires à l'hibiscus et aux épices

    ici,  la recette en France, avec raisins secs et l'hibiscus d'AZ qui colore plus que celui testé en Grèce.

    La recette est très simple.

    Peler les poires, -j'en compte une moyenne par personne- les couper en deux puis chaque moitié en quatre. Faire des tranches assez fines permet de les teinter plus uniformément.

    Les poser dans une casserole, mettre de l'eau au tiers de la hauteur des fruits. Ajouter une dizaine de fleurs d'hibiscus séchées (pour  4 poires) et des épices selon son gout.

    j'ai déjà testé:

    -le gingembre

    -la cannelle

    -le clou de girofle seul (un ou deux suffisent)  ou associé à la cardamome, mon mélange favori

    On peut éventuellement ajouter des raisins secs (les petits noirs de Corinthe sont mes préférés).

    Ou compléter presque en fin de cuisson par des grains de raisin frais, des prunes coupées en deux, etc., bref des fruits de saison que l'on fait à peine cuire. 

    Remuer de temps en temps à la cuillère pour que la couleur rosée prise par les tranches soit uniforme. Arrèter la cuisson quand la pointe d'un couteau traverse facilement la chair des poires (10mn suffisent largement en général).

    Juste avant d'éteindre, ajouter une cuillèrée à soupe de miel voire deux, selon l'acidité du jus. Bien touiller et laisser reposer une dizaine de minutes avant d'ôter les fleurs. 

    `

    Poires à l'hibiscus et aux épices

    Résultat aussi coloré que dans la traditionnelle recette de poires au vin que je fais l'hiver.

     

    Mettre au frigo et servir bien froid. En Grèce, je parsemais ce dessert de feuilles de verveine citronnelle fraiche venues d'un jardin. On peut préparer  la veille.

     

    N.B. J'ai découvert de retour à Paris qu'Alain Passard pochait aussi des poires dans un sirop d'hibiscus, mais à la lecture, je trouve la quantité de sucre indiquée (350g ) très élevée ainsi que la dose d'hibiscus (100g pour le sirop). Par ailleurs, pour avoir testé le pochage des poires en entier, cela a moins bien fonctionné pour la couleur finale et la texture: les poires grecques, très dures, le sont restées à l'intérieur,  et la couleur s'est surtout fixée en périphérie. J'avais aussi testé de préparer une infusion corsée d'hibiscus au préalable, mas ça marche mieux et c'est plus simple de mettre directement les fleurs d'hibiscus au moment de la cuisson des fruits.


    13 commentaires
  •  

    Bien emballé, ça fait plus d'effet…

     

    Emadra, la reine des emballages inspirés, en avait déjà parlé sur Potions, mais elle avait donné le lien dans le commentaire d'un de ses  articles, et franchement j'avais zappé.

    Je redonne donc la technique, simplissime même pour les moins douées d'autant que tout le monde dispose du matériau de base  : une simple enveloppe.

    La vidéo qui m'a aidée est ici,

    Emadra avait donné un autre lien, en français. C'est ici

     

    Pliage facile dans une enveloppe pour de jolis petits paquets

    Le résultat…

    Pour résumer, on prend une enveloppe, on la ferme, on coupe un bord ( je choisis en général un qui est perpendiculaire à la fermeture).  On obtient  donc 3 cotés fermés sur  4.  Puis on marque fortement une pliure  sur chacun de ces 3 côtés, ce qui va permettre, au dépliage, de réaliser des soufflets latéraux et un fond plat rectangulaire (dont je colle les petits triangles qui apparaissent lors du pliage). 

     

    Pliage facile dans une enveloppe pour de jolis petits paquets

    Le pliage…  de base (avec l'enveloppe déjà trouée et dentelée)

     Au préalable,  j'ai découpé le bord ouvert avec des ciseaux qui créent des motifs, j'ai troué  pour pouvoir passer un ruban et j'ai  collé un joli scotch sur le paquet. C'est plus facile à faire avant qu'après le pliage. Le tout ne prend pas 3 mn. 

     

    Pliage facile dans une enveloppe pour de jolis petits paquets

    Dans le matériel, du scotch dentelle. Il  vient d'une chaine  danoise, Tiger,  pour le style, mix tentateur entre Hema, Muji et Pylones, que j'avais découverte dans un aéroport. Elle s'est implantée à Nice où j'ai fait quelques emplettes lors d'un bref séjour. Je guette avec impatience d'autres ouvertures.

     J'ai acheté des enveloppes de couleur pour m'amuser, mais j'ai aussi fabriqué des paquets dans de simples enveloppes blanches ou en kraft. C'est parfait pour offrir des savons ou des baumes par exemple.

     


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires