•  Pour être prevenu de la publication d'un nouvel article,il suffit de  s'inscrire à la newsletter.

     

    Ce gel est l'interprétation personnelle d'un produit réalisé par une marque spécialiste en HE (Puressentiel ) et que l'on trouve en pharmacie. Il marche très bien, n'est pas ruineux, est proposé en deux tailles, dont un tube mini de 5ml. J'en ai déjà souvent offert. Mais ça m'amusait de le refaire à ma sauce.

    J'ai testé récemment ma version sur le terrain (chute avec peau du tibia bien entamée), il fonctionne parfaitement, alors que je n'en ai appliqué que deux fois par jour.

     

    Gel polyvalent anti-bobos

    Attention à la balançoire…  (en fait, j'ai trébuché sur un muret d'ardoise, trop absorbée dans la contemplation des magnifiques peintures murales des havelis du Shekawati, Rajasthan)

     

    La formule en V.O., dosée à 10% de HE (avec 33 HE):

     Aqua, Alcohol Denat, Tannic Acid, Hydroxypropyl Guar, Coco Glycerides, Allantoin, Mentha Piperita (Peppermint) Oil, Pimpinella Anisum (Anise) Fruit Oil, Foeniculum Vulgare (Fennel) Oil, Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Leaf Oil, Thymus Vulgaris (Thyme) Oil, Gaultheria Procumbens (Wintergreen) Leaf Oil, Juniperus Communis Fruit Oil, Lavendula Hybrida Oil, Citrus Medica Limonum (Lemon) Peel Oil, Melaleuca Leucadendron Cajaput Oil, Eucalyptus Globulus Leaf Oil, Cymbopogon Nardus (Citronella) Oil, Salvia Officinalis (Sage) Oil, Aniba Rosaeodora (Rosewood) Wood Oil, Lavendula Angustifolia (Lavender) Oil, Melaleuca Viridiflora Leaf Oil, Satureia Hortensis Oil, Thymus Serpillum Oil, Pelargonium Graveolens Flower Oil, Origanum Heracleoticum Flower Oil, Cupressus Sempervirens Oil, Ocinum Basilicum (Basil) Oil, Santalum Album (Sandalwood) Oil, Anthemis Nobilis Flower Oil, Cymbopogon Martini Oil, Pogostemon Cablin Oil, Boswellia Carterii Oil, Ravensara Aromatica Leaf Oil, Melaleuca Alternifolia (Tea Tree) Leaf Oil, Laurus Nobilis Oil, Myrtus Communis Oil, Helichrysum Italicum Oil, Cistus Ladaniferus Oil, Benzyl Benzoate, Citral, Citronellol, Limonene, Eugenol, Geraniol, Linalool.

     

    Il y a  donc de l'alcool qui sert à diluer les HE, de la gomme guar pour la gélification, de l'allantoine apaisante, de l'acide tannique, astringente, qui dans l'explication donnée pour les produits Hauschka peut calmer les démangeaisons (voir ici) et des cocoglycérides, une huile de coco modifée très émolliente. Plus les 33 huiles essentielles.

     

    Mon interprétation sur 50 g

     2,5g teinture d'achillée

    2,5g HE

    1g simulgel

    1 g ricinion 

    0,5g gomme guar

    0,3g conservateur

    31g hydrolat de menthe poivrée

    10g hydrolat de lavande

    5gtes elixir Rescue+5gtes  Environmental yarrow solution

     

    Préparer:

    1. hydrolats+gomme guar+élixirs: laisser légèrement reposer pour bien diluer la gomme guar

    2. HE+ ricinion: diluer les He dans le ricinion

    3. teinture d'achillée+conservateur

     4. simulgel

     

    Diluer 2 avec 1, puis ajouter 3, puis 4 Bien remuer

     

    Pour les HE:  75 gouttes,  environ 2,5g d'HE, 5%, soit moitié moins que la VO.

    6 tea tree, 6 lavandin super, 6 lavande fine, 5 niaouli, 5 eucalyptus citriodora

    4 romarin à verbénone, 4 thym géraniol; 4 bois de ho, 4 géranium, 4

    encens-myrrhe, 3 camomille romaine, 3 palmarosa, 3 menthe poivrée, 3 gaulthérie

    odorante, 2 épinette rouge, 2 citronnelle, 1 patchouli, 1 santal,  1 helichryse

    1 marjolaine à coquilles, 1 citron, 1 génevrier, 1 laurier; 1 ciste, 1 myrte

    rouge, 1 girofle clous, 1 carotte sauvage

     

    Mes choix

     La teinture d'achillée

    Bon cicatrisant et hémostatique efficace. Elle agit aussi sur les hématomes.

    voir par exemple ce qu'en dit l'excellent blog altheaprovence ici

    Les hydrolats

    Je commande celui de menthe poivrée par litre tant j'en fais usage (à la ferme de Saussac). C'est un excellent antalgique, avec des propriétés anti-bactériennes

      -lavande: cicatrisant et régénérant

      Les élixirs

      -Rescue: j'en mets dans toutes mes formules de soins d'urgence.

    - Environmental yarrow solution:  un élixir particulier puisqu'il contient à la fois des teintures d'achillée (yarrow en anglais) et d'échinacée, et des élixirs d'arnica, d'achillée et d'échinacée. Il est préconisé en interne notamment comme protecteur des radiations, pour soutenir l'immunité et comme anti-stress. Je l'utilise en externe pour compléter l'effet protecteur d'urgence du Rescue.

      Les HE

    J'ai modulé la liste originelle en tenant compte de ma pratique, on pourrait bien sûr faire d'autres choix.

     J'ai gardé:

      Mentha Piperita (Peppermint) Oil,  Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Leaf Oil (romarin à verbenone pour moi), Thymus Vulgaris (Thyme) Oil, (thym à géraniol pour moi) Gaultheria Procumbens (Wintergreen) Leaf Oil (gaulthérie odorante pour moi), Juniperus Communis Fruit Oil, Lavendula Hybrida Oil (lavandin super pour moi), Citrus Medica Limonum (Lemon) Peel Oil,  Cymbopogon Nardus (Citronella) Oil,  Lavendula Angustifolia (Lavender) Oil, Melaleuca Viridiflora Leaf Oil,Pelargonium Graveolens Flower Oil, Santalum Album (Sandalwood) Oil, Anthemis Nobilis Flower Oil, Cymbopogon Martini Oil, Pogostemon Cablin Oil, Boswellia Carterii , Melaleuca Alternifolia (Tea Tree) Leaf Oil, Laurus Nobilis Oil, Myrtus Communis Oil (myrte rouge pour moi), Helichrysum Italicum Oil, Cistus Ladaniferus Oil,

      J'ai ôté:

    HE d'anis et de fenouil (d'abord indiquées pour la digestion), cajeput et d'eucalyptus globulus (plutot pour le système respiratoire en premier choix),  sauge officinale (antiseptique, mais je n'en n'avais pas), bois de rose (remplacé par du bois de ho dont je préfère l'odeur), sarriette, thym serpillum et origan heracleoticum,tous trois très anti bactériens mais j'ai mis du girofle à la place, et il y a par ailleurs beaucoup de molécules anti bactériennes dans les HE déjà présentes, cyprès (circulatoire mais il y a déjà du myrte et du citron), basilic saint et ravensara aromatique que je trouve moins directement liés à la réparation cutanée.

      J'ai ajouté:

    Eucalyptus citriodra, excellent anti-inflammatoire (à la place du globulus)

    Bois de ho en place du bois de rose

    myrrhe (associée à l'encens), très cicatrisante

    épinette rouge, excellent ant-inflammatoire

    marjolaine à coquilles, anti-bactérienne et fongicide

    girofle clou, antiseptique

    carotte sauvage, régénérante cutanée.

     

    Au total, mon gel semble moins costaud surtout avec l'élimination des HE de thym, d'origan et la quantité moindre d'HE mais j'ai contrebalancé avec d'autres ingrédients: teinture, hydrolats, élixirs pour jouer sur d'autres registres plus subtils et il s'est révélé très efficace.

     

    Gel polyvalent anti-bobos

     

    Je l'ai conditionné en mini-tubes noirs très chics (de 7ml, trouvés ici) à emplir impérativement aux deux tiers seulement avant de fermer, sinon, gare aux débordements.


    13 commentaires
  • Je prépare depuis pas mal de temps un produit multi-usages que je pensais avoir publié… Et bien non. Je viens réparer cet oubli.

     

     

    C'est un mélange à vaporiser sur un mouchoir à utiliser en avion à la place du mélange d'huiles essentielles usuel (voir ici) car son parfum est très agréable et doux. Comme il est dilué, je le trouve plus simple d'usage.

    On peut aussi en pschitter sur les mains comme barrière anti microbes -notamment en voyage-.

    Je l'utilise parfois le soir, toujours pschitté sur un support (papier ou mouchoir) que je glisse sous l'oreiller pour enrayer dans l'œuf un début de crève.

    On peut enfin le vaporiser autour de soi et respirer, toujours pour lutter contre un début de refroidissement.

     

    Brume protectrice anti-crève sur 100g ou en %

     

    Alcool à 90° non modifié 63

    hydrolat de monarde 26

    hydrolat de géranium 4

    hydrolat d'encens 3

     

    4% HE +elixirs en gouttes

    30 gtes lavande

    20 gtes eucalyptus radiata

    15gtes niaouli

    10 gtes genevrier

    10 gtes sapin géant

    9gtes encens (boswellia carterii)

    9gtes romarin  de Corse (à verbenone)

    6 gtes menthe poivrée

    5 gtes thym à géraniol-linalol (ou monarde si on en a)

     2 gtes mastic

     2 gtes girofle

     10 gtes environmental yarrow elixir

    5 gtes elixir rescue (ou des 5 fleurs)

     3gtes EPP

     

    P1080723.jpg

     

    Fabrication, simplissime

     

    -Verser les gouttes d'huiles essentielles dans un bécher désinfecté.

     

     

    -Les diluer avec l'alcool à 90° et touiller vivement. On obtient un liquide lactescent.

     

    -Compléter avec les hydrolats. Conditionner en vaporisateur.

     

    Le pourquoi du choix des ingrédients

     

    * L'alcool à 90°

     

    Il permet la dilution des HE. Il fait aussi fonction de conservateur. En le diluant avec les hydrolats, on obtient une concentration alcoolique comprise entre 65° et 70°. Si on ajoute les 4% d'HE, on obtient un produit pour les mains correctement désinfectant (il faut en effet une dilution alcoolique titrant au mimimum à 60° et avec environ 2% d'HE). Voir ici les précautions à prendre pour fabriquer un gel suffisamment antiseptique.

    Comme cette brume ne contient aucune substance adoucissante, la réserver à des usages occasionnels pour ne pas dessécher la peau. Elle permet néanmoins de ne pas multiplier les flacons à garder sous la main au cours d'un long voyage.

     

    * Les hydrolats

     

    Monarde dydime

     

    Mon hydrolat vient d'ici, je l'avais acheté lors d'un salon. C'est une plante dont j'achète les fleurs séchées quand j'en trouve tant leur ton rouge me fascine. Je la trouve plus douce que le thym, par ailleurs très efficace, pour les problèmes respiratoires. Son parfum possède une note légèrement safranée. Je l'utilise aussi dans des desserts. Voir ici

    On peut remplacer par un hydrolat de thym, choisir une variété douce.

     

    Géranium:

     

    Pour ses propriétés anti-stress. J'ai utilisé celui de la nouvelle boutique Buly, rue Bonaparte, au parfum très fin. C'est le produit que j'ai préféré de cette échoppe dédiée à quelques ingrédients cosméto (huiles surtout), au décor et aux packagings vraiment très réussis. En revanche, mon avis sur les produits proposés est plus mitigé. 

     

    Encens:

     

    A la fois anti microbe, avec un tropisme respiratoire,  et apaisant. (ici, c'est celui de Bilby).

     

    * Les élixirs

     

    Rescue ou remède des cinq fleurs: très polyvalent, conseillé dans les situations d'urgence. 

     

    Yarrow Environmental solution : un elixir un peu particulier puisqu'il renferme aussi des teintures d'achillée et d'échinacée en plus d'elixirs floraux. A l'origine, il avait été créé contre l'exposition aux radiations. 

     

    * Les huiles essentielles

     

    Pour mémoire, voici la liste des HE utilisées dans la sniffette aux HE que j'ai longtemps préparée. J'ai souligné les HE  conservées. 

     

    Cajeput 18, j'ai remplacé par du niaouli
    Girofle 1, pour sa richesse en eugénol très antiseptique
    Eucalyptus globulus 36, j'ai préféré radiata.
    Genevrier 4, anti inflammatoire et effets tonifiants
    Menthe poivrée 35, antalgique
    Gaultherie 5
    Mastic grec 4, excellent contre la sinusite
    Calament 2

     

    J'ai changé les dosages (notament pour la menthe poivrée et le genevrier),  ai ôté certaines HE, en ai ajouté d'autres que j'utilise depuis longtemps, en privilégiant des HE efficaces mais pas coup de poing.

     

    lavande: apaisante, fluidifiante, équilibrante

     

    eucalyptus radiata: voir sur Potions l'excellent article de Loulou sur cette HE anti infectieuse et anti virale, efficace dans la lutte contre les affections respiratoires 

     

    sapin géant: parfum exquis, facilite la respiration.

     

    niaouli: décongestionnant respiratoire, anti microbien, anti viral.

     

    encens: anti inflammatoire, anti-essoufflement, expectorant.

     

    romarin de Corse: anti bronchitique

     

    thym à géraniol-linalol: fluidifiante et anti infectieuse.

     

     

    Ce mélange possède un parfum très agréable. On peut bien sûr s'en inspirer pour composer un mélange à sa façon, en veillant à conserver un résultat olfactif plaisant.  

     


    30 commentaires
  • Comment augmenter sa dose d'antioxydants dans l'alimentation sans se fatiguer?

     

    En se concoctant des mélanges à l'avance… si possibles avec du goût.


    Pourquoi vouloir plus anti-oxydants? Parce qu'ils jouent un rôle protecteur très polyvalent. J'ai choisi un trio qui apporte des polyphénols à hautes doses. Les polyphénols sont une catégorie d'antioxydants fabriqués par les végétaux  pour se protéger des agressions liées à la température, au soleil, au vent, aux insectes, aux attaques de champignons… On en découvre tous les jours des bienfaits. Ils protègeraient d'à peu près tout: des maladies cardio vasculaires, du cancer, des troubles inflammatoires, etc

     

    Gros bémol: on les assimile plus ou moins bien et comme on est dans la prévention, on ne sait pas encore déterminer sûrement les doses nécessaires.

     

    P1000583.jpgLa poudre d'agrumes est d'une couleur plus vive que sur la photo…


     

    Mon choix

     

    -la poudre de cacao crue. Je la trouve amère utilisée en solo. Quand je vois les doses utilisées dans certaines recettes, je m'interroge sur leur résultat gustatif…  Elle serait sept fois plus riche en polyphénols que le cacao torréfié.

     

     

    -la cannelle: l'un des aliments les plus antioxydants, sauf qu'on n'en avale pas des kilos! A acheter en bâton et à moudre soi-même pour plus de fraicheur; un coup de mixer, et hop… c'est fait; Il s'agit de la cannelle de Ceylan, au goût plus fin  que la cannelle de Chine.

     


    -la poudre de zeste d'agrumes bio, à réaliser soi même au four à basse température.  J'ai déjà expliqué la méthode ici. (Trois heures au four à 60°porte du four entrouverte. Poser les zestes sur du papier sulfurisé, laisser refroidir, mixer et eventuellement tamiser). J'en prépare deux fois par an environ, j'en mets parfois dans les salades, la mayonnaise, etc. 

     

     

    P1000581.jpg

    Le mélange réalisé. Le cacao colore le tout

     

    Le dosage, à ajuster selon son goût:


    -4 cuillérées à café de poudre de cacao cru bio

    -3 cuillérées à café de de poudre de zeste d'agrumes bio

    -2 cuillérées à café de cannelle bio moulue (on peut en mettre moins, tout dépend de la puissance de la cannelle).

     

    Mettre le tout dans un bocal, bien secouer. Garder au frais et ne pas fabriquer en grande quantité pour limiter l'oxydation.

     

    A utiliser à petites doses en raison de la force des ingrédients; une demi cuillérée à café, voire moins, pour un yaourt nature ou sur le muesli (non sucré, la cannelle et les agrumes apportent du "rond") du matin. On peut aussi saupoudrer au dernier moment une salade de fruits.


    L'idée, je me répète: booster ses repas sans effort.

     

    Je me demande si je ne vais pas tenter aussi en teinture pour la cosméto… On ne se refait pas…

     

     

     

    l


    22 commentaires
  • Michèle a réalisé et offert un excellent sirop aromatique à diluer dans un liquide à des fins aussi gourmandes que thérapeutiques. Je vous laisse découvrir son ingéniosité ici, sur le blog collectif Potions et Chaudron. Elle l'a réalisé à base d'HE, de miel et de sirop d'agave.

     

    Ce style de potion magique est particulièrement précieux car on a du presque tout prèt et sophistiqué sous la main…

     

    Il se trouve que lors d'un trop bref séjour à New York en décembre dernier, m'avait été offert une potion également ingénieuse, mais différente, et je me demandais si j'allais ou pas en parler sur ce blog; j'ai reculé jusqu'à aujourd'hui car c'était évoquer un voyage de plus et donc suggérer encore d'avantage la situation de "rentière" que me prètent certains lecteurs et lectrices. (Je n'aurais rien contre…  )

     

    P1230896.jpgAnwar est un passionné de préparations ayurvediques


    Je saisis donc l'occasion, et je me lance. Lors de ce séjour à New York, j'ai découvert un merveilleux lieu de perdition, une boutique d'herbes, de plantes, et de produits souvent indiens, magasin tenu par le plus gentil des Bangladeshi, Anwar. J'y ai déniché notamment de la poudre de boswellia serrata, ingrédient très anti-inflammatoire que j'ai préparé en teinture.

     

    P1230898.jpg

    La boutique s'appelle Dual speciality store, elle est située dans l'East Village et ouvre tard le soir.  (91 1° avenue). Je l'ai découverte en marchant, j'ai vu après qu'elle était répertoriée dans le Zagat…

     

    Après avoir discuté plus d'une heure avec Anwar, il m'a offert un pot de "chai masala female", un produit de sa fabrication et dont on devrait pouvoir s'inspirer; même si dans la texture, il est moins abouti que celui de Michèle, l'idée est assez ingénieuse pour je l'explique ici.

     

    P1230897.jpgUne idée des rayons. Il y a plein d'épices, de graines, de farines…

     


     

    P1240135.jpgL'étiquette du  Chai masala

     

    C'est un mix bio de thé noir et d'épices ( cardamome, girofle, cannelle, quatre-épices, plus ou moins celles d'un chai) très finement broyés avec, en plus, des herbes spécifiquement destinées aux femmes; fenouil, astragale, Dong quai, Blue cohosh, framboise (la boutique propose  aussi un chai masala en version homme). Le tout est dilué dans du sirop d'agave et un peu de sucre brun dit l'étiquette. Le mélange d'herbes et d'épices est à hauteur de presque 10%.

     

    NB:-l'astragale probablement astragalus membranaceus, est une plante chinoise qui renforce l'immunité

    -le dong quai (angelique chinoise) est un régulateur du système hormonal

    -le blue cohosh (actée à grappes bleue) est une plante américaine indigène anti inflammatoire, qui combat la fièvre et a de nombreuses autres propriétés. 

     

    -Quant au fenouil et à la framboise, ils ont aussi de nombreuses applications, notamment pour la sphère gynécologique (les feuilles de framboise)

     

    Son mode d'emploi: une cuillérée à thé dans une tasse d'eau que l'on porte à ébulliton six à huit minutes, avant d'ajouter un peu de lait et éventuellement plus de sucre, ce que je ne fais pas. C'est un excellent remontant à boire le matin; je ne pense pas le refaire à l'identique néanmoins, car je ne maîtrise pas bien l'usage de toutes les plantes énumérées.


    La texture est un peu chewingumesque, mais l'avantage, c'est que, là aussi, c'est presque prét, quoique plus long à finaliser que le sirop de Michèle; le sucre étant un excellent conservateur, c'est une idée à retenir si on veut préparer des suspensions de plantes qui ont besoin de chauffe (donc plutôt des feuilles et des racines)  car ce chai masala concentré préparé à l'avance est vraiment parfumé. 

     

    Du coup, j'en profite aussi pour évoquer une autre façon d'obtenir une macération de végétaux agréable, et que j'ai testée avec de la racine d'osha, plante amérindienne anti bactérienne au parfum puissant. Il suffit de l'immerger dans un pot de miel très fluide  qui va s'en parfumer peu à peu; j'avais trouvé l'idée ici sur le blog de Kiva Rose qui suggère de nombreuses autres préparations. Le pot est fini, pas de photos…


    Je pense tenter avec d'autres racines odorantes: gingembre, angelique ou même ginseng. On peut bien sûr tester avec des pétales ou des feuilles, avec le risque d'en retrouver sur sa tartine… 

     

      P1240134.jpg

    A gauche, le sirop  préparé par Michèle, très limpide car il n'y a pas de plantes en suspension, uniquement des HE. A droite, bien plus sombre, le masala  chai new yorkais. L'un pour le sommeil, l'autre pour l'énergie: avec ça, je suis parée…

     

     

     



    20 commentaires
  •  

    Je suis fascinée par les beaux ongles, car les miens sont modestes. Je les porte courts pour déjouer leur fragilité. Je potasse donc souvent le sujet : beaux ongles. 

     

     

    Dans la mesure où je suis en quelque sorte en "formation continue" sur ce thème, j'ai décidé, pour offrir, de préparer une petite ligne spécial ongles en tenant compte de mes découvertes. 

     

    Sur le net et dans les livres, il y a énormément d'ingrédients censés booster les ongles; j'ai essayé de repérer ceux qui étaient le plus cités (en tenant compte de la crédibilité des sources).

     

    Huiles végétales

     

    *Il y a quelques temps déjà, j'avais fait un baume pour les mains et les ongles que Michèle avait beaucoup aimé, avec une huile au gaillet préparée par Christian Nugier, et que j'ai donc rachetée par la suite.

     

    * J'ai tenu compte également des indications données par Kolbjorn Borseth d'Aromantic dans son e-book sur les huiles végétales.

     

    Dans les diverses formules qu'il propose pour les ongles, on trouve:

     

    pépins de raisin

    sésame

    son de riz

    chanvre

    noyau d'abricot ou  noyau de pêche

    jojoba

    carthame

    pépins de citrouille (pour la présence de zinc)

    macérat de consoude

     

     

    *J'ai regardé les formules de Hauschka, de Décléor et quelques autres encore (dont Talika, une vieille marque qui propose un soin avec myrrhe, benjoin, encens) pour compléter la liste. Les huiles réputées bonnes pour les cheveux sont souvent conseillées pour les ongles.

     

     

    Huiles essentielles

     

    Celle de citron est citée de la façon la plus récurrente, notamment pour soigner des ongles cassants; l'ylang est également souvent évoqué (pour les mêmes raisons), comme il l'est pour les cheveux. Et comme les deux se marient bien, j'ai gardé ce duo.  J'ai aussi introduit des macérats huileux à base d'agrumes, combawa, yuzu, cédrat. 

    J'ai composé ma formule avec ce que j'avais chez moi, on peut bien entendu choisir d'autres combinaisons.

     

     

    Huile pour les ongles  (en % ou en g)

     

    10 sésame au gaillet

    10 zestes de combawa dans tournesol /soja

    10 avocat

    10 pépins de citrouille

    10 zestes de yuzu/cédrat dans coco fract

    5 macérat de résines d'encens et de benjoin dans sésame desodorisé

    10 argan

    30 carthame oléique

    5 géelules vit E 1000

    20 gtes HE citron bio

    15gtes HE ylang complète bio


     

    P1240022.jpgLe rouge profond est apparu après macération. L'huile de pépins de citrouille est sombre, il y a peut être eu une réaction avec les macérat d'agrumes et/ou de résines…

     

    J'ai conditionné dans des petits flacons avec pinceau que j'avais eu la chance de récupérer pour que cette huile puisse être appliquée facilement.

     

    Deux conseils de base

     

    *Si on a les ongles fragiles, porter au minimum une base, ce qui les protège un peu.  Mais, au moins une jour par semaine, il faut ôter le vernis et nourrir l'ongle, cuticule et lunule comprises, en massant doucement.

     

    *Limer les ongles avec une lime à grain très fin, en carton ou en cristal, comme on en trouve mantenant; éviter de les couper à la pince à ongles, ce qui est pourtant plus rapide (je le fais parfois encore, honte à moi…  )

     

    Pour booster l''huile, j'ai préparé un baume qui théoriquement devrait rester plus longtemps en contact. 

    Pour ce baume, j'ai décidé d'ajouter de la myrrhe car on la trouve dans de très nombreux produits destnés à fortifier les ongles, dans des marques bio comme Logona ou Santé mais aussi dans des marques spécialisées, qui utilisent un extrait de myrrhe baptisé Onymyrrhe, recommandé notamment par  …  les guitaristes.

     

    Je suis très intriguée par cette indication de la myrrhe, résine de la même famille botanique que l'encens. J'ai passé beaucoup de temps à en trouver l'origine. En vain. La myrrhe a des propriétés antiseptiques, anti-bactériennes, elle est très utilisée pour les soins buccaux (je traque d'ailleurs les dentifrices à la myrrhe car je les apprécie).

     

    ici par exemple, dans une Pharmacopée universelle publiée à Anvers (1840?) on trouve de  nombreuses applications mais impasse sur les ongles.

    .

    Dans un petit livre bien documenté,  Frankincense & myrrh de Martin Watt et Wanda Sellar (ed. the C-W-Daniel company ltd) qui recense  de nombreux usages, quelques mots évoquent la myrrhe contre la chute des cheveux; c'est la seule indication que l'on pourrait rapprocher d'un emploi pour les ongles.

     

    Bon, on y va quand même parce qu'on y croit…


    Onymyrrhe: extrait de myrrhe? Lequel? Il existe du CO2 de myrrhe,  j'ai préféré faire  avec ce que j'avais et préparé une teinture, que j'ai introduite à 10% comme dans beaucoup de baumes que je réalise depuis l'été dernier.

     

    teinture de myrrhe

     

    5g de résine pilée au mortier

    21g d'alcool à 95°

    laisser macérer au moins deux semaines, filtrer. 

     

    Les résines s'extraient mieux avec un degré d'alcool élevé.

     

    J'ai également ajouté un"élixir" de myrrhe de la marque Elixalp qui propose des produits que je trouve efficaces. Cet élixir comporte de la teinture, de l'He et les cendres de l'ingrédient utilisé, c'est à dire un totum à la manière des alchimistes.


    J'ai fait le pari que les autres ingrédients étaient assez nourrissants pour atténuer l'effet desséchant de l'alcool des teintures; Mes testeuses  diront…

     

    P1240027.jpgarrow root bio stérilisé (j'avais fermé le bocal avec du papier sulfurisé maintenu par un élastique en silicone)

     

    j'ai introduit du ricin à la fois en cire et en huile et ajouté un peu d'arrow root (stérilisé maison 4h au four) pour une texture agréable à passer.

     

    Baume à ongles (en % ou sur 100g) 

     

    1 Arrow root

    2 Cetyl palmitate

     

    11Beurre de chanvre maison

     9 Céralan maison

    2 Cire de ricin

     

     23 huile de ricin

    30 Huile pour ongles (formule ci dessus) 

    10 Carthame oléique

    4 Myrrhe teinture maison

    6 Myrrhe (Elixalp)

     

    15gtes  HE Citron

    20 gtes HE Ylang

    1g Vit E

    2gtes EPP

     

    P1240128.jpgA gauche de la résine de myrrhe, à droite le baume pour les ongles, légèrement plus rouge que sur la photo

     

    J'ai mis en pots … pour celles qui ont gardé leur âme d'enfant…


    44 commentaires
  • C'est un test personnel… validé par ma dentiste, étonnée que j'aie eu mal aussi modérement malgré une rage de dents (merci le tea tree) et que j'aie si peu de tartre  (merci, l'hydrolat de menthe poivrée).

     

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/vegetation/feuilles_12.gifPartie tout dernièrement en voyage avec une rage de dents déclarée la veille, j'ai eu la bienheureuse idée d'emporter un fond d'huile essentielle de tea tree. Pour l'avoir souvent expérimentée, je connais son efficacité pour enrayer les otites naissantes avec une goutte d'He massée autour de  l'oreille --mais surtout pas dedans-.

     

    Pour les dents, j'ai prélevé un soupçon d'HE sur le doigt (frotté près du goulot du flacon) et j'ai massé la gencive proche de la dent douloureuse. Effet apaisant quasi immédiat; j'ai répété le geste trois ou quatre fois par jour pendant le temps du voyage; je n'ai même pas pris d'antalgique et, en évitant d'avaler du sucré, j'ai pu vivre normalement. J''ai foncé me faire soigner au retour bien sûr…

     

    Sur un article de son blog aujourd'hui au repos, Raffa avait donné un lien vers un petit livret consacré aux multiples vertus et propriétés du tea tree, lien que je redonne ici (il permet d'arriver à un pdf) car il détaille les façons d'utiliser cette HE, si polyvalente.

    Quant au goût très présent du tea tree, personnellement, j'aime bien, mais je connais d'irréductibles réfractaires… prévoir un test olfactif avant achat, certains tea tree étant plus virulents que d'autres. J'utilise depuis longtemps un tea tree bio de white lotus aromatics

     

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/vegetation/feuilles_12.gifL'emploi de l'hydrolat de menthe poivrée relève d'un hasard heureux. Faisant régulièrement des bains de bouche avec des teintures maison (une demi cuillérée à café de teinture de sauge, de thym, ou de laurier dans un verre d'eau tiède), de l'hydrolat de ciste (contre les saignements de gencive) ou de sarriette, je suis restée un jour en panne de tout ou presque. N'ayant plus que de l'hydrolat de menthe poivrée sous la main, je l'ai essayé à raison d'un bouchon dans un verre d'eau tiède. Comme j'ai beaucoup apprécié le parfum (un bonheur en comparaison de la sarriette, véritable bulldozer), j'ai poursuivi l'expérience. J'ai observé que l'hydrolat agissait positivement sur les gencives, moins sensibles. Et j'ai aussi découvert que je ne fabriquais quasiment plus de tartre…


    Le pH élevé de l'hydrolat de menthe poivrée agirait-il en atténuant l'acidité du milieu buccal? Je n'en sais rien, mais en tout cas, ça marche… et les flacons d'hydrolat défilent les uns après les autres.


    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/vegetation/feuilles_12.gifJ'ai essayé celui d'AZ, très correct mais sans trop d'âme, celui de Sévessence, qui tire un peu vers la menthe des champs, celui d'Essenciagua, excellent, mon préféré (site ici, où l'on trouve également des hydrolats de menthe verte et citronnée) jusqu'à ce que j'essaie un hydrolat trouvé au salon Marjolaine chez un producteur de Simples: les plantes des Cévennes, et qui offre une très belle vivacité aromatique. Voir ici leur site

    On trouve par ailleurs chez Christian Nugier à côté d'hydrolats de menthe poivrée ou de menthe citronnée très réussis, un hydrolat de menthe verte, vrai régal olfactif. Comme la commande sur le site est parfois fantasque, on peut en obtenir plus facilement auprès de Simples pluriels

    En Drôme provençale, La ferme de Saussac produit également de merveilleux hydrolats, dont celui de menthe poivrée. Voir ici

     

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/vegetation/feuilles_12.gifL'hydrolat de menthe poivrée est souvent évoqué dans les soins de la bouche, mais sans faire allusion à une éventuelle action anti tartre.


    36 commentaires
  • J'avais reçu en cadeau du Laos un très joli pochon d'herbes (luk pra kob en thai) que l'on utilise en Asie pour effectuer des massages doux. J'ai fini par le défaire entièrement pour voir comment il était fabriqué… et pour tenter d'en faire à mon tour.


     

    Ce qui me fascinait le plus, c'était la beauté du pliage. Pas de couture, juste une cordelette avec une façon intrigante de tortiller le tissu … J'ai oublié de photographier l'original avant de le défaire… 

     

    Je me suis donc lancée.

     

    Le contenu des pochons: farce d'herbes

     

    Les luk pra kob thai renferment des herbes et des épices locaux, dont beaucoup tenus pour  détoxifiants. Dans ce que j'ai pu recenser: gingembre, lemongrass, citron vert, curcuma, feuilles de camphrier, d'eucalyptus, de tamarin, de pandanus, shikakai, sel, menthol, patchouli  etc.

    ( Voir ici, ou ici ou encore ici avec des photos de la réalisation du pochon).


    N'ayant pas sous la main des herbes fraîches thai (ou alors, pas bio), j'ai décidé de  choisir des plantes et des ingrédients que, d'expérience, je trouve intéressantes pour la peau.


    *J'ai commencé par réunir plusieurs argiles douces (blanche, bleue, violette) que j'ai légèrement humidifées avec de l'eau d'Uriage et de l'hydrolat de lavande avant de les laisser sécher. Outre ses propriétés détoxifiantes, l'argile permet de mieux amalgamer les plantes. 


    *Ensuite, j'ai mixé pas mal de flocons d'avoine bio que je trouve très apaisants pour la peau.


     

    P1230157.jpgTamisage des flocons d'avoine. J'évite le métal; la cuillère est en nacre, les mailles de la passoire en nylon


    *Puis j'ai ajouté chaque ingrédient listé ci dessous, après l'avoir mixé finement puis tamisé. Mieux vaut mixer séparément pour obtenir des poudres homogènes. 


     

    P1230159.jpgAjout de la poudre de roses rouges



    La liste peut bien sûr varier selon les préférences… et ce qu'on a dans les placards.


    Roses rouges

    Consoude feuilles bio

    Matricaire fleurs

    Graines de sésame (un peu car ça colle)

    Thé vert cru bio

    Gingembre en poudre maison bio

    Fenugrec indien bio

    Sauge grecque sauvage

    Fenouil graines bio

    Roses roses marocaines

    Zaatar israelien ( à base de marjolaine, thym, sésame, etc)

    Tulsi indien bio (basilic sacré)

    Algues bretonnes

    Poudre de santal indienne

     

    J'ai obtenu près de 500g de poudres, un long labeur qui m'a permis de confectionner environ 12 pochons.


     

    J'ai ensuite parsemé le mélange  de gouttes parfumées:


    -HE de keffir lime (peau), les écorces de keffir se trouvent dans toutes les formules de pochons thai.


    -Absolue de rose bio.

     

    J'ai laissé reposer 24 heures en touillant régulièrement puis j'ai attaqué la confection des pochons.


     

    P1230167.jpgLa petite famille pochons. Ils  ont donc l'aspect d'un baluchon, surmonté d'un manchon roulotté. une cordelette permet de le tenir.

     

    Pliage du pochon

     

    Le modèle original est taillé dans une pièce de coton de 22cmX29cm. La poudre (solidifiée après usage) est posée au tiers de sa surface.

     

    J'ai découpé des rectangles dans un vieux et beau drap ancien (déchiré de vieillesse) en coton.

     

    Ensuite, j'ai un peu tâtonné pour trouver le pliage.


    Tentative d'explications en images:

     


     

    P1230162-Bon.jpgPoudre (40g environ) posée au tiers du rectangle


     

    P1230163.jpgLe baluchon est ficelé avec une cordelette de coton (achetée en Grèce, paradis des ficelle de toutes sortes). Elle est très proche de l'original. Comme on ne plis pas au milieu, les pointes de tissu du baluchon sont de hauteur inégale. On pose le pochon en disposant les deux bouts de la ficelle vers le haut, elles passent devant le pliage disposé en éventail, petits plis sur le devant. 

     

     

     

    P1230164.jpgOn replie l'éventail en un bandeau en coinçant les petits plis à l'intérieur. Puis on retourne le tout de l'autre coté et on roulotte le bandeau jusqu'au bout en commençant par une extrémité (cela se fait perpendiculairement au pochon). On obtient un petit rouleau, à serrer le mieux possible et on rentre le bout restant (à obtenir en biais) sous le tissu du rouleau à l'aide d'une pointe (j'ai utilisé une baguette coréenne en métal). Les deux cordelettes doivent ressortir par le haut du roulotté. On les tortille ensemble en cordelette pour faire une anse et on la noue autour du pochon, à l'endroit où il est resserré. Ouf…

     

     

    P1230171.jpgEt voilà le travail…

     

     

     

    L'utilisation

     

    Ces pochons réchauffés à la vapeur sont appliqués sur le corps, notamment sur les articulations ou sur le visage (selon les plantes utilisées), souvent après avoir massé la  zone. On tamponne la peau avec le pochon chaud d'une main ferme mais sans frotter. L'humidité doit faire  légèrement exsuder la poudre de plantes qui doit être odorante. 

     

    J'avais testé celui que j'avais reçu dans ma baignoire et  trouvé ce moment très agréable.

     

     

    il suffit donc de chauffer un pochon en le plaçant  dans un panier vapeur (chinois ou une marguerite). Puis de l'appliquer sur la peau quand il est chaud, mais pas trop. Garder le panier vapeur à côté si nécessaire pour réchauffer régulièrement le luk pra kob. On peut aussi se faire aider… 


    Un pochon peut servir deux ou trois fois à condition de le faire sécher puis de le conserver au froid entre deux usages … sans attendre trop longtemps quand même.

     

    Amusez vous bien si vous essayez…

     


     


    42 commentaires
  • Découvrir une nouvelle adresse pour s'approvisionner en -bons- ingrédients est toujours un grand plaisir … alors trois d'un coup, on nage dans la félicité…

     

    http://safran2b.pagesperso-orange.fr/Iminigifs-8/chat-blanc-011.gifHeliocosm

     

    Sur son blog, Kat a raconté à la perfection son coup de cœur justifié pour cette nouvelle adresse. La beauté du lieu avec ses magnifiques placards de bois pâle, la qualité des ingrédients, l'éthique, la conviction et la gentillesse de ses créateurs Clément et Aurore:  on met tout dans une éprouvette, et abracadabra…  on obtient un trésor. Ceux et celles qui dénigrent la cosméto bio ou maison parce qu'elle serait ringarde devraient aller y faire un tour tant c'est un concentré de modernité élégante et d'engagement responsable.

     

    L'installation pour les ateliers m'a fait pâlir de concupiscence. Pour les ingrédients, je m'étais jurée d'être sage… c'est un serment à moitié tenu. L'HE de géranium est une  merveille olfactive (très nette, fleurie, avec une imperceptible touche poivrée). Et l'hydrolat de lavande, pour une fois… sent la lavande, car seules les sommités fleuries ont été distillées, et non toute la plante. Comme mes placards renferment plus d'un hydrolat de rose, j'ai résisté mais l'hydrolat proposé est exquis, tout comme l'eau de fleur d'oranger. Les parfums utilisés pour les produits créés lors des ateliers ont été élaborés à Grasse. 

     

    Il y a juste quelques actifs proposés, choisis avec grand soin. Bref, j'ai eu aussi un énorme coup de cœur.

     

    Heliocosm, 25 rue Hérold, 75001

    tel. 01 42 36 86 67

    Lu-sa: 10h30-19h30

    dim 14h-17h

    site: www.heliocosm.com

     

    http://safran2b.pagesperso-orange.fr/Iminigifs-8/chat-blanc-011.gifMa terre première


    J'ai découvert cet été cette adresse ouverte en octobre 2010, mais comme la boutique était fermée en août, j'ai préféré attendre pour en parler. C'est un beau rendez-vous pour les amies et passionnées de la phyto (n'est-ce pas ma chère Mlk?) car Delphine, sa créatrice diplomée de l'ARH (association pour le renouveau de l'herboristerie) a fait le choix audacieux et courageux de privilégier les petits producteurs et notamment ceux qui adhèrent au syndicat des Simples. Compte tenu d'un cahier des charges rigoureux, ils produisent, ramassent ou transforment des plantes d'une très grande qualité. Je trouve que mêmes séchées, leurs plantes semblent encore vivantes.

    On y trouve donc -en bio bien sûr- des hydrolats, des teintures, des plantes en vrac (très belle camomille romaine) d'excellentes compositions phyto en mélange, des huiles essentielles, de la cosmétique bio, des  savons, ainsi qu'un rayon livres très bien choisi, des miels etc, des bijoux très gracieux en capim dourado, une fine fibre végétale aux reflets vraiment dorés. 


    A un moment où l'utilisation par les particuliers des plantes médicinales est débattue voire remise en question au niveau européen, (voir les explications sur le site du syndicat  ici), il  est vraiment important de soutenir des petits producteurs qui font bien leur métier, menacé, … ainsi que ceux et celles qui diffusent leurs prouits… d'autant qu'ils sont d'une qualité sans reproche. 

     

    Ma terre première

    88 rue Oberkampf

    75011

    01 83 94 91 37

    mardi-samedi 13h-20h

     

    http://safran2b.pagesperso-orange.fr/Iminigifs-8/chat-blanc-011.gifHuiles&Sens chez Nayenka

     

    J'ai appris à cette occasion qu'en ghanéen Nayenka signifie cadeau de Dieu. Cette adresse ouverte à la fin de l'an dernier propose, dans un vaste espace très lumineux (plancher de bois clair) près des Halles, des lignes cosmétiques (conventionnelles ou non) surtout destinées aux peaux noires et métissées. J'en parle car  on y trouve désormais aussi, réunis dans une petite armoire, une partie des produits du site Huiles & sens. En envoyant un mail, on peut même commander n'importe quel ingrédient proposé par Huiles& sens et venir le chercher à la boutique.

    J'ai pu à peine discuter car il y avait une présentation avec plein de monde quand j'y suis passée; la vendeuse s'est même gentiment excusée. 

     

    Nayenka

    9 rue de Turbigo

    75001

    01 42 36 99 77

    mail: contact@nayenka.com

    site: www.nayenka.com

    lundi-samedi: 11h-20h

     

     



    27 commentaires
  •  

     

     

    Parfois malheur est bon. J'ai pu tester cet été pour apaiser des bobos quelques préparations emportées au cas où… ou préparées sur place.

     

     


     

    P1220426.jpgLes ruchers sont omniprésents à Fourni. Au premier plan, des buissons de thym

     

     

    Piqûre d'abeille

     

    Pour ceux et celles qui ont suivi les épisodes précédents, une brume parfumée pour les cheveux  a emballé une abeille qui me l'a fait savoir. Résultat: piqûre dans le cou avec un  dard laissé en souvenir. L'abeille a continué ses attaques après la piqûre, elle n'est pas morte sur le champ. Théoriquement, privée de dard, une abeille succombe mais pas toujours tout de suite semble-t-il, je peux en témoigner.  

     

    J'avais sous la main un tube de granules homéopathiques (apis 5CH) j'ai pris cinq tout de suite. J'avais aussi avec moi la lotion post -mosquitos version 2011, que j'ai pulvérisée toutes les trois ou quatre minutes, ce qui a limité l'nflammation (j'ai un terrain allergique). Le cou était enflé et très douloureux, mais  c'était supportable.

     

    J'ai continué de prendre des granules les jours suivants, en négligeant le reste. Résultat: une belle enflure douloureuse. Voulant économiser ma lotion car je comptais laisser ce qui restait à une amie athénienne, je suis donc passée à des produits du commerce à base d'HE que l'on m'avait donnés : très efficaces, mais le dosage d'HE m'a irrité la peau.

     

    J'ai alors sorti une arme magique, très simple à préparer et que je recommande à tout le monde: la lotion minimaliste à l'aloes.

     

    Depuis que j'ai découvert le jus d'aloes bio en ampoules, j'en fais grand usage. 


     

    P1220679.jpgUn fond de lotion

     

    Lotion minimaliste et apaisante au jus d'aloes

     

    -une ampoule de jus d'aloes bio (Superdiet, chaque ampoule renferme 15ml de jus, soit environ 12g)


    -3gouttes d'extrait CO2 de matricaire dilués dans 15 gouttes de solubol 

     

    -1 goutte de geogard (conservateur)


    -3 gouttes d'EPP (extrait de pépins de pamplemousse) (facultatif, action antiseptique)


    -1gouttes d'élixir d'hématite (aide à la cicatrisation, facultatif)

     

    Au début de mes essais, je conservais uniquement avec de l'EPP, mais c'était insuffisant. J'ai gardé l'EPP pour son action antiseptique mais ajouté 1 goutte de geogard pour une ampoule.Je multiplie les doses quand je prépare à l'avance un petit flacon avec deux ou trois ampoules.

     

     C'est une solution très fluide, très calmante sur les eczémas, les irritations cutanées voire les coups de soleil. Elle sèche vite, à la différence du gel d'aloes qui peut favoriser  l'irritation par macération surtout en été.  

     

    P1220609.jpgUne belle de Fourni… on évite de cueillir là où elle broute (au premier plan à gauche, des buissons de thym)

     

    Extinction de voix 

     

    … la rançon d'une clim qui arrive droit sur le lit…


    Deux remèdes préparés sur place. 

     

    Une macération de fleurs de thym dans de l'alcool de raisin (tsipouro) préparée quelques jours avant pour la rapporter en France et que j'ai pu aussitôt tester à raison de quatre à cinq cuillérées à café par jour dans un verre d'eau, en couplant avec la même dose de teinture de baies de sureau (que j'emporte partout avec moi en voyage).


    J'ai renforcé l'effet par un massage de la gorge avec de l'huile d'olive au thym.

    Le lendemain, c'était fini.

     

    Abcès sur une gencive de mon cueilleur de thym préféré

     

    Un soupçon d'HE de tea tree appliquée pure avec un coton-tige matin et soir sur l'abcès et des gargarismes avec une cuillérée à café diluée dans un verre d'eau de la préparation suivante:  fleurs de thym fraîches macérées quelques heures au soleil dans de l'ouzo (je n'avais pas encore mis la main sur le tsipouro… et l'anis a traditionnellement la réputation de calmer les maux de dents)

     

    Abcès disparu en quelques jours.


     

    P1220681.jpgL'alcoolature de thym est conditionnée dans une petite bouteille d'ouzo… L'huile semble trouble car elle sort du frigo.

     

    Alcoolature de thym

     

    Remplir directement un petit flacon à goulot large ou un petit bocal de fleurs fraiches de thym. Moins on manipule les fleurs, plus elles conservent leurs principes actifs.Recouvrir entièrement d'alcool (le tsipouro titre dans les 37-38°) on peut utiliser de l'alcool à 40°

    Surveiller l'évolution et arréter dès que les fleurs ont perdu leurs couleurs (deux ou trois jours suffisent). Filtrer et conditionner en flacon propre. Eventuellement, s'il y a un dépot, retransvaser dans un nouveau flacon le lendemain. Le liquide obtenu doit être limpide.

     

    A utiliser diluée dans un verre d'eau, par voie interne ou en gargarisme.


     

    P1220684.jpgVue depuis le goulot, on voit mieux la limpidité du macérat huileux

     

    Macérat huileux de thym

     

    Remplir un flacon à goulot large ou un petit bocal de fleurs de thym fraiches et recouvrir d'huile d'olive. Exposer quelques heures au soleil pour dynamiser puis placer deux ou trois heures dans un bain marie pas trop chaud. L'odeur du thym doit dominer celle de l'huile d'olive.

    Filtrer. Laisser reposer une nuit si possible et verser dans un flacon propre. Les fleurs fraîches renfermant plus d'eau que les sèches, la décantation permet d'éliminer d'éventuels dépots aqueux.  On peut ajouter de la vitamine E si on en a sous la main ce qui n'était pas mon cas. Je garde les macérats huileux au froid.

     

    A utiliser pure ou mélangée en massages pour les douleurs rhumatismales, articulaires, les refroidissements, etc.


    24 commentaires
  •  

     

    Après avoir expérimenté la gelée vinaigrée en rinçage après shampoing, j'ai pensé qu'une gelée vinaigrée anti inflammatoire serait aussi très pratique à emporter en vadrouille.

     

     

    http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-violet.gifDans ce cas, on doit d'abord préparer un vinaigre anti-inflammatoire, en faisant macérer un choix de plantes… dans du vinaigre bien sûr. J'ai lu pas mal de textes sur le vinaigre à cette occasion, qui m'ont fait un peu changer de point de vue, et notamment, à cause de deux ouvrages:

     

    -Parfums apprivoisés de René Laruelle (ed. le temps apprivoisé 2000). René Laruelle est un "nez" belge atypique qui a beaucoup -et bien-  écrit sur les parfums. Dans ce livre d'une centaine de pages,  une ou deux sont consacrées aux vinaigres (de toilette). Il y indique:

     

    "Si vous utilisez le vinaigre d'alcool, vous pouvez, en prenant des mesures élémentaires d'hygiène, travailler à chaud ou à froid. Dans ce dernier cas, vous êtes assurés de conserver aux végétaux le maximum de leur saveur et de leur parfum.

     

    Si vous utilisez du vinaigre de vin, de cidre ou même de malt, mieux vaut travailler à chaud. ce qui ne signifie pas porter à gros bouillons. Arrétez de chauffer quand vous percevez un bon frémissement.

    N'utilisez pas de produits aromatiques cueillis à la rosée. Attendez qu'ils soient séchés pour éviter les réactions intempestives après mise en solution à cause de la présence d'eau, indésirable".

     

    Il donne ensuite deux recettes: dans l'une, un vinaigre de toilette sophistiqué, il incorpore de l'alcool à 95 et dans l'autre, un vinaigre d'encens (en cours de préparation à la maison en ce moment) également.

     

    Il y a donc réticence envers le vinaigre de cidre pourtant très utilisé dans les recettes de vinaigres aux plantes. Ce que vient confirmer un autre ouvrage, plus ancien:

     

    -Le formulaire de parfumerie (tome III) de René Cerbelaud (1936. Auto édité. Un immense merci à la donatrice de ce trésor). On y trouve une vingtaine de pages sur les vinaigres de toilette, avec de nombreux conseils, des recettes  … et des mises en garde. Ainsi ce cher René (je me permets cette familiarité car je le lis beaucoup… ) : 


    - déconseille  l'utilisation de passoire métallique pour filtrer


    -rappelle la définition des vinaigres de toilette, mélanges de vinaigre d'alcool ou de vinaigre artificiel (obtenu à partir d'acide  acétique)  et d'alcool de degré alcoolique élevé et aromatisé avec des He, des résines, etc.


    Il ajoute: "il faut fixer ces vinaigres de toilette non pas à l'ambre (ça on n'en a pas!) au musc (là non plus, pas de risque!)  ou avec des aldehydes à molécules élevées mais surtout avec des baumes ou des oléo-résines pour que l'odeur acétique soit un peu atténuée ( … ). Les baumes et les résines ne se dissolvent bien que dans l'alcool à 80°".

     

    -il déconseille aussi les HE à phénol et diphénol (girofle, thym, etc. ) l'eucalyptol et les He qui en renferment.

     

    http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-violet.gifQuand j'ai lancé de nouvelles macérations vinaigrées, au lieu de faire macérer les plantes dans du simple vinaigre de cidre, j'ai donc conjointement utilisé du vinaigre d'alcool, d'autant qu'on en trouve maintenant en bio (dans les Biocoop). J'ai également ajouté quelques gouttes d'EPP. J'ai repris  les mêmes plantes que dans mes recettes précédentes (voir ici par exemple pour les explications de ce choix): buchu, matricaire, thé vert, rose, matricaire, souci, plus une, pour ses propriétés calmantes et cicatrisantes, le lys, car j'ai réussi à trouver des pétales séchés ici. J'ai filtré au bout d'une quinzaine de jours.


    Pour obtenir un vinaigre très limpide: filtrer une première fois. Laisser reposer une nuit par exemple, puis refiltrer en laissant éventuellement au fond le léger dépot qui a pu apparaître.

     

    Ayant eu des déboires (floculation légère) avec la gelée vinaigrée pour les cheveux et avec un déodorant qui incorporaient tous deux gel d'aloes et xanthane, j'ai cherché un aloes non gelifié; j'ai opté pour des ampoules qui assurent une bonne conservation de l'aloes pur.

     

    J'ai corsé avec un peu de teinture d'achillée, cicatrisante. Attention, cette teinture peut s'avérer allergisante  pour certaines personnes; la tester avant.

     

    J'ai également ajouté de l'hydrolat de menthe poivrée, merveilleusement antalgique.

     

    J'ai utilisé 2% de xanthane, ce qui suffit largement pour obtenir un gel qui va épaissir un peu plus  en quelques jours et j'ai prudemment conservé au géogard. 

     

    Par ailleurs, j'ai ajouté de l' élixir d'hématite. L'hématite est un oxyde de fer.

     

    http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-violet.gifPourquoi ce choix? 

     

    Parce qu'il existe maintenant un extrait d'hématite censé booster la formation de collagène (encore une création Gattefosse, voir ici). Je fais la supposition qu'à dose  homéopathique, -ce qui est le cas avec un elixir-, ça pourrait peut être également marcher… dans la mesure où l'extrait d'hématite en question serait actif à très faible dose si on lit les détails du brevet ici (efficacité avec  0,05% de l'extrait dans une formule, l'extrait renfermant lui même de 0,1 à 0,5% de substance active).


     

    P1220011.jpg

     

    Gelée vinaigrée anti inflammatoire (en %  ou sur 100g)

     

    12g jus d'aloes bio (Super diet, présenté en ampoules)

    24g hydrolat menthe poivrée (Essenciagua)

    0,5g elixir d'hématite

    2g teinture d’achillée maison

    0,6g geogard

    2g  xanthane

    le reste en vinaigre de plantes jusqu’à 100g

       

     

    C'est conditionné en flacons roll on;  je ne sais pas si l'idée est si bonne car peu de produit sort à chaque fois.

     

    L'utilisation: sur les bobos du quotidien, les brûlures légères,  les coupures… à la fois pour désinfecter, calmer et hâter la cicatrisation.

     

    http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-violet.gifOn peut bien sûr varier les plaisirs: se passer de l'elixir d'hématite,  utiliser une autre teinture ou augmenter la ose de teinture, choisir un autre hydrolat, etc. Comme le gel est assez ferme, le conditionnement en flacon souple est également très pratique. iI suffit d'en prélever un peu au creux de la main. Le grand avantage: la viscosité, qui évite le gaspillage.

     



    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique