• Hina: un parfum par distillations successives (Kannauj, 2° épisode)


    A Kannauj, je n'ai pas seulement senti le vetiver. J'ai aussi découvert le hina, appelé parfois shamama.


    Qu'est ce que c'est? Une composition parfumée traditionnelle produite par distillations successives de lichen (appelé charilla, parmelia perlata, parmeliacée), de racines (comme celle du bala, sida cordifolia, malvacée), d'épices (safran, muscade, clous de girofle, etc), de tiges, feuilles ou fleurs de végétaux venus d'Assam, du Népal, du Deccan…

    Le choix des plantes pour le hina


    … ou des montagnes himalayennes, comme le nard (nardostachys jatamansi, valérianacée) dont on utilise les rhizomes séchés. J'en ai obtenu un peu que j'ai mis à macérer dans de l'alcool dès mon retour. Le parfum est déjà là, incroyablement présent, très nicotiné, sombre-chaud.


    Nard ou bal chad
    Nard en macération alcoolique

      Racines de bala (sidia cordifolia, une malvacée)

    J'ai un peu assisté à la longue distillation du hina qui se fait en petits chaudrons de cuivre (ou deg) étroitement lutés (photos 1 à 3 ci dessous), chauffés au bois (photo 4) ou à la bouse de vache et dont la condensation est recueillie, via deux tuyaux coudés en bambou (chonga) (photo 5), dans des vases à col haut (bhabka) (photo 6) refroidis dans des petits bassins emplis d'eau fraiche (5° photo ). 
    Le process peut durer près de trois semaines.






    (photos de la distillation: MC)



    Les hinas que j'ai vu produire étaient programmés l'un pour aromatiser tabac, gutkha et chewing gum, l'autre pour être vendu en parfum.




















    Un sachet de Gutkha produit à Kanpur, aromatisé avec du hina de Kannauj. A droite, on voit les petits morceaux friables que l'on suçote avant de les recracher.




    Une fois distillées, les plantes récupérées sèchent au soleil, sont réduites en poudre pour parfumer les batons d'encens.

    *Hina designe parfois aussi le henné (henna ou hena), dont on distille feuilles et/ou fleurs, ce qui crée des confusions.

    Liens

    *Tous les détails (en anglais) sur le site de whitelotus aromatics ici

     *(en anglais et en pdf) sur ce type de distillation: ici

    *commercial mais intéressant (en français): comment cultiver de la sida cordifolia ici

    *  Marie Madeleine se parfumait au nard (en français) ici



    « Deux univers à découvrirCreme très protectrice pour bébé… voire pour maman aussi »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 22 Avril 2009 à 22:55
    J'ai eu l'occasion de sentir plusieurs hina, ilsétientt tous différents, sur une meme note nard néanmoins.
     Il y a des chefs de dsitillation et les recettes se tranmettent dans les familles.
    2
    Mercredi 22 Avril 2009 à 22:56
    j'ai un souci pour ce deuxième lien. j'ai tout vérifié avant de publier, ça marchait. Mais depuis, je ne me plus me connecter sur le site à qui il renvoie (j'ai en copie le téléchargement). Si ça ne se rétabit pas, je l'ôterai.
    3
    Mercredi 22 Avril 2009 à 22:59
    Le monde végétal est relié à la terre et le parfum des racines nous le rappelle encore plus que celui de fleurs.
    4
    Mercredi 22 Avril 2009 à 23:01
    comme je l'écris à Michèle, effectivement, les hina que j'ai sentis ont chacun leur parfum, meme s'ils sont proches cousins.

    Ce qui est curieux avec le nard, c'est qu'il a toujours, semble t il, été lié à la spiritualité, alors que son odeur est quand meme très racine (et très nicotine). La racine du ciel?
    5
    Jeudi 23 Avril 2009 à 21:54
    Merci Venezia pour ce superbe reportage, voir comment un parfum sort littéralement de terre et avec des moyens aussi rustiques que cela, c'est extraordinaire. Je ne connaissais pas le hina, mais je dois dire que tu as piqué ma curiosité. Le mysticisme lié au nard m'attire d'autant plus. 
    Chapeau bas et révérence Princesse ! 
    6
    Vendredi 24 Avril 2009 à 16:34
    Ce qui passe dans le bzambou n'est pas encore entièrement refroidi, c'est donc un mélange hydrolat-HE
    7
    Vendredi 24 Avril 2009 à 16:37
    Meme quand on distille des fleurs fragiles,  cela reste  un travail sur la matière…
    8
    Vendredi 24 Avril 2009 à 16:57
    Patte, j 'ai trouvé ici de la poudre de nard indien:
    http://www.kalyx.com/store/proddetail.cfm/itemid/679036.0/categoryid/1000.0/subcatid/10.0

    (je nai jamasi commandé à ce site néanmoins)

    pour la racine non pulvérisée, vraiment, il faudrait poursuivre les recherches (tu auras probablement plus de chance en anglais, nard se dit spikenard)
    9
    Vendredi 24 Avril 2009 à 16:58
    Irène,   merci beaucoup pour ce lien si interessant… sur le nard ion pourrait écrire… une Bible…
    10
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:38
    Est-ce à dire que chaque distillation donne un produit différent? Car le dosage doit varier même s'il est à base des mêmes plantes. Y a t-il un maître-nez qui fait le mélange de plantes à distiller?

    C'est extraordinaire que l'on puisse sortir de telles merveilles olfactives de racines poussiéreuses et somme toute si banales: vétiver, sida, nard. L'habit ne fait pas le moine.
    C'est précieux pour se rappeler qu'on ne doit pas juger sur la mine...

    Je lui trouve évidemment une note "nard" même si le premier jet me semble curieusement lime, lime presque bonbon, très fugitif.
    Le parfum est d'une complexité extraordinaire qui me paralyse encore un peu.

    Marie Madeleine avait bon goût. Le vase d'albâtre qu'on brise pour libérer le nectar parfumé, tout de même, ça fait envie...
    11
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:38
    Oups, j'ai oublié de te dire que je n'arrive pas à ouvrir le second lien.
    Et j'ai été surprise du bambou-tuyau comme pour véhiculer l'eau dans certains pays. C'est costaud comme matière pour supporter le contact des HE.
    12
    mlk
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:38
    Je pensais à te demander ce qu'était le hina offert et j'ai la réponse
    Il y a une version qui me plaît bien pour Marie Madeleine qui serait une Grande prêtresse et "sorcière" et qui savait que Jesus allait mourir et donc l'a soutenu avec le Nard le "passeur"(un de tes jolis mots) spirituel et apaisant
    Comme Michèle, je trouve bien que tu nous montres la réalité terrestre de ces essences si précieuses, elles ont les pieds bien sur terre et c'est certainement de là qu'elles tirent leur puissance
    13
    Irene
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:38
    J'ai lu avec passion ton article et, pour l'instant, celui de Whitelotus.
    Je comprends bien que chaque famille ou lignée de parfumeur a son secret de fabrication ... As-tu remarqué de grandes différences entre les Hina que tu as pu sentir ?
    Ah, cette terre, non il faut écire Terre qui nous offre de telles merveilles ...
    Le Nard, huile sacrée, du"passage".
    Et l'on admire ces modestes ustensiles, vrais, vivants. Cette beauté qui nous vient de ces racines, c'est magique.
    Et, brusquement, sur l'une des photos (merci monsieur MC) ce turquoise éclatant !
    Comme un peu de cette couleur, subitement, illumine tout.
    Merci Princesse.

    14
    Loulou
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:38
    Quelle jolie formule ta "racine du ciel". Je l'adopte et l'utiliserai en citant son origine bien sur! Moi aussi, je suis surprise de l'utilisation du bambou... Bon, allé je vais lire l'article sur Marie-Madeleine!
    15
    Irene
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:38
    Le nard est associé aux chakras racine, du coeur et coronal ... C'est à dire qu'il fait d'un être humain "l'homme debout", les pieds bien sur terre et la tête bien au ciel, en passant par la paix du coeur. Il est associé à la fois à la mort et à la vie, et c'est quand on a compris, assimilé, accepté qu'il faut parfois mourir pour renaître qu'on est consolidé.
    Il est cité dans la bible certes mais aussi  dans livre énigmatique qu'aucun théologien n'a pu me faire croire représentant le mariage de "Dieu et de son Eglise", je veux dire le Cantique des Cantiques.
    Huile sacrée chez les Hébreux, je vous donne le lien de cette page (site que j'aime bien aller parcourir de temps à autre) :
    http://209.85.129.132/search?q=cache:o4UTE9xBr9QJ:www.profumo.it/ForumEng/viewtopic.php%3Ff%3D17%26t%3D109+nard&cd=34&hl=fr&ct=clnk&gl=ch&client=firefox-a


     
    16
    patte
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:38
    Un parfum unique à chaque fois ! fascinant.
    C'est grâce à toi que je m'étais intéressée au nard. La lecture de Bosson m'avait ensuite enthousiasmé pour cette he racine. Très complexe comme bcp d'he racines d'ailleurs.
    Grace à lui, j'ai rebondi sur la valériane. (encore moins facile à apprivoiser mais qui parle bcp à mon esprit)
    J'ai tenté de trouver des racines de nard séchées : sans succès.

    Merci Princesse
    17
    Irene
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:38
    On peut en trouver ici (même s'ils sont actuellement en rupture de stock) :

    http://www.mountainroseherbs.com/bulkherb/s.html

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :