• Les enseignements de Thich Nhat Hanh: nous sommes comme un jardin biologique.

    L'image ?http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-004.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.J'ai assisté le week end dernier à deux conférences données par Thich Nhat Hanh, maitre zen vietnamien dont j'admire l'engagement et la force d'une pratique fondée sur le quotidien.

    «Moins de colère, moins de violence» était le thème du samedi. «Comment transformer les peurs», celui du dimanche. Agé de 80 ans, en paraissant vingt de moins, Thich Nhat Hanh s'exprime en français d'une voix très douce et calme, sans pesanteur aucune. C'est très troublant cette sensation de présence dans la grâce qu'il dégage. Il m'a bien plus impressionnée que le Dalai Lama, entouré d'un incroyable cirque médiatique. La sangha (communauté) de Thich est présente, attentive, mais sobre et discrète.  

    Je n'ai pas voulu prendre de notes, pour être vraiment présente à ce qu'il disait. Mais je voudrai présenter ici, avec mes mots donc, et non exactement les siens, la parabole qu'il a développée le samedi et dont l'idée me travaille depuis…  esprit botanique oblige?

    L'image ?http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-004.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Thich Nhat hanh a commencé son enseignement en disant: nous sommes comme un jardin biologique. Dans un tel jardin, c'est le compost fabriqué par le jardinier, à partir de ses déchets, qui va nourrir les fleurs. Quand elle seront fanées, elles iront à leur tour nourrir ce compost.
    Nos énergies négatives, colère, souffrance, jalousie sont comme ce compost, explique Thich Nhat Hanh.  Si nous parvenons à les identifier et à les reconnaitre comme telles, nous pourrons ensuite les gérer, c'est à dire les transformer pour "nourrir" la fleur.

    L'image ?http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-010.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Comment transformer nos énergies négatives pour fabriquer notre "compost"?

    En les identifiant et en agissant dans la pleine conscience, répond le maitre zen. Il ne s'agit donc pas, par angélisme, de nier la haine ou la jalousie mais d'admettre qu'elles sont là, puis de "gérer" et "travailler" cette constatation comme on travaillerait un compost. Pas forcemment avec une bèche, mais en pratiquant l'art de la pleine conscience, celle de l'instant présent.
    Il s'agit de vivre au quotidien en pleine conscience. Conscience -et jubilation- du miracle d'être vivant, ici et maintenant. Conscience du monde vivant qui nous entoure et auquel nous appartenons : êtres humains, animaux, végétaux. Concience que c'est notre mental qui fabrique notre vision du monde.

    L'image ?http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-010.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'un des fondements de l'enseignement de Thich Nhat Hanh est la respiration de la pleine conscience.

     Tout simplement, c'est l'attention et la conscience portées à notre souffle quand nous respirons: nous sommes présents à notre respiration, dans ce moment où nous respirons.


















    «Quand j'inspire, je sais que j'inspire.
    Quand j'expire, je sais que j'expire.
    Quand j'inspire longuement, je sais que c'est une longue inspiration.
    Quand j'expire longuement, je sais que c'est une longue expiration»

    dit l'un des grands enseignements du bouddhisme, le maha satipatthana sutta (l'attention portée à la respiration). A priori, ça parait enfantin… Un seul conseil: essayez.


    La pleine conscience de la respiration ramène le corps à l'esprit, l'esprit au corps.


     L'image ?http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-004.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Né au Vietnam en 1926. Thich Nhat Hanh pratique un boudhisme engagé. Je voudrais juste citer un extrait de Feuilles odorantes de palmier (La table ronde ed. 2000), le journal qu'il a tenu de 1962 à 1966 quand il vivait entre les Etats-Unis et le Vietnam. J'ai souvent relu ce livre, car il montre le cheminement d'un engagement. En 1966, Thich est expulsé des Etats-Unis après avoir lancé un appel contre la guerre. Il obtient le statut de réfugié politique en France en 1969, préside la délégation bouddhiste qui aboutira aux accords de Paris en 1973  (ils ont mis fin à la guerre du Vietnam). En 1982, il fonde le Village des Pruniers dans le sud ouest de la France. Aujourd'hui, il enseigne partout dans le monde, y compris au Vietnam où il apporte son soutien aux enfants démunis. (Les fonds recueillis pour les conférences allaient à l'association Pour les enfants du Vietnam).





    L'image ?http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-010.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.«Laver la vaisselle et faire la cuisine sont en eux mêmes le chemin vers l'état de Bouddha. L'état de Bouddha ne vient pas à la suite de longues heures d'assise. La pratique du zen consiste à manger, à cuisiner, à porter de l'eau, à nettoyer les cabinets de façon à emplir de vigilance chaque action du corps, chaque parole et chaque pensée. Nous devons illuminer chaque feuille, chaque caillou, chaque tas d'ordure, chaque pas qui emmène notre pensée à revenir chez elle. Seul peut espérer descendre de la montagne en héros celui qui a maitrisé l'art de tout cela, celui qui est capable de rire devant ces armes du monde que sont l'argent, la gloire, et le pouvoir. Un tel héros traversera les vagues du succès et de l'échec sans s'élever ou s'enfoncer. En réalité, peu nombreux sont ceux qui verront en lui un héros».



     
     

    L'image ?http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-004.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Pour en savoir plus sur Thich Nhat Hanh: wikipedia
    ici
    Le site du village des pruniers où l'on peut faire des retraites.





    « huiles essentielles désodorisantes: santal et patchouli…Cookies soleil: ils devaient être orange… »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 22:20
    C'est si vrai... Je te l'ai déjà dit, je crois, j'ai pratiqué zazen au dojo de Paris et fait deux ou trois séjours à la Gendronnière (temple zen), et je connais bien cette attention calme portée à chaque chose de la vie, même celles que nous considérons comme triviales. Là-bas, on a l'occasion de mettre en pratique ces enseignements, notamment lors du "samu" quotidien, qui est la participation de chacun aux tâches qu'impose la vie en communauté de 100 ou 200 personnes. J'ai ainsi, entre autres, 'râtissé' le sable aux abords de la tombe de Maître Deshimaru... un moment indicible... Essaie de lire ses écrits, ça te plaira.
    2
    Jeudi 26 Octobre 2006 à 22:21
    Et je suis vraiment heureuse que tu aies partagé ces moments avec nous...
    3
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 11:01
    Très intéressant tout ça... J'ai envie d'en savoir plus, faudra que j'aille faire un tour sur les liens...
    4
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 17:49
    Tu m'a transportée ailleurs le temps de te lire Venezia - merci !
    5
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 21:39
    gros effort pour écrire ça, je dois dire… je crois que je m'en tiendrai là…
    Mois  aussi, il y a une dizaine d'années, j'ai pratiqué la méditation zen (soto) pendant  trois ans environ, de façon régulière. Rude, mais très interessant  surtout ce rapport attentif au quotidien… , plus facile, pour moi, que les séances de méditation nez au mur.
    6
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 21:40
    Sur le wikipédia, il y a d'autres liens aussi…
    7
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 21:40
    pratiquer le zen est un véritable "ramonage"…
    8
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 21:41
    voyage à domicile…
    9
    Vendredi 27 Octobre 2006 à 21:44
    Moi aussi, Selvatica, j'ai énormément d'efforts à faire…
    J'ai été fascinée par la simplicité et la sobriété…  Je voudrai vraiment garder ça présent, car pour moi, ce zen là est  la véritable mise en pratique de la simplicité volontaire…
    10
    Samedi 28 Octobre 2006 à 11:26

    Je suis si contente pour toi et je t'envie un peu aussi d'avoir pu le rencontrer.  Un ami bouddhiste m'a un jour prêté un de ses livres (je ne sais plus lequel), et ma vie en a été changé.  Je me souviens seulement d'un truc qu'il donnait pour profiter davantage du moment présent.  Il écrivait qu'on devait se répéter en soi-même, en marchant : "Je suis arrivé(e)."  Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai commencé à appliquer cela et depuis, dès que j'y pense, mon pas ralentit et je deviens plus attentive à l'endroit et au moment !

    11
    Dimanche 29 Octobre 2006 à 13:55
    J'y penserai quand je marche, Nadyne… merci
    12
    Dimanche 29 Octobre 2006 à 13:58
    je ne connais pas… je vais regarder, merci Selvatica.
    13
    Dimanche 29 Octobre 2006 à 14:00
    magnifique citation que je ferai bien d'encadrer et d'emporter à mon boulot…
    14
    Dimanche 10 Décembre 2006 à 14:43
    Tu as raison Lulu… mais c'est parfois difficile d'appliquer les théories, meme si on sait qu'elles sont bonnes…
    15
    physalis
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:46
    Voici un article qui m'intéresse grandement, (j'ai pu apercevoir le Dalaï Lama cette année) et je rêve de pouvoir devenir  zen,  moi qui me détruit la santé en voyant toujours le mauvais côté des choses...
    16
    Selvatica
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:46
    Son livre sur la colère est une vraie pépite... ça a l'air si évident quand on le lit, mais au quotidien j'ai encore énormément d'efforts à faire! Merci pour ce rappel salutaire (j'aurais adoré assister à cette conférence, ça devait être magique).
    17
    Selvatica
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:46
    Dans un autre genre j'aime aussi les écrits de Daniel Odier, initié au tantrisme, qui insiste sur cette notion de présence au monde. Son livre Tantra m'avait bouleversée car j'y avais appris qu'enfin une religion donnait sa place aux femmes et réconciliait le corps et l'esprit. Une lecture fort salutaire, dans un temps comme le nôtre...
    18
    Selvatica
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:46
    Tiens je me permets de partager avec toi ce passage que j'aime beaucoup du livre de Thich Nhat Hanh sur la colère :
    "Si un incendie ravage votre maison, la chose la plus urgente à faire est de tenter de l'éteindre, et non de courir après celui que vous croyez être responsable. Si vous le pourchassez, les flammes réduiront votre maison en cendres. De même, lorsque vous êtes en colère, en continuant à vous disputer avec l'autre personne, en cherchant à la punir, vous agissez exactement comme celui qui court après l'incendiaire pendant que sa maison est dévorée par les flammes."
    C'est quelque chose que j'oublie encore trop souvent!
    19
    lulu
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:46
    Merci pour ce post...
    Une autre piste pour celles et ceux qui aimeraient moins se mettre en colère et/ ou se faire moins de souci: se dire "aujourd'hui, je ne me mets pas en colère", "aujourd'hui, je ne me fais pas de souci". Jour après jour... Cela ne marche pas tous les jours mais cela aide.

    Ce qui a fini de me convaincre qu'il est inutile de s'inquiéter est le raisonnement suivant: si j'ai peur qu'il arrive une chose X (un accident de la route mettons), je vais me faire du souci jusqu'à ce que (peut-être) cela arrive. Mais cela n'a pas d'incidence sur le fait que cet accident se produise ou pas: s'il se produit, je me serai gâché le temps précédant l'accident, et s'il ne se produit pas, je me serai inquiétée pour rien. Ce qui aura gâché aussi un bon laps de temps.
    Être responsable et prendre les mesures nécessaires pour éviter l'accident (rouler prudemment par ex), oui, mais se faire du souci, pas la peine...

    Cela ne résout pas tout, mais facilite la mise en pratique.

    Merci aussi Selvatica pour ta citation.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :