• Pour accompagner le savon "sapin neigeux chocolat noir", réalisé pour un défi lancé par Sabrina (cliquer sur son nom pour découvrir son blog) sur Potions et Chaudron. 

     

    Voir sur le blog collectif Potions et Chaudron pour ma participation: ici 

    Fascinée par le beau marron obtenu lors du défi, j'ai incorporé pas mal de chocolat noir dans un baume dopant au café, refait à plusieurs reprises et dont j'ai un peu modifié la formule pour le rendre plus parfumé. Car je voulais introduire dans sa composition les huiles essentielles utilisées dans ma première série du savon du défi, peu présentes au nez malgré les 3% intégrés dans la pâte. 

    Baume dopant choco-café en % (et sur 100g) 

    4g chocolat noir à pâtisser à 70% cacao (Lindt)

    2g cire florale de rose

    26,5g macérât de vanille dans coco fractionnée (brillante création d'Irène)

    32,5g macérat de rooïbos, écorces d'oranges, argousier dans son de riz (création également brillante de Mlk, parfum très orangé)

    1g glycéryl stéarate

    2g cetyl palmitate

    7g beurre de chanvre maison

    8g cire d'abeille bio en feuilles

    10g teintures: mélange de teintures de cédrat, de poivre, de baies roses et de résines (je n'ai pas compté chacune)

    0,5g elixir double expresso

    0,5 vitamine E+ qqs gouttes d'EPP (etrait pépins de pamplemousse)

    6% HE soit environ 180 gouttes

    -pruche 2% (60gtes)

    +sapin baumier 1% (30gtes) un cadeau délicieusement canadien de Sabrina

    orange douce (plutôt que 5 fold,  trop monolithique pour un baume) 0,5%

    cannelle (3 gtes)

    girofle (3 gtes)

    muscade (6 gtes) 

    extrait C02 café 1%

    extrait CO2 cacao 1%

     

    Procédé 

     *Désinfecter tous les ustensiles, le plan de travail et les récipients. Pour les baumes avec phase huileuse ultra-majoritaire, j'avoue ne pas tout stériliser, je nettoie soigneusement à l'alcool et laisse sécher.  

    *Préparer dans un mini bol les teintures + l'élixir floral. 

    *Dans un petit saladier, placer tous les autres ingrédients sauf les HE , faire fondre au bain marie en touillant régulièrement. 

    *Quand tout est fondu, verser les teintures et l'élixir en fouettant au fouet à capuccino. Puis bien remuer avec une spatule souple en silicone, car le mélange mousse souvent un peu. 

    *Laisser tiédir puis incorporer les HE. Je le fais à main levée quand les flacons ont un compte-goutte et j'utilise une pipette pour prélever quand les flacons n'en n'ont pas. Si on n'est pas sûr de sa main, préparer le mélange  à part dans un autre récipient, mais je trouve qu'on en perd toujours un peu en versant le mélange sur les huiles. Bien remuer. 

    *Verser dans des petits pots et bien laisser refroidir avant de refermer pour éviter la condensation. 

    Baume dopant choco-café

    Le mixage a été très soigneux mais il reste de minuscules particules de chocolat.

     

    Malgré la couleur sombre, ce baume ne tache pas. Je trouve l'élixir double expresso efficace pour booster l'énergie, comme les HE de résineux, par ailleurs utiles à l'orée de l'hiver ainsi que les HE d'épices. Je ne souhaitais pas que l'HE d'orange domine, j'ai donc mis peu d'HE et modelé la note agrumes avec la teinture de cédrat et le macérât d'écorces d'orange. 

     

     

     


    30 commentaires
  • Encore un pense bête pour Athènes…

     

    A réaliser facilement au blender, à condition de rajouter un peu d'eau. Je n'utilise jamais de jus de pomme tout préparé,  trop sucré à mon goût, et qui ne donnera pas le même velouté.

    Par personne, en multipliant les quantités selon le nombre de verres prévus. 

    * Une demi-pomme (si elle est grosse): peler, épépiner, couper en quartiers, puis en petits morceaux pour un résultat homogène

    * Un demi-concombre (un Noa, en France, le plus goûteux) : peler, couper en deux, ôter les pépins à l'aide d'une petite cuillère (j'utilise une cuillère à pamplemousse, très pratique, aux bords dentelés)

    * une phalangette de gingembre frais: peler, débiter en fines lamelles

    *Mettre le tout dans le bol du blender, recouvrir à moitié d'eau, et compter deux glaçons par personne. Le mixage chauffe un peu; les glaçons, à cette dose, refroidissent juste ce qu'il faut.

    * Mixer une minute environ, servir et déguster tout de suite. C'est aussi tonique que frais.

     

    Smoothie vert pâle

    Pomme-concombre-gingembre, c'est tout

     

    Ajouter si on veut au mélange:

    *une cuillérée à café de poudre de spiruline (à Athènes, j'en ai trouvé chez Elixir)

    *Ou un peu de kale. Je prélève juste les frisottis du bord des feuilles que je hache pour avoir l'équivalent d'une cuillère à soupe.

     

    Smoothie vert pâle

    Avec un peu de kale en plus

     

    Variations testées l'hiver dernier à Paris:

    -remplacer la pomme par une poire fondante, c'est exquis.

    -remplacer le kale par une poignée de jeunes feuilles d'épinards hachées grossièrement (pas nécessairement des jeunes pousses), pour une note très douce, presque sucrée.

    NB : Je n'emploie pas de céleri dans cette recette. Son parfum est si puissant qu'il annihile le goût délicat du mélange.


    15 commentaires
  •  

    Je poursuis avec les recettes concoctées en Grèce: un pense-bête pour mes copains athéniens…

     

    J'ai cuisiné du doudou pour remonter le moral des troupes, et cette crème de carottes est d'une douceur de première communiante…

    Elle est inspirée d'une recette publiée dans un petit recueil de Valérie Cupillard: Soupes bio (ed. La Plage) fort bien fait car il faut en général peu d'ingrédients. Ici,  une version de sa recette sur le site de la Vie Claire.

    Crème tiède de carottes au curry et à l'huile essentielle d'orange

    Pour 500g de carottes environ: (3 à 4 personnes selon l'appétit en servant dans des petits bols ): peler et débiter les carottes en rondelles assez fines, pour faciliter leur cuisson

    Verser de l'eau froide à mi-hauteur, ajouter une branchette ou un petit tronçon de céleri

    Couvrir, amener à ébullition et arrêter quand les rondelles sont facilement transpercées avec la pointe d'un couteau

    Attention, les carottes étant des assoiffées, surveiller le niveau de l'eau (plus de liquide= fond de casserole cramé! ce qui m'est arrivé une ou deux fois). Rajouter si nécessaire un peu d'eau en cours de cuisson, mais sans noyer les légumes

    La cuisson terminée, éteindre, ajouter un demi bouillon-cube de légumes (j'utilise celui, bio, de Rapunzel, très parfumé). Touiller et laisser reposer 5mn environ. Pourquoi agir ainsi? Parce que si on met le bouillon-cube au début, le jus qui se concentre sera trop salé en fin de cuisson.

    Verser les carottes et le jus dans un blender (à défaut, on peut aussi utiliser un mixer à pied). Il y  a peu de jus normalement, s'il y en a beaucoup, en réserver car le but est d'obtenir une crème épaisse.

    Ajouter une cuillèrée à soupe de purée d'amandes blanches, très douce (mais non sucrée).

    Plus une pointe de couteau de poudre de curry. Mon préféré, bien équilibré sans notes dominantes, avec coriandre, curcuma, piment, sel, cumin, fenouil, poivre, anis, girofle, fenugrec, cannelle, moutarde, casse, ail, noix , gingembre: le Madras Curry Powder importé d'Inde par Arosteguy, une épicerie fine de Biarritz, mais assez bien diffusé. (A Paris, on en trouve par exemple chez Izraël). Je l'utilise depuis des années. 

    Et deux gouttes d'essence d'orange douce bio. Pas plus, sinon, on aurait un dessert! Même si on rechigne à acheter des huiles essentielles bio en raison de leur coût, le faire au moins pour les agrumes dont les essences sont obtenues par pression des zestes où se concentrent les pesticides.

     

    Crème de carottes au curry et à l'huile essentielle d'orange

    Mixer.

    Servir tiède, ce qui préserve la finesse des parfums, ou froid. Chaud, c'est moins intéressant, à mon goût en tout cas.

     


    11 commentaires
  • Une recette avec couleurs…

     

    Je reviens de Grèce où j'ai un peu cuisiné pour des amis. On trouve en ce moment à Athènes des petites poires très parfumées mais à la chair particulièrement coriace, donc pas très agréables à croquer à cru.

     J'ai pensé que la cuisson ne pourrait que les améliorer. Et comme cet été, j'ai fonctionné- en France- à l'infusion d'hibiscus, délicieusement acidulée et très agréable quand le thermomètre flirte avec les 30°(j'en préparais un litre tous les matins en variant les épices et  gardais dans un bocal au froid), cela m'a donné l'idée d'utiliser l'hibiscus avec les poires. J'ai rendu visite à mon herboristerie athénienne favorite Elixir, (j'en ai déjà parlé ici, il y a longtemps) où j'ai trouvé de l'hibiscus du Soudan. A Paris, j'achète celui, bio, d'AZ  qui ne précise pas la provenance.

     

    Poires à l'hibiscus et aux épices

    ici,  la recette en France, avec raisins secs et l'hibiscus d'AZ qui colore plus que celui testé en Grèce.

    La recette est très simple.

    Peler les poires, -j'en compte une moyenne par personne- les couper en deux puis chaque moitié en quatre. Faire des tranches assez fines permet de les teinter plus uniformément.

    Les poser dans une casserole, mettre de l'eau au tiers de la hauteur des fruits. Ajouter une dizaine de fleurs d'hibiscus séchées (pour  4 poires) et des épices selon son gout.

    j'ai déjà testé:

    -le gingembre

    -la cannelle

    -le clou de girofle seul (un ou deux suffisent)  ou associé à la cardamome, mon mélange favori

    On peut éventuellement ajouter des raisins secs (les petits noirs de Corinthe sont mes préférés).

    Ou compléter presque en fin de cuisson par des grains de raisin frais, des prunes coupées en deux, etc., bref des fruits de saison que l'on fait à peine cuire. 

    Remuer de temps en temps à la cuillère pour que la couleur rosée prise par les tranches soit uniforme. Arrèter la cuisson quand la pointe d'un couteau traverse facilement la chair des poires (10mn suffisent largement en général).

    Juste avant d'éteindre, ajouter une cuillèrée à soupe de miel voire deux, selon l'acidité du jus. Bien touiller et laisser reposer une dizaine de minutes avant d'ôter les fleurs. 

    `

    Poires à l'hibiscus et aux épices

    Résultat aussi coloré que dans la traditionnelle recette de poires au vin que je fais l'hiver.

     

    Mettre au frigo et servir bien froid. En Grèce, je parsemais ce dessert de feuilles de verveine citronnelle fraiche venues d'un jardin. On peut préparer  la veille.

     

    N.B. J'ai découvert de retour à Paris qu'Alain Passard pochait aussi des poires dans un sirop d'hibiscus, mais à la lecture, je trouve la quantité de sucre indiquée (350g ) très élevée ainsi que la dose d'hibiscus (100g pour le sirop). Par ailleurs, pour avoir testé le pochage des poires en entier, cela a moins bien fonctionné pour la couleur finale et la texture: les poires grecques, très dures, le sont restées à l'intérieur,  et la couleur s'est surtout fixée en périphérie. J'avais aussi testé de préparer une infusion corsée d'hibiscus au préalable, mas ça marche mieux et c'est plus simple de mettre directement les fleurs d'hibiscus au moment de la cuisson des fruits.


    13 commentaires
  •  

    Bien emballé, ça fait plus d'effet…

     

    Emadra, la reine des emballages inspirés, en avait déjà parlé sur Potions, mais elle avait donné le lien dans le commentaire d'un de ses  articles, et franchement j'avais zappé.

    Je redonne donc la technique, simplissime même pour les moins douées d'autant que tout le monde dispose du matériau de base  : une simple enveloppe.

    La vidéo qui m'a aidée est ici,

    Emadra avait donné un autre lien, en français. C'est ici

     

    Pliage facile dans une enveloppe pour de jolis petits paquets

    Le résultat…

    Pour résumer, on prend une enveloppe, on la ferme, on coupe un bord ( je choisis en général un qui est perpendiculaire à la fermeture).  On obtient  donc 3 cotés fermés sur  4.  Puis on marque fortement une pliure  sur chacun de ces 3 côtés, ce qui va permettre, au dépliage, de réaliser des soufflets latéraux et un fond plat rectangulaire (dont je colle les petits triangles qui apparaissent lors du pliage). 

     

    Pliage facile dans une enveloppe pour de jolis petits paquets

    Le pliage…  de base (avec l'enveloppe déjà trouée et dentelée)

     Au préalable,  j'ai découpé le bord ouvert avec des ciseaux qui créent des motifs, j'ai troué  pour pouvoir passer un ruban et j'ai  collé un joli scotch sur le paquet. C'est plus facile à faire avant qu'après le pliage. Le tout ne prend pas 3 mn. 

     

    Pliage facile dans une enveloppe pour de jolis petits paquets

    Dans le matériel, du scotch dentelle. Il  vient d'une chaine  danoise, Tiger,  pour le style, mix tentateur entre Hema, Muji et Pylones, que j'avais découverte dans un aéroport. Elle s'est implantée à Nice où j'ai fait quelques emplettes lors d'un bref séjour. Je guette avec impatience d'autres ouvertures.

     J'ai acheté des enveloppes de couleur pour m'amuser, mais j'ai aussi fabriqué des paquets dans de simples enveloppes blanches ou en kraft. C'est parfait pour offrir des savons ou des baumes par exemple.

     


    11 commentaires
  • Quatre presque baumes avec une phase aqueuse de 25%

     

    Mlk et Michèle ont posté sur Potions des formules avec du veg'line qui m'ont titillé la cervelle jusqu'à ce que je m'y colle moi aussi.

    ici  et ici : deux formules de Michèle avec peu de veg'line 

    ici : toujours de Michèle une formule avec 12,5% de veg'line, % que j'ai retenu

    et ici celle de Mlk qui a fait tilt, car elle y incorpore 25% de teinture-mère, ce qui m'arrange bien pour des baumes à visée thérapeutique.

    Je prépare  beaucoup de teintures alcooliques car l'alcool est un support très efficace pour extraire des principes actifs même si sa présence peut en déranger certains. En général, j'incorpore 10% de teintures  dans des baumes en combinant des co-émulsifiants en petites quantités (1% de VE ou de glycéryl stéarate+1% de cetyl esters suffisent). Avoir l'opportunité d'augmenter la quantité de teintures alcooliques (je n'aime pas trop les réduire, je dois l'avouer… ) m'est tout de suite apparu comme un plus surtout quand on cherche justement à valoriser l'efficacité de certaines teintures.

    Christophe Bernard du site et du blog Altheaprovence si intéressant vient de publier Vins médicinaux et élixirs  (ed. La source vive, j'ai dû le commander par internet, je n'arrivais pas à le trouver! ). C'est un petit livre de recettes sur vin (18, il y a une recette à l'angélique qui me tente bien) ou alcool (19 dont l'élixir des garrigues qui me fait de l'œil) + 4 recettes  anciennes, à utilisation en interne. J'apprécie beaucoup la précision de ses explications. 

    *Veg'line

    Mes copines ont déjà souligné l'intérêt du veg'line, un substitut sophistiqué et végétal de la vaseline (INCI: castor oil, hydrogenated castor oil, copernicia cerifera wax, soit: huile de ricin, huile de ricin hydrogéné, cire de carnauba).  Il donne une texture émolliente, souple, facile à masser et dont le gras se résorbe vite.

    Les quatre-presque baumes.

    *J'ai d'abord testé sur une petite quantité en me préparant un baume de voyage pour l'avion, à la fois doudou et un peu thérapeutique.

    Baumes soignants au veg'line 

    le ton vert vient du tamanu

    Baume de voyage (sur 50g, multiplier par 2 pour obtenir les %)

     25g huile de tamanu

    6g cire d’abeille bio en feuilles

    6g veg'line

    10g teinture de rose

    2g teinture fleurs de pêcher (anti allergique)

    3 gtes elixir rescue

    0,5 vit E 

    10gtes HE de lavande, 5 gtes HE de rose bulgare, 5 HE gouttes HE encens, 5gtes HE khus (vétiver indien)

    Je l'utilise en petites quantités sur les poignets pour l'effet psycho-apaisant, et malgré le dosage conséquent en HE, à l'entrée du nez (mais à l'extérieur) en prévention de narines qui sèchent, d'où le choix de l'huile de tamanu, anti- inflammatoire et cicatrisante. 

    Pour ce baume et les suivants, j'ai utilisé le même procédé:

    *J'ai fait fondre au bain-marie veg'line, huile, et vitamine E dans un saladier en inox désinfecté.

    *J'ai préparé à part les teintures avec l'élixir dans un petit récipient  en inox désinfecté.

    *J'ai incorporé les teintures peu à peu quand les huiles étaient liquéfiés en fouettant au fouet à cappucino, puis au refroidissement, j'ai ajouté les HE avant de mettre en pot. C'est tout.

    Sur ce principe, j'ai préparé un baume pour un ami en radiothérapie. Sa femme désire lui masser les pieds régulièrement pour le soutenir, j'ai imaginé une formule sans HE pour ne pas trop booster l'organisme, mais plutôt lui apporter un apaisement.

    Baume apaisant pour massage des pieds sans HE

    (pas de photo, le baume est déjà parti en voyage)

    Macérats huileux dans olive: 30g àl' achillée, 15g à la lavande, 5g au patchouli

    12,5 cire abeille

    12,5 veg'line

    1gte CO2 romarin+ 5 gtes EPP

    25 HG et teintures: 10 HG lavande, 8 teinture achillée, 7 AG jasmin

    élixirs: 5 gtes élixir environmental yarrow+ 5 gtes elixir ailes d’abeille

     Les choix:

    *l'achillée (présente dans le macérat huileux, en teinture et dans l'élixir environmental yarrow) : cicatrisante, équilibrante, et je dirais  "protectrice" tant au plan physique que psychique.

    *la lavande (en macérat huileux et en teinture): apaisante, très équilibrante

    * le patchouli (en macérat huileux): tonique, et pour avoir une note plus "terrienne".

    * le jasmin (en AG, alcoolo-glycériné), pour l'effet anxiolytique… et le parfum

    *les élixirs:

    -environmental yarrow (contre l'effet des radiations, action au niveau énergétique)

    -ailes d'abeille: pour contribuer à la  transformation intérieure

     

    *Toujours dans une lignée thérapeutique, j'ai concocté un baume  anti inflammatoire (douleurs d'arthrose) pour un proche sous anticoagulants. Pour ne pas interférer avec le traitement déjà difficile à équilibrer, j'ai donc tenté d'éviter les HE, les huiles végétales et les plantes qui seraient soit anticoagulantes, soit hémostatiques, ce qui en fait disparaitre pas mal du paysage.

    Ainsi, pour les huiles végétales,  éviter celles riches en oméga 3, qui fluidifient le sang, ainsi que le tamanu.

    Les plantes déconseillées: le ciste (très hémostatique), l'hélichryse italienne (anti -hématomes), les plantes riches en coumarines (angélique par ex. ou agrumes très dosés), mais aussi le mélilot, la gaulthérie (riche en salicylate de méthyle, un proche de l'aspirine grand fluidifiant sanguin), le millepertuis, le géranium, la lavande, etc.

    Toujours bien vérifier les interactions des plantes avec les médicaments pour éviter une potentialisation comme un affaiblissement possible en cas de traitement sérieux.

    Pour ce baume, j'ai joué la carte énergétique autant que physique.

    Baumes soignants au veg'line

    A vec l'argile rouge, le baume est rosé en réalité.

    Baume anti inflammatoire à l'encens et au palo santo (sur 100g ou en %)

    44g huile de jojoba bio

    3g monoi

    12,5 veg'line

    12,5g cire d'abeille bio en feuilles

    12,5g teinture d'encens d'Oman

    12,5g teinture de bois de palo santo

    0,5g vitamine E

    HE: 2,5%

    30 gtes HE katrafay, 15 gtes HE encens (boswellia carterii, le serrata est mieux mais impossible de retrouver le flacon!) 15gtes HE eucalyptus citronné, 15 gtes HE palo santo (merci Irène ma pourvoyeuse)

    élixirs: 5 gtes Rescue, 5 gtes Delph

    0,5g d'argile rouge dispersée à la fin (j'ai donc dépassé les 100%) pour la couleur.

    Encens et palo santo sont très harmonisants… et anti inflammatoires. 

    Le katrafay est souvent suggéré en substitut de la gaulthérie pour les personnes sous anticoagulants. Pour l'eucalyptus citronné, je le trouve également très anti inflammatoire, et je n'ai pas relevé de contre-indication majeure. 

    De toutes façons, je suis restée prudente avec les dosages. HE d'encens, de palo santo et d'eucalyptus citronné figurant chacune à hauteur de 0,5% dans la formule.

    *Enfin, je me suis préparée un baume bien dosé en encens, pour stopper des crises d'asthme déclenchées par étourderie. J'ai en effet découvert dans un tiroir un bout de tissu sud-américain réduit en poudre (par des bestioles?), ce qui me faisait éternuer chaque fois que j'ouvrais ce tiroir. Mais au lieu d'ôter la poussière avec un aspirateur, j'ai eu la mauvaise idée de secouer le tiroir au dessus de la poubelle en nettoyant avec un chiffon humidifié, ce qui a déclenché de l'asthme. Je me suis tartinée d'HE d'encens qui, chez moi, a la vertu d'enrayer net une crise, mais… emportée par mon élan, j'ai eu la main trop lourde et ma peau a vraiment chauffé. J'ai donc concocté prudemment un baume très apaisant.

    Baume à l'encens anti allergies respiratoires

     

    Baumes soignants au veg'line

    Pour une fois, la couleur est fidèle…

    45g macérats huileux sur olive: 2g paquerette, 18g lavande, 25g matricaire

    12,5 cire abeille

    12,5 veg'line

    25% HG et T: 15g teinture d'encens 5g teinture aux resines, 5 HG mélisse

    5 gtes EPP, 1 gte CO2 de romarin.

    5% HE: 30 gtes palo santo, 120 gtes boswellia carterii

    10 gtes elixir environmental yarrow

    *La teinture aux résines sent très bon, je m'en sers souvent comme fixatif, là, je l'ai retenue pour le cocktail de résines (benjoin, encens, opoponax , etc)  anti spasmodiques et traditionnellement considérées comme apaisantes en cas d'asthme.

    *la mélisse (ici en HG) est aussi un bon anti spasmodique.

     

     


    22 commentaires
  •  

    Avant de partir en vacances, Mlk m'a prêté un merveilleux moule en silicone que j'ai bien utilisé…

    Mlk m'avait offert ce magnifique savon, rejeton d'une série réalisée dans un grand moule épais en silicone dont le fond est constitué d'un motif parterre de roses bien marqué.

     

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    Le très beau savon marbré de Mlk

     

    Je me suis donc lancée, et à trois reprises, pour tester des variations, autant sur les couleurs que sur les parfums Je les présente par ordre de production.

     

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    La série au complet, au premier plan à gauche, le dernier, puis le deuxième,  au fond le premier.

     

    Pour la première série, j'ai  surtout travaillé le parfum et les plantes. J'ai utilisé une infusion de mélisse pour dissoudre la soude et fait macérer également de la mélisse dans de l'huile d'arachide raffinée, stable à la chauffe.

    J'ai repris la formule du savon bleu et or (ici) qui donne des savons très agréables. Comme j'avais obtenu un joli bleu pâle avec de la poudre de pastel, j'ai récidivé. Mais avec la mélisse, j'ai obtenu un gris vert chic…  pas bleu du tout!

     

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    le savon est un peu plus vert en réalité.

     

    Savons à l’infusion de mélisse

    600g d'huiles

    150 g coco

    120g palme bio

    120 arachide raffinée macérée avec mélisse

    90 cacao

    120 sésame bio

    vit E+ CO2 romarin

    crème fraiche fleurette bio dans les huiles

    Pastel et mica bleu

    225 infusion de sommités fleuries de mélisse

     soude pour un surgraissage à 8-9

    HE fonds dilués de patchouli et de marjolaine à coquille dans olive+ 10ml mélange HE Ma nuit câline (Néroliane, à base d'orange, de cyprès,  de géranium, d'ylang-Ylang, de magnolia, de cèdre et de clous de girofle)+5g lavandin

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    Sur la tranche du savon au fond, on aperçoit les différences de tons entre intérieur et extérieur. C'est le savon qui a attendu le plus avant d'être découpé.

     

    J'ai également voulu tester la façon dont le grand moule jouait avec les couleurs. J'ai réservé un peu de pâte que j'ai coulée dans des petits moules rectangulaires en silicone: la différence de tons est ténue.

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    Ne pas se fier à la taille du savon sur la photo, il est petit. En revanche, la couleur est vraiment proche de la réalité. 

     Pour les trois séries réalisées avec ce moule, il y a eu une belle phase de gel sans couvrir. J'ai démoulé au bout de 24 heures environ après un passage au froid de 3/4 d'heure. et j'ai attendu 24 heures de plus pour couper en morceaux. j'aurais même pu attendre plus pour la découpe car le savon est encore frais et colle à la spatule. Le hic, en attendant plus, c'est que la différence des tons intérieur/extérieur semble s'accentuer.

     

     Pour la deuxième série,  j'ai découvert chez Soap Queen ces jolis savons dégradés sur un même ton et avec une ligne réalisée en mica, ce que je n'avais encore jamais expérimenté en démarcation.

     

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    un ton rose pâle que j'aime beaucoup

     

    Savons  deux tons de rose parfum d'agrumes

     600g huiles

    Ricin bio 30

    Cacao 60

    Coco 150

    Son de riz  pression à froid 120

    Arachide raffinée 150

    Palme bio 90

    Lessive de soude pour un surgraissage à 8-9

    Crème fraiche fleurette bio dans les huiles

    HE 1,3 g girofle , 6g mélange d'HE pain d’épices (Martinetti: girofle, cannelle, petit grain, orange, myrte commun) 6,5g  orange 5 folds.

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    on distingue la ligne qui se fond dans la deuxième couche d'un ton plus soutenu sur la tranche du savon au premier plan à gauche.

    ligne réalisée avec le mica  glitter sienna (TKB) saupoudré finement. Le résultat est très délicat.

    Pour la couleur:  *ocre rose d'Italie d'AZ, à dose mini  pour la première dilution, un peu plus corsée pour la deuxième partir, en rajoutant un peu d'ocre, toujours dans le même bécher.

     *Je range mes colorants dans des boites en regroupant par couleurs. J'avais égaré depuis des mois un vieux sachet d'ocre rose d'Italie que je viens juste de retrouver. Je sais qu'Emadra a testé une nouvelle version de cet ocre que j'affectionne car il donne des tons délicats mais apparemment elle n'obtient pas le même résultat avec la nouvelle mouture d'ocre. Donc à voir!

     

    Pour la troisième série, j'ai expérimenté la formule de Mlk sans palme ici (testée également par Michèle ici) J'ai eu un peu de mal à dénicher de l'huile de soja. Pour la raffinée, j'en ai trouvé de la marque Maurel, très présente dans les épiceries asiatiques. Pour le soja bio, rien trouvé en boutique bio!

    J'avais vu  ce très joli savon qui m'a inspiré pour cette série.

     

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    Le savon n'est pas tout à fait droit car j'ai savonné par grosse chaleur et avec le baume la pâte a vite pris et même en tapotant le moule, la surface ne s'est pas parfaitement aplanie

     

    Savons rose avec fond texturé et baume au rhéopearl

     600g huiles

    30% huile d’olive 180

    30% coco 180

    12% karité 72

    8% cacao 48

    5% ricin 30

    5% soja 30

    10% son de riz 60

     lessive de soude  pour un surgraissage à 6-7

    3 vit E + co2 romarin

     

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    Le ton obtenu pour les roses est très mat et la ligne de poudre de nard, inexistante…

    Couleur:

    pour le fond 1 cuil à café d'ocre rose d’Italie+ glitter sienna.

    J'ai tenté une ligne de démarcation avec de la poudre de nard pour essayer de fixer les parfums, mais j'ai utilisé une passoire si fine (je n'aime pas trop les savons exfoliants) que le résultat a été impalpable… donc invisible.

    J'ai laissé le reste de pâte au naturel, et texturé le dessus du moule avec le fond de pâte teintée à l'ocre rose. 

    Savons parterre de roses: trois déclinaisons

    Le fond texturé à l'aide d'une baguette en acier coréenne, la pâte était très épaisse. 

    Le "baume au rhéopearl" a une histoire;

    J'ai fabriqué une série de baumes bonne humeur  qui n'a jamais pris! Je m'interrogeais. J'ai alors découvert que j'avais utilisé (et pas en majorité pourtant)  une huile au rhéopearl au parfum délicieux fabriquée et offerte par Mlk. Avis: le rhéopearl  empêche vraiment la solidification d'une huile! J'ai donc décidé de recycler ce baume et j'en ai ajouté 4% à la trace, choisissant pour la pâte  un surgraissage à 6-7. Il ne reste rien pour l'instant du parfum pourtant très odorant du baume.  Patientons, mais je garde peu d'illusions!

     

     

     


    19 commentaires
  •  

    Conditionnés en petit format, les sérums s'emportent facilement en vacances.

    J'ai d'abord préparé un sérum huileux pour une amie qui apprécie beaucoup les huiles fines sur le visage. J'ai donc mélangé des huiles à visée régénérante, des macérats huileux associés à du dicaprylyl carbonate et de l'huile de coco fractionnée pour un toucher léger. L'huile de rose musquée fonctionne bien à un faible pourcentage.

    Quelques gouttes de sérum suffisent.

     

    Deux sérums pour le visage: aux 11 huiles et gélifié ciste-pitanga noire

    Les deux sérums conditionnés: le huileux dans une flaconnette compte-goutte de 15ml, le gélifié dans un tube de 10ml.

     

    Sérum aux  11 huiles (sur 100g ou en %)

    émolllients:

    13g Dicaprylyl carbonate

    12g caprylis (coco fract)

     huiles régénérantes:

    12g argan

    15g jojoba

    13g dattier du désert

    3g figue de barbarie

    3g rose musquée

    2g monoi

    6g piqui

     macérats huileux apaisants, cicatrisants, anti-inflammatoires, etc

    5g urucum/tomate séchée dans sésame

    5g ciste dans olive

    5g souci-matricaire dans olive

    4g hélichryse + benjoin dans olive (une réussite d'Emadra)

    anti oxydants

    1g vit E

    1 gte extrait CO2 de romarin

    Apaisant, cicatrisant et  liposoluble

    1g bisabolol végétal

    HE régénérantes

    3 gtes He encens/myrrhe (Floracopeia), 2 gtes ciste (Florame), 3 gtes géranium rosat (Valnet) 1 gte rose bulgare (Aroma zone)

     

     Sérum gélifié ciste-pitanga noire  (sur 100g ou en %) 

     Phase aqueuse

    57g eau d'Evian

    15g jus d'aloes bio en ampoule

    5g hydrolat de pitanga noire

    5g hydrolat de ciste sauvage portugais

    4g Pansamiel

    *1g teinture de ciste portugais

    1g teinture rose-miel dans cognac

    5 gtes elixir d'hématite

    5gtes elixir ailes d'abeille

     Phase huileuse

    8g sérum aux 11 huiles

    2 gtes HE géranium rosat

     

     3g  simulgel

    0,6 g géogard

    1g hyalomuco

    2 gtes rouge baiser (AZ, pour la couleur)

     

    Simplissime à fabriquer

    Mélanger tous les éléments de la phase aqueuse dans un bocal stérilisé.

    Ajouter  la phase huileuse

    Puis le simulgel.

    Fermer le bocal et le secouer vivement, puis touiller avec une spatule en silicone.

    Ajouter ensuite le conservateur, le hyalomuco et en dernier le colorant,

    Bien homogénéiser avant de conditionner.

     

    Deux sérums pour le visage: aux 11 huiles et gélifié ciste-pitanga noire

    Le sérum gélifié a un toucher très fin, il en faut très peu

     

    On peut superposer les deux sérums, en réserver un pour le matin, l'autre pour le soir selon son inspiration.

     

    Deux sérums pour le visage: aux 11 huiles et gélifié ciste-pitanga noire

    Un ciste ladanifère tout luisant de résine dans l'Alentéjo portugais. 

     

    * J'ai fabriqué la teinture de ciste en tassant dans un petit bocal des feuilles de ciste ramassées à midi car elles sont alors  imbibées de résine… et très collantes! J'ai recouvert presque entièrement d'alcool à 95 et complété avec un peu d'hydrolat de ciste tout frais.

    J'ai filtré quand le mélange a viré au marron (au bout d'une semaine). Il dégage une odeur chaude de résine de labdanum.

    Pour d'autres essais et détails sur le ciste, c'est Ici

     


    19 commentaires
  •  Voilà, je suis devenue accro à ce petit fruit brésilien au goût addictif. 

    Quelques fruits  ont un effet quasi électrique sur mon odorat et mon palais:

    -le maracuja (ou fruit de la passion)

    -la goyave (j'en achète des pas tout à fait mûres dans le quartier indien pour profiter de leur irrésistible parfum qui s'épanouit  lors du mûrissement)

    … et la pitanga noire (eugenia uniflora, c'est une myrtacée), appelée aussi cerise de Cayenne ou de Surinam et dont il existe une variante rouge, plus courante mais moins savoureuse.

     

    Le parfum grisant de la pitanga noire

    Pitanga cachée sous les feuilles. J'ai oublié de montrer l'aspect "côtelé" du fruit

    C'est en croquant ce bonbon végétal, il en a la taille, que la divine surprise se révèle : un goût de fruit rouge (ou plutôt rouge-noir comme le cassis)  épicé, et avec une note résineuse - puissante quand la teinte n'est pas encore sombre- plus une trace amande amère. Un cocktail sophistiqué, élégant et délicieux que l'on retrouve miraculeusement en froissant les feuilles.

    Où ai-je eu le bonheur de savourer ce fruit ? Dans un lieu aussi magique que le parfum de la pitanga, la finca de mes amis du blog Olhar Feliz, dont je reviens à peine.  Je rodais autour de la haie telle une pie voleuse pour me régaler des pitangas noires du jour,  avec un prétexte en béton: il faut des noyaux pour les  amis de J.P.  qui souhaitent en planter…

    Le blog Olhar Feliz évoque la pitanga ici, pour une boisson rafraichissante, ici, en clafoutis, ici à l'eau de vie, ici en gelée.

    Ayant lu sur internet que l'on réalisait une huile essentielle à partir des feuilles (impossible de trouver où l'on pourrait en acheter!), nous avons distillé, J.P. et moi, des feuilles, et l'hydrolat obtenu est resté fidèle au parfum de la plante. Je suis passée à la boutique parisienne de la marque brésilienne Natura qui propose un parfum baptisé "pitanga preta" renfermant la fameuse HE, mais hélàs,  le jus est si sucré qu'on cherche en vain trace  de la vivacité nerveuse de la vraie pitanga…

     

    Le parfum grisant de la pitanga noire

    L'alambic portugais (de 5 litres) en action. J.P. l'a scellé avec du scotch en téflon pour éviter les fuites. Nous avons mis 2 litres d'eau environ et rempli la colonne de feuilles, soigneusement triées, mais non tassées.

     

    Le parfum grisant de la pitanga noire

    Le torchon mouillé à l'eau froide posé sur le tuyau est rafraichi régulièrement pour accélérer la condensation. Nous avons mené la distillation au nez. On arrête quand l'intensité du parfum flanche.  En général,  au bout de 3/4 de litre pour 2 litres d'eau et la colonne pleine de végétaux non tassés (elle est prévue pour une distillation de 5l, ce qui est intéressant pour avoir un bon parfum); 

    L'hydrolat est translucide plus que transparent car il conserve son HE.

    Au Brésil, traditionnellement, les feuilles de pitanga se consomment en tisane contre les bronchites. Elles ont aussi des propriétés  anti-inflammatoires et anti-microbiennes (ici par exemple une étude sur les vertus anti microbiennes, en brésilien… ). Elles se révèlent également anti-oxydantes (étude sur un extrait à l'ethanol, texte en anglais ici)

     

    Le parfum grisant de la pitanga noire

    J'ai remarqué que les jeunes pousses rougeâtres avaient le parfum le plus prononcé, c'est ce que j'ai donc privilégié pour la cueillette.

     

    Quant aux fruits, leur couleur rouge sombre plaide en faveur de leur haut pouvoir anti oxydant. (voir ici par ex.)

    Le parfum grisant de la pitanga noire

    Fraises d'été à l'hydrolat de  pitanga et sucrées au sucre d'agave.

    Nous avons tenté  un soupçon  d'hydrolat sur des fraises d'été,  cela leur  donné un coup de fouet troublant. Néanmoins, le parfum n'a pas tenu après la nuit au frigo du reste de la salade de fraises.

    De retour à Paris, j'ai testé, en hydrolat pur, sur le visage mais ça m'a semblé costaud (avec un pH pourtant pas si acide,  5,5 environ). J'en ai donc incorporé à dose raisonnable dans un sérum gélifié pour le visage que je vais publier à part pour ne pas tout mélanger!

     

     

     


    31 commentaires
  •  

    J'ai continué mes essais avec l'émulsifiant à froid ice sunflower dont j'avais déjà parlé ici.

    Son INCI: sunflower wax (cire de tournesol), sodium polyacrylate.

    Soit une cire et un composant synthétique. Colchique avait évoqué le sodium polyacrylate dans un article il y a pas mal de temps déjà ici. Il est utilisé dans les couches pour bébé pour son pouvoir absorbant. Je n'en fais pas l'apologie, mais je voulais vraiment tester son pouvoir émulsifiant à froid. Impeccable.

    En effet, l'avantage de cet émulsifiant, c'est qu'en présence d'une phase aqueuse, il donne une vraie crème - et à froid. Nul besoin d'ajouter un co-émulsifiant, si on incorpore une phase huileuse en dessous de 10%. Ce que j'ai tenté, en me contentant de 6% seulement. Malgré ma peau sèche, ce pourcentage modeste suffit à assurer une très bonne hydratation, sachant néanmoins que je n'ai pas encore testé en hiver. 

    Pour compenser cette faible phase huileuse, j'ai incorporé du miel, très hydratant et réparateur. J'ai testé le pansamiel que vient de lancer Ballot-Flurin, un miel  bio très pur que l'on peut utiliser sur les blessures et les plaies.

     

    Crème visage à l'ice sunflower, au miel  et au ciste

    La teinture de ciste en arrière plan de la crème rose

     

    Autre ami de la famille: le ciste, également très réparateur, décliné en hydrolat, teinture, macérat et  HE.Voir ici mon éloge du ciste.

     Sur 200g:

    5,5% ice sunflower 11g

    4% pansamiel 8

    69,5% eau Mont Roucous 139. j'ai rajouté 5g d'eau à la fin car je trouvais la crème trop ferme.

    10% hydrolat de ciste (une merveille distillée par  Sylvie) 20g

    1,5% aloes liquide concentré X10 3g

    1,2% teinture de ciste 2,4g

    1,3% teinture de rose et miel dans cognac 2,6

     

    1,5% huile d'argan 3g

    1,5% macérat de ciste dans olive 3g

    1,5% monoi  (pour le délicieux parfum) 3g

    1,5% huile de figue de barbarie 3g

    0,7% geogard 1,4g

    0,25% HE: 6 gouttes géranium, 4 gouttes ciste, 5 gtes encens dans géranium

    2 gtes rouge baiser (AZ) pour la couleur

    5 gouttes élixir minéral de jade (censé adoucir les irritations de peau)

    Mélanger tous les ingrédients liquides de la phase aqueuse, et incorporer petit à petit (pour eviter les grumeaux) l'émulsifiant; Fouetter au bamix ou avec un mixer puissant. 

    Puis incorporer en mixant bien les éléments de la phase huileuse, les HE et le colorant en dernier, ce qui permet de vérifier si le mélange obtenu est bien homogène.

     

    Crème visage à l'ice sunflower, au miel  et au ciste

     

    La texture est ferme et très agréable, le parfum très suave, et la peau boit tout très vite. J'utilise très souvent du monoi (marque Hei poa, très courante) à dose mini pour la douceur qu'il peut apporter à un mélange odorant. 

     

     

     

     


    44 commentaires