• Savon retour de Grèce (2) à la résine d'encens



    J'ai appelé ce savon le parfum de Saint Andreas (Agios Andreas en grec), en souvenir d'une église de l'île de Siphnos, juchée en haut d'une colline que l'on atteint après une petite grimpette (un quart d'heure à peine, mais ça monte… ). Le chemin offre un merveilleux concentré des parfums de la garrigue méditerranéenne, chauffée à blanc par le soleil. Y poussent des petits genévriers, des cistes, du thym, beaucoup de myrtes, de l'origan, de la sauge… J'ai essayé - avec les moyens du bord- de recréer dans un savon cette saveur âpre, un peu amère et résineuse que j'aime tant. J'ai décidé aussi d'y intégrer de l'encens car son parfum imprègne les églises grecques.




    Préparation des ajouts


    L'encens pilé, pas encore tamisé

    Poudre d'encens à la trace


     5g d'encens pilé très fin et tamisé

    La liturgie orthodoxe utilise beaucoup l'encens. On en brûlerait trois fois plus dans une église orthodoxe que dans une catholique (voir ce lien ici ). A Athènes, j'ai acheté en vrac de l'encens de Somalie, c'est celui qui est très souvent brûlé.


    A l'état brut, il ne sent pas grand chose mais après l'avoir pilé -à la main dans un petit mortier en acier que j'ai rapporté cette année d'Inde- puis tamisé, j'ai découvert qu'il dégageait un parfum très doux et citronné. On retrouve d'ailleurs souvent cette note agrume très fine dans certaines HE d'encens.
    C'est encore dans le livre Soapmaking, a magickal guide d'Alicia Grosso (cité dans l'article précédent)  que j'ai trouvé cette suggestion d'intégrer de l'encens en poudre à la trace à la fois pour contribuer à la dureté des savons et pour fixer les HE.  Alicia Grosso utilise le benjoin, l'encens ou la myrrhe en poudre.


    Parfum

    -20g HE genevrier,
    -5g HE myrica gale

    dilués dans 20g d'huile de ricin bio

    Alicia Grosso recommande par ailleurs de n'intégrer l'huile de ricin qu'à la trace, à la fois comme boosteur de mousse, surgraissant mais aussi, ce que je n'ai pas tellement lu ailleurs, comme fixatif … c'est ce que j'ai tenté avec cette formule. J'en ai profité pour y diluer les huiles essentielles: génévrier ainsi que myrica gale (le piment royal qu'apprécie tant Michèle), une variété de myrte (mais nordique) car je n'avais pas d'He de myrte corse sous la main


    Couleur


    Ce vert sapin de la chlorophylle est devenu un vert nuancé de jaune en raison des huiles déjà bien colorées.
     


    2g de poudre de chlorophylle diluée dans 20g de gel d'aloe à boire

    Il y a souvent quelques plantes grasses dans les garrigues, je n'ai donc pas hésité à ajouter un peu d'aloe (adoucissant) que j'ai utilisé comme support pour diluer la poudre de chlorophylle, je voulais un savon vert… comme les buissons trapus des îles.

    Liquide de dissolution de la soude

    J'ai réalisé une infusion d'origan très serrée (10g pour 230g d'eau, il en est resté 130g)  et je l'ai mise en glaçons; j'ai complété jusqu'à 350g avec de l'eau déminéralisée très froide.


    Choix des huiles

    Ayant gardé l'huile de ricin pour  l'incorporer à la trace, j'ai un peu modifié la formule de mes deux savons précédents. J'ai gardé olive, karité, macadamia, coco (avec des quantités fonction de ce qui me restait), et j'ai introduit l'huile de pistache dès le début.



    272g olive
    101 g macadamia
    66 pistache
    315 karité
    250g coco

    Soude pour un surgras  à 6-7

    Les caractéristiques sont très proches de mes deux savons précédents. (Dureté: 40
    pouvoir détergent:17, hydratation: 54, pouvoir moussant: 17, crémosité de la mousse: 23, INS 148)

    Pour l'instant, le savon reste bien vert et son parfum a tout de suite été très présent. Comme nul n'est parfait, j'ai fait la bétise de poser une feuille de papier sulfurisé sur la plaque de savons pas encore démoulée (d'habitude, je mets un plastique épais, mais je n'en avais plus sous la main), elle a fait des taches blanches sur leur base que j'ai donc dû "peler"…




    « Savon Retour de Grèce (1) et savon Retour d'Inde au vetiverSavon retour de Grèce 3. La leçon de Michèle »

  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Juillet 2009 à 07:24
    Je ne fais que regarder, je suis toujours bluffée par ta cosmétique maison...
    2
    jp
    Lundi 27 Juillet 2009 à 11:13
    jolie couleur
    3
    Lundi 27 Juillet 2009 à 14:18

    super savon ! mince moi je mets toujours du papier sulfurisé ! je n'ai jamais eu de problème mais il faut que je fasse attention alors !

    4
    Lundi 27 Juillet 2009 à 17:11
      waouh ! Du savon au magique Myrique baumier mélangé à du Genévrier - un rêve !
    5
    Lundi 27 Juillet 2009 à 20:10
    Michèle a bien raison, on fait dans le luxe côté savon, il va falloir augmenter les tarifs, finalement 70 euros la savonnette, c'est pas très cher !
    Tu nous ouvre des horizons incroyables : incorporer de la poudre d'encens dans un savon, ça doit dégager un parfum puissant, surtout associé à toute cette garrigue méditéranéenne. Et ce vert est très beau, très simple et à la fois très élégant.
    Merci pour ce nouvel opus, princesse.  
    6
    Lundi 27 Juillet 2009 à 20:54
    c'est un mortier en acier,  la résine n'était pas si dure, et je n'en'ai pas pilé des tonnes!
    7
    Lundi 27 Juillet 2009 à 20:56
    Mlk, tu me fascines par ton éloquence poétique
    8
    Lundi 27 Juillet 2009 à 20:56
    ce sont des plantes très inspirantes…
    9
    Lundi 27 Juillet 2009 à 20:57
    ce mot m'est peut être revenu en mémoire…  parce qu'il y a pas mal de temps déjà, j'avais assisté à une séance de dégustation de cafés par des pro
    10
    Lundi 27 Juillet 2009 à 20:58
    Tu aimes cuisiner, tu devrais adorer faire des savons…
    11
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:02
    t'inquiète; tes commentaires sont si jolis que j'ai laissés les deux
    12
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:14
    La chlorophylle est un puissant allié…
    13
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:16
    j'ai été étonnée moi aussi, car je fais sécher mes savon démoulés dessus sans souci. Mais là, j'avais posé la feuille sur de  la pâte à savon toute fraiche et en train de prendre.
    14
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:16
    Pescalune, je vais devoir t'en garder un…
    15
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:28
    rôôôôôôôôôô comme c'est adorable ma Princesse !!!!!!!! Tes savons sont déjà de vrais bonheurs - je n'ose imaginer le bonheur puissance 10 avec celui-ci !
    16
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:32
    Effectivement irène, il va falloir patienter sans trépigner…  mais déjà, je peux dire que ce savon est très odorant.
    17
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:32
    Difficile de définir l'odeur dominante dans ce savon, mais elle est puissante.
    18
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:35
    Devine ce que je suis en train de faire ce soir? Une macération huileuse… et tu peux te douter pourquoi…
    19
    Lundi 27 Juillet 2009 à 21:37
    Pescalune, il va falloir aussi que tu te lances un jour dans l'entreprise savonnesque:  avec les plantes de ton merveilleux jardin, tu ne pourras que te régaler !
    20
    Vendredi 31 Juillet 2009 à 13:49
    les poésies de MLk magnifieraient les créations les plus banales…
    21
    Vendredi 31 Juillet 2009 à 13:49
    Merci pour ce commentaire précieux car j'ai testé l'encens avec des He mais pas tout seul encore. De totues façons, à l'odeur soutenue de ces savons, je pense qu'il y a réellement un pouvoir fixatif
    22
    Dimanche 2 Août 2009 à 09:57
    Voilà comment je fais pour l'encens. Je mets dans le mortier (en acier, une quantité d'encens plus grande que celle dont j'ai besoin et je pile, puis je tamise au fur et à mesure la poudre obtenue dans un récipient. Ici aussi ça colle ; je gratte au maximum puis je mets à laver en machine.

    la teinture sent très bon, mais elle a tendance à coller le bouchon, donc il faut légèment l'ouvrir de temps en temps pour eviter que ça ne colle trop. (tu peux nettoyer le goulot à l'alcool aussi).
    23
    Dimanche 2 Août 2009 à 09:58
    je serai curieuse de savoir ce que ça done encens carotte!

    hier, j'ai fait encens-encens
    24
    Mardi 4 Août 2009 à 08:54
    ce que je fais aussi, je remets dans le sachet ce que je n'ai pas réussi à pilonner.
    25
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 20:16
    J'ai offert le livre que tu cites à une amie, elle l'adore... Je vais le mettre sur ma liste aussi!

    Je ne connais pas cette HE de Myrica... tu m'intrigues fort !
    Ce savon devait être fabuleux !
    26
    Jeudi 5 Novembre 2009 à 22:00
    C'est un livre simple mais je trouve inspirant.

    l'huile de myrica est assez puissante, et elle résiste pas mal à la soude
    27
    Crudité
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    HE Myrica gale ? Encore une que je ne connais pas.
    Ta recette laisse encore rêveuse.
    Et tu as réussi à réduire de l'encens en poudre avec un mortier, wahou.

    Crudité
    28
    mlk
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Je sais que les hommes de ces pays sont peu bavards empreints qu'ils sont de puissance,
    d'attente, de silence  de force et de simplicité
    je sais que l'on peut s'asseoir, s'accroupir et s'imprégner de ces montées de sèves vertes 
    paraître un roc et être aussi fragiles que les fleurs bleutées , mauves  
    Tu n'as pas rapporté des photos de vacances, mais des moments intenses de vie
    ce savon Venezia a déjà pris le maquis et moi je le rejoindrais volontiers

    29
    mlk
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35


    tu as su recréer le silence, la puissance, la verdeur  de ces aromates
    qui nous paraissent être des rocs trapus et pourtant leurs fleurs sont fragiles et douces
    je resterais des jours et des nuits accroupie, allongée à contempler ce ciel, à humer
    la garrigue, à m'imprègner de cette puissance , à parler aux dieux, aux étoiles, à sentir le vent
    Oui , Venezia je prends le maquis avec ton savon, et toi aussi il me semble

    30
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    J'allais dire que tu créais aussi de jolis mots mais "crémosité" existe bel et bien en français:
    Extrait de ce blog:
    http://pagesperso-orange.fr/olga.bluteau/ORCULTURE/

    Crémosité (recueilli par Olga) : de l'italien "cremosita", signifiant qu'un café fait de la bonne mousse quand vous le passez dans votre machine à espresso (c'est d'ailleurs sur un paquet de café que je l'ai lu). Il aurait un vague synonyme avec "onctuosité", tout à fait reconnu lui, mais qui ne fait allusion qu'à la douceur du breuvage, pas à sa mousse.

    Donc sa crémosité va bien avec son aspect car j'adore tes savons chapeaux de vizir!

    Quant au genevrier, je ne sais pas pourquoi j'aime tant ça. Va falloir allez creuser sa composition...

    Merci pour l'encens aussi, pour la pistache et le Myrica 'c'est décidément du luxe les savons ces jours ci).

    Bises ensommeillées!
    31
    mlk
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Oups! je pensais que le premier n'était pas passé, vu qu'il ne s'affichait pas
    Bon, je pense et hume toujours la même chose
    32
    Irene
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    C'est très intéressant - en plus d'être beau et inspiré.
    C'est bien que tu aies fait un savon en introduisant de l'encens de cette façon : dans un mois environ, on pourra comparer pour l'odeur. Je suis curieuse de l'odeur finale mais on dirait que l'encens se marie avec tout ...

    Merci de ce partage. La couleur de tes savons est très belle, très naturelle, elle ne choque pas, ne heurte pas. Et c'est pourtant très difficile avec le vert.
    33
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Tu m'as tentée!
    J'ai réalisé entre ce midi et 19heures entre deux clients, un savon avec la formule simple donnée à Mlk (olive macérée, palme et coco) en m'inspirant de toi:

    - remplacement de l'huile de palme par du karité
    - macérations de plusieurs plantes à chaud (calendula, matricaire, rose, menthe poivrée, eucalyptus)
    - incorporation de ton encens pilé au mortier (j'ai cassé mon pilon en verre tant j'étais à la bourre grrr...) pour voir si le délicieux parfum de l'huile macérée reste un peu.

    Résultat: 500g d'huiles = 8 cannelés à démouler demain. J'ai hâte!
    Merci pour l'idée
    34
    Loulou
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Quel dépaysement ces savons. Et quel luxe sans compter la poésie de MLK qui les accompagne.
    35
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    L'ajout  de la poudre d'encens donne une odeur difficile à définir mais bien présente. Je suis épatée d'obtenir ça  sans HE.
    Mille mercis pour ce truc!

    J'avais déjà lu sur les banlieusardises que la poudre de benjoin était très bonne pour fixer les odeurs. Ce qui semble normal vu l'usage que l'on fait avec l'HE ou la teinture de benjoin en parfumerie mais je n'avais jamais eu l'occasion de tester.
    Si toutes les résines font de même, c'est super.
    36
    Irene
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Michèle, j'aime énormèment travailler avec les résines (si on peut appeler cela travailler ...) ; tu as vu dans la crème de la sainte montagne. Excuse, princesse, de cette incise ...
    37
    Catherine
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Quelle bonne idée d'incorporer de la poudre de résine dans les savons, si les odeurs persistent, c'est super ; j'ai maintenant quelques résines gentiment offertes et je crois que je vais piler, piler.... j'aime aussi cette jolie couleur verte de ton savon. Merci Venezia.
    38
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    En plus la résine fond totalement dans la pâte et on ne la sent pas au toucher.
    J'en avais un peu peur car j'ai réagi à un macérat huileux d'encens il y a quelques années alors que sur le corps j'ai une peau de brutus comme dit Mlk.

    Et bien là, c'est lisse, c'est doux et ça sent bon...
    Et j'ai refait un savon au jus de carotte bio et à l'encens pulvérisé pour mon tonton sans mettre d'HE. Verdict demain!

    Catherine, le tour était bon? *nostalgie*
    39
    Catherine
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Merci Michèle pour tes précisions ; je suis de plus en plus tentée...

    Oui Michèle, nous nous sommes régalées avec ma fille de voir tous ces beaux paysages, même si le temps n'a pas toujours été au beau fixe, les ciels nuageux perchés sur les montagnes ont aussi beaucoup de charme, comme tu le sais.
    40
    Catherine
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Je viens d'essayer de piler de la résine d'encens, puis de la résine de copal, j'ai obtenu un peu de poudre mais beaucoup de chewingum.... bouhhhhhhhh, est-ce dû à l'humidité ambiante ? du coup, je les ai mises dans un peu de vodka ; j'ai encore du chewingum sur mon pilon et dans mon mortier en bois d'olivier, ça colle ces choses là...
    41
    Catherine
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:35
    Merci Venezia, il faut donc en piler pour obtenir assez de poudre et garder le reste pour le mettre à macérer... me voilà rassurée d'être "normale" hihi...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :