• La mémoire joue de drôles de tours! Dans mon souvenir, les bonbons Batna dont je raffolais, gamine, étaient réglisse-menthe. J'ai donc fait des savons nostalgie avec ce parfum… Mais en vérifiant sur le net, j'ai découvert qu'en réalité, ils associaient la réglisse à l'anis… Trop tard, mes savons étaient déjà démoulés et ils sentent vraiment réglisse-menthe.

     

    J'ai profité de cette série pour poursuivre le grand nettoyage de mon frigo et par la même occasion je me suis amusée à  calculer une formule comprenant les 8 acides gras retenus par Soap calc.

    Soit :

    *quatre acides gras saturés: acides laurique, myristique, palmitique, stéarique

    *deux monoinsaturés: ricinoléique, oléique

    *deux polyinsaturés: linoléique, linolénique

    chacun apportant une qualité particulière au savon.

     

    500g huiles


    11,08% huile de chanvre bio  55,4g

    24% macérat d'huile d'olive bio au laurier 120 (de fabrication très récente)

    25% coco odorant 125

    15,52%  Blanc de bœuf 77,6

    18,4% Beurre de macadamia 92

    5% Ricin 25

    1% Cacao  5

    1 cuil à café de crème fraiche crue dans les huiles

     

    lessive de soude pour un surgraissage à 8 environ

    +1% (5g) lactate de sodium pour durcir

     

    Parfum


    *HE de menthe poivrée 6,7g (Puressentiel)


    *Fragrance (premium sans allergène) réglisse (Utiles de Zinette) 3,7g très efficace à cette dose inférieure à 1% et au parfum très net


    Malgré un % d'HE et de fragrance modéré, les deux parfums sont vraiment présents. Le réglisse apaise la sensation un peu brutale donnée par la menthe poivrée quand elle est utilisée seule.


     

    P1020744corrige.jpg

     

    J'ai utilisé la technique de l'assiette imaginée par Sukizu, qui me ravit toujours autant.

     

     

    Couleurs

     

    Ayant choisi du chanvre et une macération de laurier pour l'idée vert menthe, j'ai complètement changé en cours de route… et suis allée plutôt sur des tons pouvant évoquer la réglisse.


    1. mica or GM+gleaming gold (TKB)

    2. blackest black matte tone (TKB)

    3. néon rose+oxyde rose+peach blow (GM)

    4. Naturel

     



     

    P1020745.jpg

    Pour faire briller les savons, j'ai testé le chiffon microfibre (destiné aux lunettes) passé sur la pate bien sèche, et qui donne une jolie patine. 


    20 commentaires
  • Les boites d'œufs de caille (dont je raffole, les œufs, pas les boites… ) me faisaient de l'œil depuis très longtemps. Mais qu'en faire?

     

    Une fois de plus, c'est en rêvant devant la folle ingéniosité des installations savonnesques de Sukisu que l'idée a germé. Elle avait réalisé une série de savons "multifunnel", marbrés, en trouant à intervalles réguliers un emballage de jus de fruits disposé en longueur c'est ici, (image du début de l'article), technique qu'elle a raffinée par la suite, comme elle le montre en images à la fin du même article.

     

    Mon idée n'est donc pas révolutionnaire, c'est juste une déclinaison liée à une inclinaison gourmande.

    Il se trouve que mes œufs de caille préférés sont conditionnés en boite de 18, en trois rangées de six alvéoles, et que la longueur de leur boite en plastique transparent coincide à peu près avec celle du moule en plexi.

     

    P1020732.jpgLes deux rangées du fond sont trouées


    J'ai donc simplement fait un trou au fond de chaque alvéole… hélàs, pas assez grand, car ma pate a figé plus vite que prévu (je voulais vider des fonds de flacons de fragrance, ce qui a dû accélérer la trace) et  les trous … se sont vite obstrués. J'ai commencé par les déboucher au fur et à mesure que je versais, mais j'ai fini par abandonner car le figeage gagnait dangereusement du terrain. J'ai donc fini le marbrage à la cuillère!


    Résultat: en jouant avec les coupes, j'ai obtenu des savons très différents d'une face à l'autre.



    P1020738.jpg

    P1020735.jpgDeux morceaux, recto et verso

     

    J'ai repris exactement la même composition que pour le savon précédent car après tests, la mousse me plait beaucoup:

     

    500g huiles et gras

    25% coco125g

    10% blanc de bœuf  50g

    10% beurre cacao 50g

    10% karité 50g

    5% ricin 25g

    10% tournesol oléique 50g

    30% olive 150g

    vitamine E

     

    lessive de soude pour un sugraissage à 8

     

    Parfum

     

    fragrance labdanum 3,2g

    HE African bluegrass 4,3g

    Fragrance violette 0,2g

     

    Pour l'instant, on ne sent que l'HE, au parfum très végétal particulièrement puissant, j'espère que le labdanum finira par sortir un peu.

     

    Couleurs


    4 récipients

    -mica rouge rubis+oxyde rouge

    -copper fire (TKB) +neon jaune

    magic red+oxyde rose+peach blow

    -naturel

    j'ai choisi de décliner des rouges dans des nuances proches, peut être trop …

     

     Ce n'est pas exactement ce que je voulais, mais au final, je les trouve assez jolis… malgré le commentaire du gourmand de la maison qui m'a foudroyée:


     

    P1020737.jpg


    -miam, on dirait du pâté de tête!!

     

    (pour cette face texturée)


     

    Notes culinaires à l'intention de Michèle qui veut soutenir son boys' band

     

    Je consomme les œufs de caille au petit déjeuner (sur une tartine beurrée), au goûter (avec un petit anchois à l'huile en plus) et en propose souvent à l'apéro après les avoir écalés (pour éviter les brisures de coquilles sur les canapés!) 

     

    Ils sont également excellents, coupés en deux, dans une salade verte (notamment roquette, pissenlits ou mâche) -avec ou sans anchois-.   

    L'hiver, je prépare une salade de mâche+tronçons de harengs doux fumés+œufs de caille+ huile d'olive (ni vinaigre ni sel) +éventuellement une pointe de curry. On peut faire de même avec une salade de lentilles; dans ce cas, ajouter du vinaigre balsamique et un trait de sauce soja.

     

    Cuisson des œufs de caille: démarrer à l'eau froide, compter 4mn à partir de l'ébullition. refroidir tout de suite. Préférer les œufs de caille provenant d'élevages français (c'est écrit sur la boite). Outre des raisons ethiques, le goût est bien meilleur. 

     

    En médecine chinoise, ils sont classés dans les aliments de nature neutre, -on peut en déguster en toute saison- et de saveur douce, ce qui contribue à relâcher les tensions et à combattre l’insomnie.    

     

    edit: suite au commentaire d'Elefteria, les œufs de caille sont effet réputés pour avoir une action anti histaminique. Il existe une cures d'œufs de caille à cru tous les matins selon des protocoles à respecter. Comme je n'ai jamais testé et que j'étais plutôt sur la gourmandise pure j'avais omis d'évoquer cette thérapie. Un lien pdf  ici


    16 commentaires
  • Une fois encore, révant de convoitise devant les savons de Sukisu, j'ai cherché à m'en inspirer…

     

    il s'agit de ses savons fleurs marbrés dans un tube en plexi grâce à la base d'une bouteille plastique trouée. C'est ici


    Je n'avais pas de tube plexi, j'ai cherché un substitut. J'ai donc arpenté le rayon boissons d'un supermarché en caressant les flancs de bouteilles en plastique PET pour élire la plus lisse de toutes… sous l'œil intrigué d'un client qui a dû me prendre pour une folle furieuse.


    La chanceuse : une bouteille de limonade artisanale. D'abord, je l'ai bue (bien glacée et corsée d'un jus de citron) avant de lui faire subir quelques outrages. 

    Je l'ai sectionnée à la base pour récupérer le culot que j'ai percé de 5 trous -comme l'a fait Sukisu-. J'ai pratiqué des ouvertures irrégulières pour casser la symétrie du résultat.

     

    P1020715.jpg

    J'ai ensuite versé du sable dans la bouteille sectionnée (goulot fermé dirigé vers le bas) jusqu’à l'épaulement. Puis j'ai posé une feuille d’alu sur le sable, superposé en double épaisseur du papier sulfurisé avant de couler de la cire d'abeille sur le tout pour bien isoler le fond.

    J'aurais dû poser la bouteille bricolée dans un récipient haut pour avoir les deux mains libres (ce que je n’ai pas fait… )

     

    La formule


    400g huiles


    25% coco 100

    10% blanc de bœuf 40 (merci ma chère Ed)

    30% olive bio 120 (macérée au genevier, à la rose et au laurier)

    10% beurre de cacao Sol Semilla (un cadeau magnifique de Mlk) 40

    10% karité brut de Côte d’Ivoire, trouvé dans mon quartier 40

    5% ricin bio 20

    10% tournesol oléique bio macéré à la rose 40 (je suis en train de vider mes placards… )

    vit E

    1 grosse cuil à café de crème fraiche bio à 40% de matière grasse (Yes! j'en ai trouvé aux Nouveaux Robinsons, au lait cru en prime)


    lessive de soude pour un surgraissage à 8

    soie tussah


    Parfum

    fragrance à la violette 8g (pour finir le flacon)

    4 un mélange d'attar de jasmin indien et de coco fract(pour casser la violette)

    dans ricin


    Couleurs

     

    P1020577.jpgLa Giudecca depuis le vaporetto

     

    P1020609.jpgA Murano

     

    je ne suis pas partie sur les roses vénitiens, mais sur les bleus car je voulais tester un indigo que je viens de recevoir.


    4 récipients.

    -naturel

    -indigo+oxyde bleu +mica bleu profond

    -mica bleu (secrets cosmétiques) +un peu de rose néon

    -mica bleu+un peu d'argile blanche

    Couleurs diluées dans un peu d'eau déminéralisée au préalable.

     

    Verser les pates l'une après l'autre jusqu'à extinction. je n'ai pas pu racler les fonds de pot à la spatule car je n'avais qu'une main si je puis dire, l'autre tenant la bouteille. (j'ai trouvé après-coup le récipient haut adéquat pour faire tenir la bouteille au séchage!) J'ai donc fait un mini savon de plus dans un moule pour ne pas perdre ces fonds. 

     

    P1020716.jpg

      Mettre au congelo une heure avant de démouler.


    Oter le bouchon, vider le sable, pousser légèrement le bouchon, ça descend tout seul.

     

     

    P1020727.jpg

    le cylindre de savon coiffé de son chapeau de cire

     


    Patienter avant de trancher, ce que je n'ai pas fait… mais le résultat m'enchante quand même.

     

    P1020728.jpgLes cinq tranches, délicieusement réversibles

     

     

    Les savons sentent la violette un peu trop violette, mais le beurre de cacao exceptionnel -plus que le jasmin- casse sa trop grande candeur.

     

    P1020730.jpgPlutôt Monet que vénitien… et on voit les traces du couteau car j'ai été impatiente de trancher.


    Je réitère mes remerciements admiratifs à Sukisu


    27 commentaires
  • Grâce au forum Couleur savon, j'ai découvert Soap insomniac le blog très inventif de Sukisu (soap insomniac, ça veut déjà tout dire… ) et dans la foulée, une technique aussi simple qu'efficace pour marbrer avec panache.

     

    Sukisu l'a baptisée "funnel one pot", je préfère parler d'assiette creuse car c'est ce qui a fait tiltquand j'ai découvert son essai très réussi, inspiré d'une savonnière de Taiwan. 

     

    Il s'agit tout simplement de verser l'une après l'autre des pates colorées au centre d'un récipient rond et plutôt plat, puis de reverser le tout dans un moule: marbrage sophistiqué garanti.

    Quand j'ai découvert ça, je suis sortie toutes affaires cessantes acheter une écuelle en plastique pour tester la méthode. Trois fois d'affilée.

     

    Pour la première, il y a eu un léger bug. Emportée dans mon élan, j'ai tout simplement oublié de chemiser le fond du moule en plexi. La pate a débordé entre le fond et les parois, bien sûr, mais surtout, elle a bien collé les plexi ensemble… j'ai dégainé le couteau, évitant la hachette de justesse. 

     

     Ce premier essai très cochonnant a provoqué deuxième tilt: puisqu'il s'agit de verser une pate déjà préparée, on peut marbrer avec virtuosité en moules individuels.  Ce qui fut fait.

     

     

    J'ai volontairement choisi des marbrages… aux couleurs du marbre. 


     

    P1020706.jpgColonne de l'église des Gesuati à Venise

     

     

    Les trois essais.


     

    1. Calament lemongrass (rouge beige et vert)

     

    600g huiles

    27% coco

    35% sesame bio

    10% beurre de cacao

    10% son de riz

    10% karité

    8% ricin

    4 toco 500 (vitamine E)


    soie tussah dans la lessive de soude à 38°


    1 grosse cuil à café de crème fraiche bio dans les huiles

     

    Surgraissage à  8-9

     saponifié à 38°


    Parfum dilué dans un peu de ricin


    3,8g HE  calament

    3,4g HE lemongrass rhodinol

     

    P1020713.jpgC'est celui qui a souffert du coulage sans chemisage

     

    Couleurs


    Je dilue les micas dans un soupcon d’eau déminéralisée


    -mica rouge rubis (secrets cosmétiques)

    -mica golden green (G. Manske, merci Ed)

    -mica magic red (G. Manske, merci Ed))

    4 récipients (dont 1 avec de la pate laissée nature)

     

     

    2.  African blue grass (ocre rosé et marron)


    400g huiles

    8,5% cacao

    7,5 ricin

    10 beurre de macadamia

    25% coco

    15% palme

    34% sésame  

    soie tussah dans lessive de soude à 38°

    crème fraiche dans les huiles

     

    saponifié à 38° surgraissage : 8 environ.

     

    P1020709.jpg


     Couleurs

     

    4 nuances:

    -mica rose (G. Manske, merci encore Ed)+argile rose

    -copper fire (TKB) +oxyde marron

    -terre noire des Indes+oxyde jaune+oxyde marron

    -pate laissée naturelle

     

    P1020711.jpg

     

    Parfums


    deux restes de mélanges d'He anti rides (3g en tout)

    African blue grass 8g

     

    3. Consoude fraiche (verts)

     

     400g huiles

    10% cacao

    25% coco

    7,5% palme

    10% karité

    10% beurre macadamia

    8% ricin

    29,5 olive


    crème fraiche dans les huiles

     

    P1020532.jpgLessive de soude à la consoude fraiche: les "points" de consoude disparaissent au final dans la pate…

     

    lessive de soude à 38°

    j'ai mixé 3 feuilles de consoude fraiches mises à sécher une nuit (merci mes deux cueilleuses pirates… ) avec de  la soude à 38°, j'ai filtré, pesé à nouveau pou reajuster la quantité de lessive de soude.

     

    HE  parfum


    2,8 menthe poivrée

    1,3 lavande diluée dans coco fract

    4,6 mélange relax Pranarom (lavande lavandin orange saro)

     

    P1020534.jpgL'assiette creuse aux 3 couleurs. Je les ai versées au centre dans la même succession de tons plusieurs fois d'affilée jusqu'à épuisement des pates.

     

    P1020708.jpgMélangé, le jaune néon reste évanescent.


    Couleurs


    3 récipients

    -1 jaune néon(TKB) + mica golden green de G Manske

    -1oxyde vert

    -pâte au naturel

     

     

     

     

     



    34 commentaires
  •  

     

    Possédant encore un soupçon de café civette, je récupère le marc chaque fois que mon amateur de café s'en prépare une tasse.

     


     

    J'ai cette fois tenté deux variations savonnesques autour du marc de café civette (un marc déjà utilisé) en corsant avec une infusion de café (avec du café civette fraichement moulu) pour le liquide de dissolution de la soude.

    Rien de révolutionnaire en soi… Il y a longtemps déjà, j'avais reçu de Catherine un excellent savon pour la cuisine au café, préparé avec une infusion de café. De mon côté, j'en ai réalisé un en l'associant avec de la caroube et du chocolat pour booster la couleur. C'est ici. Comme j'avais offert toute la série, je n'avais pas pu tester.

     

    Je viens raconter car le premier des deux essais n'a pas été accouché sans mal… dans la mesure où il a d'abord déphasé. Une première dans ma carrière de savonnière. Il était déjà coulé en moules et je désespérais en regardant ces malheureux au physique si ingrat. Ouf, l'opérationsauvetage a fonctionné. L'origine du déphasage? La coupable est peut être la teinture de ciste d'un degré alcoolique très élevé introduite à la trace… et la chaleur de bête qui régnait ce jour là sur Paris.

     

    P1020518.jpgUn petit rescapé à côté du marc

     

    Infusion pour la soude


    Marc de café civette+ feuilles séchées de ciste dans de l'eau déminéralisée. Pourquoi le ciste? Pour ses propriétés cicatrisantes puissantes. Commme j'ignore encore si la soude les préserve, j'ai donc décidé d'ajouter de la teinture de ciste.

     

    Parfum

     

    J'ai choisi deux huiles essentielles très corsées en eugénol antiseptique, avec des parfums familiers en cuisine. Il n'en n'est absolument rien resté, olfactivement parlant, -et donc probablement en termes d'efficacité thérapeutique… - après la catastrophe.

     

    Savon de cuisine café-ciste 1° série

     

    Eau pour la soude: décoction café civette + ciste dans eau déminéralisée

    140g d'infusion

    soude : surgraissage à 20

     

    400g d'huiles

    320 coco

    40 beurre de cacao

    40 arachide raffinée 

    vit E


    1 grosse cuillérée marc de café civette à la trace

    10g teinture de ciste à la trace

     

    HE:

    3,1g girofe

    3,4g cannelle

    dans 2,8g ricin

     

    P1020514.jpgGros plan sur l'un des petits rescapés. Le dessus n'étant pas très joli, j'ai inséré un grain de café pour lui sauver la mise

     

    Peu après l'ajout de la teinture, la pâte à savon a commencé à grumeler, mais pas de façon spectaculaire; j'ai touillé et décidé de verser en moules. Grosse erreur. De minute en minute, j'ai vu se développer un magma de moins en moins appétissant. J'ai d'abord pensé tout jeter, puis je me suis accordé une session de rattrapage. J'ai reversé la patmoche dans le saladier et j'ai touillé à la main comme une malade, en alternant spatule et cuillère magique… et ça a repris un aspect plus normal en épaississant pas mal; j'ai coulé et versé dans un moule de plexi en tassant le plus possible. Résultat:  l'odeur n'est pas terrible,  mais l'apparence est sauve… 

     

    Du coup, ne voulant pas rester sur ce demi-échec, j'ai utilisé le reste de mon infusion ciste-café mise en glaçons dans une deuxième série sans teinture.

     

     

    Savon de cuisine café-ciste 2

     

    100g infusion ciste-café

    soude pour surgraissage à 20


    241,2g coco

    30g karité du Bénin

    28,8g sésame bio (ce qui me restait dans la bouteille, d'où ce chiffre)

    vit E

     

    1 cuil à café marc de café civette  à la trace  

     

    6g HE de gingembre dans un soupçon d'huile de ricin 

     

    J'ai également fait le choix d'un parfum un peu culinaire qui s'associe bien, je trouve, à un savon pour la cuisine.

     

    P1020512.jpgPourquoi j'utilise si souvent ces moules dalhia? Parce que je n'ai jamais eu de cendre de soude avec eux et que le démoulage se fait très facilement. Il y a de très nombreuses qualités de silicone…

     

    Tout s'est très bien passé.


    Ces deux séries ont une jolie teinte café au lait due à l'association du ciste et du café dans l'infusion. Je pense réellement que le ciste peut teinter un savon. Cette fois ci,  j'ai utilisé une infusion de ciste moins corsée que dans la série précédente purement ciste.

     


    16 commentaires
  •   L'idée d'un savon au ciste me trottait depuis longtemps dans la tête.


     

    P1020132.jpgCistus creticus en fleurs à Fourni (juin 2013) sur le vieux chemin qui mène à l'église de la Panagia

     

    J'ai cherché le "total look" en déclinant le ciste en infusion, en teinture et en huile essentielle.Le savon conservera-t-il les propriétés incroyablement cicatrisantes de la plante?  Ce sera la surprise finale, pour le moment, il est en train de sécher.

     

    J'ai d'abord réalisé une infusion très concentrée de ciste. J'avoue, je n'ai pas utilisé celui que je ramasse patiemment à Fourni. Ce n'est pas la cueillette qui est longue mais l'épluchage des petits rameaux, à dépouiller de leur bois et des boutons floraux fanés. 

    Après de longues heures passées sur le net cette année -j'avais achevé ma provision 2012 et j'étais en manque- j'avais fini par trouver un site qui propose du ciste -cistus incanus bio- séché, moins résineux que le mien, mais néanmoins très correct. (Lien ici). J'ai fait mon infusion pour la soude avec ce  ciste bio.

     

    P1020495.jpgAprès ajout de la soude dans l'infusion de ciste: on dirait de la réglisse…


    La grande surprise, c'est que lors d'ajout de la soude dans l'infusion très refroidie, elle est devenue brun-sombre, de la couleur du labdanum (la résine extraite de cette variété de ciste). Couleur qui a tenu- en pâlissant quand même- puisque sans ajout de colorant, les savons sont d'un marron soutenu.

     

    Parfums

     

    -J'ai incorporé à la trace 1g ( soit un peu moins de 0,5%) de teinture de labdanum et 1% de teinture de ciste

     

    -J'ai également ajouté environ 1,5% d'HE de ciste (d'un flacon ayant dépassé sa date de péremption). 

    Je suis étonnée de la puissance du résultat olfactif : avec ces proportions modestes, un odeur forte flotte dans la chambre où sèchent les savons. Celle, puissante, de l'huile essentielle et non le parfum plus rond et surtout plus chaud de la plante séchée ou de sa teinture. 

     

     

    Les huiles


    Si les indications de poids paraissent très bizarres, c'est à cause de ma nouvelle balance. Récemment, après divers déboires, j'ai fini par en trouver une, correcte et  destinée au pesage de substances précieuses (plantes qui font rire mais aussi pierres précieuses). Il y a donc, entre autres, un calibrage en grains, unité de compte pour la joaillerie. C'est indiqué gr, pas très éloigné de g…  Sans lunettes, j'ai gaillardement tout pesé en gr. Mais j'ai tant l'habitude d'utiliser certaines quantités, que je ne comprenais pas pourquoi le volume ne me semblait pas tout à fait le même que d'habitude. J'ai alors réalisé mon erreur… avant l'ajout de soude, heureusement.

    J'ai fait des règles de trois et tout reconverti en grammes… d'où ces poids.


    huile de ricin 12,9

    Coco indienne 78,8

    Beurre de cacao 25,8

    huile de son de riz 51,7

    huile d'arachide raffinée 55,3

    beurre d'avocat bio 36,2


    Total 260,7 g

     

    Soude pour surgraissage à 8-9

    90g d'infusion de ciste dans eau déminéralisée


    A la trace

    4 g HE ciste (environ 1,5%)

    + 30gtes teinture labdanum (un peu moins de 0,5%)

    +1% teinture de ciste

     

    P1020510.jpgA retenir pour obtenir un beau marron chaud: l'infusion concentrée de ciste…

     

    J'ai coulé dans des petits moules en silicone et tamponné les papillons une quinzaine de jours plus tard avant de les colorer à l'aide d'un pinceau imprégné de mica copper fire (TKB).

     



    36 commentaires
  • Dès mon retour de vacances,  j'ai voulu retrouver des parfums grecs dans un savon.

     

    J'ai donc misé sur la sauge (en infusion) et sur le mastic, résine produite uniquement sur l'île de Chio.

     

    Sauge

     


     

    P1020486.jpgSauge grecque séchée en petit fagot et sa poudre de feuilles, toute duvetée

     

    Quand on la mixe, elle devient fine comme un duvet d'oiseau. J'ai d'abord réalisé une infusion très corsée de sauge dans de l'eau déminéralisée que j'ai mise au froid (pour moitié en glaçons) et juste après avoir effectué le mélange, j'ai ajouté un peu de sauge en poudre, puis j'ai filtré le liquide au-dessus des huiles.

     

    Mastic

     

    Il s'agit de la résine du lentisque pistachier, utilisée depuis l'Antiquité en médecine, en cosmétique, etc. J'en ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog car je raffole de son parfum. (Ici par exemple ou ici dans les desserts grecs)

    Comme beaucoup de résines, celle de mastic a des propriétés anti-inflammatoires, en huile essentielle elle est aussi très cicatrisante (et très bonne pour l'hygiène buccale).

     

    P1020483.jpgRésine de mastic (entière en grains puis pilée dans un mortier en acier et tamisée) et un -délicieux… - bonbon au mastic

     

     

    J'avais acheté l'an dernier (à prix d'or) à Athènes  une HE de mastic que je n'avais pas pu sentir… sinon je ne l'aurais pas achetée… car en réalité, elle ne sentait pas le mastic mais la plante (comme les HE corses de lentisque). Déçue, j'avais donc rajouté dans le flacon des graines de résine de mastic selon la technique géniale de Kayacaramel( voir ici), ce qui a amendé son parfum.

    Pour une excellente huile essentielle de mastic, je ne connais que celle de la coopérative des producteurs de Chio (leur site en Français ici) proposée par Mastiha shop, que l'on trouve à Athènes (mais plus, hélàs à l'aéroport, ou en France). J'indique le lien vers le site anglais qui propose de nombreuses idées de recettes culinaires ou cosméto à télécharger (voir ici).

     

    j'ai donc vidé ce flacon d'HE, j'ai pesé le liquide pour calculer et faire un savon qui en contiendrait au moins 2%.  

    j'ai aussi patiemment pilé puis tamisé un peu de résine de mastic que j'ai ajoutée à la trace.

     

    Mastic-sauge

    j'ai associé cette He de mastic avec de l'HE de sauge sclarée réputée  agir comme fixatif de parfum.

     

    j'ai tenté d'ajouter un demi-bonbon au mastic dans les huiles, mais il a peu fondu…

     


     

    Savon mastic-sauge

     

    Sauge en poudre dans le liquide de soude+ infusion sauge dans eau déminéralisée 100g

    soude pour un surgraissage à 8


     

    Huile coco 90

    Olive 150

    Pistache 12,3

    Karité 17,7

    Cacao 30


    Un demi bonbon au mastic (mais fond mal)

    Résine de mastic pilé ajoutée à  la trace

     

    HE

    0,9 sauge sclarée

    6,5 HE de mastic macérée au mastic.

    J'ai rincé chaque fond de bouteille (sauge et mastic)  avec un peu de ricin que j'ai ajouté au reste.

     

     

    oxyde vert dilué dans eau déminéralisée puis avec huiles

     

    P1020489.jpggamme de verts

     

    je suis contente: les savons sont vraiment parfumés au mastic…

     

     


    25 commentaires
  •  

     J'aime beaucoup les roses aux tons panachés. En m'inspirant de leurs couleurs, j'avais déjà réalisé une série de savons  ici.

    Nouvel essai en utilisant beaucoup de camomille matricaire pour la douceur et les nuances de jaune qu'elle apporte. Pour booster ce ton, j'ai ajouté un peu d'huile de palme rouge.

     

    Camomille matricaire

     

    Elle fait partie de mes plantes fétiches pour ses propriétés apaisantes et anti-inflammatoires cutanées. J'en ai souvent parlé sur ce blog, ici par exemple ou ici. Et ici pour son utilisation dans un savon pour bébé.

    J'en rapporte de Grèce quand je passe par Athènes, où je l'achète chez Elixir (41 rue Evripidou, près du marché cental). C'est une camomille matricaire qui vient d'Egypte, et dont le parfum est très puissant. On en trouve facilement car les Grecs en boivent- en infusion bien concentrée-  comme tisane digestive, ce qui est très courant dans les pays latins. 

    Pour ce savon, j'ai préparé à la fois un macérat huileux sur olive et une infusion très corsée, mise ensuite au froid (dont les 2/3 en glaçons) comme liquide de dissolution de la soude.

     

    Parfum


    Ayant recensé mes fonds de tiroir, j'ai essayé d'en tirer parti. il y a donc:


    -un reste de CO2 de matricaire (Aromantic) à la date de péremption un peu dépassée. Je le commande en flacon de 30ml tant j'en utilise.


    -un parfum naturel à la rose (Aromantic) qui n'a pas tenu me semble-t-il dans le mélange. Il est prévu pour la cosméto, mais comme il était indiqué à diluer dans l'huile, j'ai tenté le coup. En vain, hélàs.


    -de l'HE de girofle pour fixer


    -de l'HE de nérolina (Luminescents), j'ai vidé le reste du flacon, car j'ai très peu utilisé cette HE dont le parfum n'a rien à voir avec le néroli, comme on aurait plus le supposer. Il se rapproche plutôt du palmarosa. (Luminescents évoque la lavande, je ne trouve pas)

    Le nérolina (melaleuca quinquenervia à nérolidol) est un niaouli australien sans cinéole, et utilisé pour ses propriétés anti-infectieuses. On trouve des informations à son sujet surtout sur des sites anglo-saxons.

     

    Savon camomille-nérolina


    Huiles sur 700g

    130g macérat huileux d'olive à la matricaire

    210g coco

    35g  karité du Bénin

    70g sésame bio

    35g palme rouge

    129g arachide raffinée

    56g beurre de cacao

    35g huile de ricin

    vit E (4)

    4gtes elixir calling all angels


    260g infusion corsée de matricaire pour la soude, avec un surgraissage à 8-9

     

    Couleur pour les marbrures


    Mica rubis +poudre de rhubarbe dilués dans un peu d’eau déminéralisée


      Parfum


    0,9g CO2 camomille matricaire

    4g rose natural perfume concentrate (Aromantic)

    5,2g nérolina (Luminescents)

    4g He de girofle

    dilués 4g de ricin

     

    P1020097.jpgLes roses sont plus ou moins panachées…

     

    J'ai préparé un one pot en diluant les pigments rouges dans un tiers de la pate avant de le  reverser dans les 2/3 de  jaune.

     


     

    P1020098.jpgPourtant bien diluée, la poudre de rhubarbe fait des petits points. C'est le milky way le plus présentable…


    Je n'ai pas assez patienté (48h, c'était trop court… ) pour démouler -plutôt extraire… - ce qui avait été préparé dans des moules milky way qui ont été particulièrement récalcitrants!

     


     

    Pour le parfum, c'est le nérolina qui domine…


    12 commentaires
  •  

    Une fleur muette est une fleur odorante dont on ne peut pourtant pas capturer le parfum…

     

    C'est le cas du lilas, du chêvrefeuille, de la violette (même s'il existe de l'absolue extraite des feuilles, avec notes boisées), de l'œillet (l'absolue d'œillet ne restitue pas la délicieuse note poivrée de la fleur) et quelques autres récalcitrantes, telles la jacinthe, le muguet ou le gardénia. 

     

    Lire ici sur le blog Esprit de parfum un article aussi instructif que précieux dédié au sujet. 

     

    Ces insaisissables sont autant de défis olfactifs lancés aux parfumeurs. Ils tentent de recréer leurs parfums, d'en restituer la complexité ou de les réinventer dans une virtuosité d'assemblages moléculaires.

     

    C'est ce qui m'a poussée à commander deux fragrances de fleurs muettes chez Aromat'easy: l'œillet des poètes et la violette (les deux de qualité cosmétique et naturelle) pour les tester dans un savon et essayer de jouer avec. J'ai ajouté par curiosité une troisième senteur: le labdanum dont j'explore depuis pas mal de temps les nuances olfactives. Pour voir ce qu'il rendait dans un savon, mais aussi pour l'employer comme fixatif avec les deux autres fragrances.

     

    J'ai vraiment voulu tester ces notes;  j'ai donc joué la simplicité pour le savon.

     

    J'ai préparé un savon à 80% de coco, surgraissé à 20%, complété avec deux huiles fluides: son de riz et ricin.J'ai utilisé de la lessive de soude sans autre ajout, et, après une trace vite venue, j'ai partagé la pate en six  en la versant dans des gobelets à café en papier.

     

    Savons des fleurs muettes

     

    240 huile de coco indienne

    40g huile de son de riz

    20g huile de ricin

    2gélules vit E (toco 500)

     

    Lessive de soude à 30% avec surgraissage à 20.

     

    Et, selon les savons: micas, poudre de "vermillon d'Espagne" (en fait de la poudre de graines de carthame qui a donné un jaune assez lumineux), poudre de rhubarbe (qui donne un beige moucheté alors que j'en avais eu une -cadeau de Moune si ma mémoire est bonne-  qui donnait du rouge… ) fragrances, HE girofle.

     

    Dans chaque gobelet, un peu de colorant: poudre ou mica (Emadra a eu la gentillesse de m'en offrir un bel échantillon).
    Puis j'ai compté 1% de fragrance (en m'aidant du calculateur de Soap Calc pour les proportions) soit une quinzaine de gouttes environ par récipient. (j'avais 300g d'huiles). 

     

    P1020090Au fond à droite, labdanum+ vermillon d'Espagne. Au milieu à gauche, œillet des poètes+ girofle + poudre de rhubarbe. Les autres couleurs sont des micas.

     

    A chaque fois, j'ai touillé vivement avant de verser en moule pour bien mélanger fragrance et mica à la pate, tout en allant assez vite car les fragrances accélèrent la prise; j'ai donc parfumé puis coulé les savons sagement l'un après l'autre. Le labdanum teinte un peu la pate en la jaunissant ou au moins en la fonçant.

     

    Les six variantes


    15 gtes de chaque:


    - œillet des poètes

    -violette

    -labdanum


    et, à raison de  7 gtes de chaque :


    -œillet des poètes + labdanum

    -violette+labdanum

    -œillet des poètes + He de girofle (L'œillet a des notes d'eugénol que j'ai voulu renforcer).

     

     

    P1020091.jpg

     

    Mes observations

     

     

    *Pour le parfum, le gagnant est, sans effort: œillet des poètes + girofle qui domine, tout en éveillant un peu l'œillet.

     

    *Les deux autres mélanges sont aussi plus intéressants que les notes seules, la violette résiste mieux que l'œillet


    *L'œillet des poètes seul reste d'une timidité maladive, on peut doubler la dose sans souci. La violette fait simplette; elle disparait un peu sous le labdanum en association.

     

    *La fragrance de labdanum seule est bien identifiable à la dose de 1% (et même de 0,5% en mélange) mais s'avère un peu plus animale, moins vanillée et moins nette que l'absolue ou la teinture.

     



     


     



    20 commentaires
  • … d'abord pour le plaisir d'utiliser des plantes fraiches, car j'ai eu la chance d'en ramasser récemment en compagnie de cueilleuses aussi adorables que bavardes…


     

    Il y a une étrange aura autour de la consoude, plante très présente dans la culture populaire et de façon plus distanciée dans les livres de phyto, pour ses propriétés cicatrisantes et réparatrices sur les plaies, les hématomes, les foulures, voire les fractures. 

     

    On sait aujourd'hui que ses racines et dans une moindre mesure ses feuilles renferment des alcaloides pyrrolizidiniques,vraiment toxiques pour le foie. Leur utilisation est donc déconseillée, surtout en interne. On trouve des recettes de jeunes feuilles en beignets, je suppose qu'une seule fricassée gourmande dans l'année devrait être tolérable, si on est en bonne santé. En externe, la commission E (autorité allemande de contrôle de phytomédecine) conseille de n'utiliser la consoude que sur une durée de six semaines maximum dans une année. 

     

    Que dit-on exactement de cette plante de la même famille botanique que la bourrache? Voici deux excellentes pistes de recherche:


    * Pour consulter en accès libre des textes médicaux anciens (on entre un mot clef, et la liste des ouvrages où il apparait s'affiche, il suffit de s'y rendre ensuite)  : ici

     

    * Autre merveilleuse source d'informations: Le dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France de Paul-Victor Fournier, publié en 1947 et très bien réédité chez Omnibus en 2010, avec, notamment, une préface de Clotilde Boisvert (créatrice de l'Ecole des plantes) racontant la vie de Fournier, qui fut chanoine et passionné de plantes et de botanique. Ce livre est un vrai bijou de précision et d'érudition.


    L'article consacré à la consoude en est un excellent exemple. Ainsi, Fournier retrace l'évolution des vertus attribuées à la consoude. D'astringente, elle devint émolliente… Il note aussi la divergence entre la médecine officielle qui abandonna peu à peu son usage et la culture populaire qui lui restait fidèle. Des médecins anglais ont découvert au début du XX° siècle que la plante renfermait de l'allantoïne, actif très réparateur, ce qui l'a faite ressortir de son purgatoire. Comme Michèle le note dans son commentaire à mon article précédent, voir ici, l'allantoïne étant hydrosoluble, on a des chances de l'extraire via des teintures ou des infusions, et non dans des macérations huileuses (pourtant toujours pratiquées).

     

    Pour Fournier, c'est surtout la racine qui s'avère intéressante -elle renferme plus d'allantoine que les feuilles- , même si les feuilles sont  émollientes (= adoucissantes).

    Dans les recettes recensées, il cite le cataplasme de racines fraiches écrasées à poser sur les plaies, ulcères, piqures d'insectes, articulations goutteuses, et même fractures.

    Outre l'allantoïne, la plante renferme des tanins, des mucilages, des minéraux, de la vitamine B12, de l'acide rosmarinique. Il y a des recettes avec de la poudre de racines séchées mais la plupart du temps, c'est la plante fraiche qui est recommandée.

     

    A propos de l'emploi des feuilles


    James E. Duke, grand herboriste américain, recommande leur utilisation, fraiches, en friction sur des plaies par exemple. "Elle reste mon premier recours en cas de plaie lente à cicatriser", écrit-il dans Le pouvoir des plantes (Marabout). Il suggère la teinture (de feuilles) à raison de quelques gouttes dans un shampoing contre les pellicules ou dans des préparations pour apaiser le syndrome du canal carpien. 

     

    Le site canadien Passeport santé fait état d'études sur les propriétés cicatrisantes des feuilles. Voir ici

     

    Si Maria Treben l'herboriste autrichienne auteur best seller de La santé à la pharmacie du Bon Dieu a des mots lyriques pour décrire l'efficacité de la racine, exemples frôlant le miracle à l'appui, elle parle aussi de celle des feuilles.

     

    N'ayant ramassé que les feuilles (avec quelques fleurs blanches en prime), j'ai décidé de jouer avec pour les savons, sans me faire d'illusions sur leurs éventuelles propriétés thérapeutiques néanmoins… 


     

    P1020082.jpgConsoude en fleurs au premier plan, feuille de basilic thai à droite, tronçons de feuilles rigides de pandanus en arrière plan

     

    *J'ai d'une part préparé pour dissoudre la soude une infusion corsée de consoude en y ajoutant des feuilles fraiches de pandanus et de basilic thai pour leur parfum.


    *J'ai par ailleurs fabriqué une macération de feuilles dans de l'huile d'olive bio, complétée avec un reste de macérat huileux de consoude-thé vert dans du sésame.

     

    infusion et macérat étaient d'un beau vert.

     


     

    Savons verts à la consoude


     800g d'huiles


    48 ricin

    64 beurre de cacao

    240 coco indienne odorante

    240 olive dont 140 macérée à la consoude

     100 arachide raffinée

    48 karité du Bénin de Michèle

    60 sésame bio (dont 32 macérés à la consoude avec du thé  vert)

     

    1 cuillérée à  café de crème fraiche dans les huiles


    280g d'infusion aqueuse concentrée de feuilles de basilic thai, de pandanus, de feuilles et fleurs de consoude dans de l'eau déminéralisée, (moitié en glaçons, moitié gardée au froid)

    Soude  pour un surgraissage à 8 environ

     

    Un peu de mica bleu… pour soutenir le vert


    Parfum


    Je n'ai pas parfumé toute la pate pour tester le parfum des herbes seules après saponification.


    Dans la moitié des huiles:

    Il me restait des fonds très résineux et très odorants (mais que je n'ai pu peser) d'He de vétiver et de patchouli, je les ai dilués.

    6g de coco fractionnée avec du vétiver

    5g  de coco fractionnée avec du patchouli

     

     

    P1020085.jpgAu fond, j'ai démoulé un peu trop tôt le savon, d'où l'aspect un peu grumeleux en surface. Le savon le plus foncé est celui du milieu, coulé dans un  moule milky-way. Le cube au premier plan, le plus clair, est sans HE.

     

    J'ai coulé dans trois moules différents… et obtenu trois nuances de vert.


    Les savons sans HE sont restés plus pâles et sentent légèrement le pandanus. Dans les autres, le parfum du vétiver vient en premier, puis arrive le pandanus. J'attends le patchouli…

     


     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique