•  


    A mon retour d'Inde,  j'avais préparé un savon dont j'ai beaucoup apprécié la mousse abondante et le parfum quand je l'ai utilisé.


    Savon au vétiver. La photo est des plus plates

    Savon au vétiver indien

    360g beurre de karité brut de Côte d'ivoire
    240g huile d'olive bio
    240g huile de coco indienne
    100g huile de macadamia bio
    60g huile de ricin bio
    3 capsules de vitamine E

    Soude pour un surgraissage à 6-7

    Liquide pour la soude

    350g  dont 255g d'infusion concentrée de camomille matricaire bio mise en glaçons, le reste en eau déminéralisée

    Couleur

     20g d'eau déminéralisée dans laquelle j'ai dilué une pointe de couteau d'argile rouge, absolument inutile puisque ces savons sont d'un beige pâle sans histoire! J'ai eu la main bien trop légère.

    Parfum

    Le four qui chauffait  l'alambic de vetyver à Kannauj était alimenté de l'exttérieur

    -5g d'He de vetiver brut. C'est peu pour la quantité totales d'huiles( 1kg), mais il est si puissant que l'odeur est présente. C'est un fond d'huile essentielle qui m'avait été offert par les distillateurs de Kannauj en même temps que l'hydrolat, les deux puisés à même la cuve.
    -6g d'HE de mandarine distillée (Florame)
    dilués dans 10g d'huile d'amandons de pruneaux. L'association agrumes-vetiver fonctionne toujours bien.

    Je les ai coulés dans les moules oblongs, qui ont juste un défaut, leur silicone est très souple; si la trace est  fine et la pâte très liquide, elle déborde toujours un peu avec la déformation du moule…

    Ses caractéristiques, que je trouve équilibrées, selon le site Soap calc:


    dureté: 40
    29 à  54 (recommandé)
    pouvoir détergent 16
    12 à 22
    Hydratation  54
    44 à 69
    pouvoir moussant 21
    14à 46
    onctuosité de la mousse  29
    16 à 48


    INS  147
    136 à  170 




    J'ai donc repris cette composition en huiles pour mon premier savon retour de Grèce.




    Retour de Grèce(1): sud insulaire

    Je lui ai donné ce nom car le parfum n'est pas exactement celui des îles grecques, balsamique (j'ai fait un deuxième savon pour ça) mais plutôt celui d'un sud de fantaisie sur trois notes : lavande-thym-pistache.


    Le mélange huile de pistache et HE

    Parfum

    16g He thym citron (note douce et légère)
    2g HE lavandin super
    2g HE lavande aspic (je termine dans les savons les He que j'emporte en vacances quand je vais au soleil et qui ont pu s'oxyder)
    dilués dans 20g huile de pistache (au nez un peu grillé)

    Pourquoi la pistache? Outre son parfum, elle donne beaucoup de crémeux à la mousse, comme je l'ai découvert en testant un savon cassate d'Egine, que j'ai retrouvé. Je dilue toujours au préalable les HE dans un support huileux, je trouve qu'elles s'incorporent mieux à la pâte à savon.

    Au nez, le savon est très peu odorant. Mais je l'ai testé pour me laver les mains, et là, surprise, la note thym citron est bien présente.

     
    Mica et glycérine

    Couleur

    2g de mica blue coral reef (TKB trading)
    Dilués dans 5g de gycérine (pour une touche supplémentaire de douceur) et 11g d’eau déminéralisée. Je souhaitais du turquoise-mer du Sud, mais avec les jaunes de certains ingrédients (infusion de matricaire, huiles d'olive et de macadamia) et le vert jaune de l'huile de pistache, les savons sont d'un beau vert avec une pointe bleutée.

    Pour la photo, j'ai mouillé puis laissé sécher le savon, les points mouchetés sont donnés par la poudre de lsauge

    360g beurre de karité brut
    240g huile d'olive bio
    240g huile de coco indienne
    100g huile de macadamia bio
    60g huile de ricin bio
    4 gelules de  vit E

    (La provenance des huiles est la même que celles du savon au vetiver indien)
     
    Soude pour un surgraissage à 6-7

    Liquide pour la soude

    A peine ajoutée à la lessive de soude, la sauge colore le liquide. Photo prise … au dessus de l'évier, d'où la bonde, à droite

    350g d'eau déminéralisée
    1 cuil à café de sauge grecque mise en poudre au mixer et ajoutée dans le mélange eau+soude dilué. L'eau se teinte vite en jaune pâle.

    J'ai voulu tester  pour la sauge cette technique découverte dans Soapmaking, a magickal guide d'Alicia Grosso (New page books), un petit livre qui donne des recettes simples (tous les savons sont sur la même base:coco-olive-ricin) mais avec des tours de main que je ne connaissais pas, dont celle d'incorporer des plantes en poudre à la lessive de soude. Peut être limite-t'elle l'oxydation.

    En séchant, les feuilles de sauge grecque s'argentent et se veloutent

    J'ai choisi la sauge (grecque, bien sûr) qui mouchète légèrement le savon, pour deux raisons:

    *La sauge est un fixatif de parfums

    *Séchées, ses feuilles sont aussi veloutées que des oreilles de lapin (ça m'y fait toujours penser), ce qui évite la sensation de rugosité que pourraient donner d'autres herbes plus dures. Alicia Grosso utilise entre autres, réduites en poudre, des feuilles d'achillée, de sauge, de patchouli, de menthe poivrée, des fleurs de camomille, etc… dans la lessive de soude mais aussi à la trace.  







    24 commentaires

  • Mon obsession actuelle: réussir à bien parfumer les savons (sans fragrances ) …
    J'ai commencé à mener l'enquète auprès des importateurs de savons d'Alep. Pour ce que j'ai appris, les versions parfumées sont de la refonte effectuée à partir de paillettes de savon.


    Curcuma-vanille

    Comme j'avais amassé un petit stock de bouts de savon (200g environ), j'ai décidé de commencer mes essais. Tout en suivant la recette proposée par Michèle, grande prétresse savonnière (indiquée sur le blog potions et Chaudron ici ), j'ai ajouté de la vanille en extrait très concentré (Héliotropia) et assaisonné de poudre de curcuma bio (Masalchi) pour la couleur et l'odeur. Dans la formule, j'ai remplacé le lait en poudre par du lait de coco, également en poudre. J'ai obtenu une assez jolie teinte paille. Le parfum très doux est en train de se faire, même si la note vanillée reste discrète.
    Dans le lot des recyclés, il y avait des petits bouts de Médimix (marque indienne ayurvedique très grand public, mais agréable), qui ont obstinément refusé de fondre,  il y a donc un -très discret- patchwork de matières.



    200g de chutes et de morceaux de savon coupés en grosses lanières
    60g d’eau déminéralisée dans laquelle j'ai dilué
     6g poudre lait de coco
    1 cuil à café de miel,
    15 g d'eau déminéralisée
    1 cuil à café de poudre de curcuma
    2 traits d’extrait alcoolisé de vanille

    Comme je n'ai pas de micro onde, j'a commencé par faire fondre au bain marie en touillant avec mon arme favorité: la baguette de procelaine. Q
    uand le mélange s'est assoupli, j'ai utilisé le mixer plongeant. Puis j'ai alterné baguette et mixer tout en laissant le saladier au bain marie éteint -pendant les ajouts d'ingrédients en respectant l'ordre donné dans la recette -  jusqu'au moment de verser dans les moules. J'ai fait prendre au congélo, avant de  démouler sans souci. J'ai pu utiliser les savons dès le lendemain. Ils sont d'une douceur exquise et moussent très bien. Ça donnerait presque envie de ne faire que de la refonte…Cette première série a néanmoins une pate avec quelques petits trous: il faut vaiment essayer d'ôter toutes les bulles en tournant lentement mais avec assiduité avec une spatule avant de couler en moules.

    Patchouli-angélique-lavande

    Plus de savons à recycler…  Je rongeais mon frein pour d'autres essais… Je me suis alors souvenue de la fournée de savons lavande-karité. Elle a produit quelques exemplaires de réforme, très poudrés de cendre. Ils étaient au coin, punis dans un pochon en kraft. Je suis allée les rechercher dans leur purgatoire de papier. Je les ai  "pelés", et hop, ils ont fini au bain marie. Pour ma deuxième tentative, j'ai utilisé un peu d'hydrolat (celui d'angélique est particulièrement parfumé), dans lequel j'ai dilué de l'argile rouge pour la couleur. J'ai incorporé de la teinture de benjoin en guise de fixatif et de l'huile essentielle de patchouli, au puissant parfum. Ils sont encore tout frais, je surveille de près leur évolution olfactive.



    267g savon lavande karité coupé en grosses lanières
    80g eau distillée
    8g poudre de coco diluée dans l'eau
    +1 cuil à café miel
    20g hydrolat d’angélique
    dans lesquel j’ai dilué une cuil à café argile rouge.
    1 cuil à café teinture de benjoin
    4ml env. HE patchouli

                                                   La famille refonte, séchant sur du papier sulfurisé

    J'ai enfin réussi à trouver dans Paris des moules champètres. La période de Noël avait vidé les boutiques de leurs accessoires (culinaires) en silicone…




      

    28 commentaires

  • Lors d'un passage à Paris, Bluetansy m'avait offert un très joli savon au karité, complètement immaculé, sans huiles essentielles, très doux à l'usage. Je voulais faire des savons à l'intention d'une copine qui venait d'accoucher, j'ai pensé à cette recette. Pour la suivre, j'ai donc, pour une fois, utilisé de l'huile de palme.

    Comme le démon de la curiosité reste mon meilleur ami, j'ai décidé de faire quand même des menues variations.J'ai remplacé l'eau de dissolution de la soude par des hydrolats très parfumés et doux (mais à la date limite d'utilisation) pour observer si leur parfum tiendrait à la saponification. Je réponds tout de suite: non, ça ne tient pas spécialement. Autre expérience, -là encore un test odorant-: j'ai introduit du santal dans une partie de la pâte. 


    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini56.gif Les savons de Noël  (parce que j'ai savonné un 25 décembre)

    240g coco indienne
    480g olive
    120g palme
    360g karité
    4 gélules de vit E

    Liquide de dissolution

    200g d'eau de fleurs d’oranger
    175g d'hydrolat de carotte  

    Soude pour un surgraissage à 7-8

    A la trace
     
    60g poudre de coco incorporée, puis mixée.

    Dans un quart environ de la pâte:


    5 comprimés de santal dilués dans un peu d'hydrolat de carotte. On obtient un liquide grumeleux que j'ai incorporé à la pâte. J'ai redonné un petit coup de mixer avant de verser dans des moules.


    Lors de cette séance savonnière, j'ai fait une découverte qui a failli -relativement- mal tourner et surtout qui a totalement modifié le résultat final.

    En général, quand j'utilise autre chose que de l'eau déminéralisée pour diluer la soude, je fais prendre en glaçons pour limiter le risque de chauffe. Pour les hydrolats, j'ai mis l'un des flacons au congélateur, l'autre simplement au froid. Le liquide était donc très froid mais pas pris en glace si je puis dire. Au moment où je versais, presque en sifflotant, la soude sur mes hydrolats… abracadabra, la température a flambé, et le liquide s'est méchamment assombri. il a même fallu que je m'éloigne, car le becher fumait…




    Résultat, … mes savons ont une vraie teinte caramel. La couleur s'est un peu s'éclaircie au séchage. Quand je les avais démoulés, ils étaient presque chocolat au lait…


     Après réflexion, j'ai vérifié le Ph moyen des hydrolats employés: ils sont parmi les plus acides (3,8-4,5 pour le néroli , 3,8-4  pour la carotte). C'est très probablement ce qui a accéléré la réaction. Je le saurai pour une prochaine fois, surtout si je cherche la blancheur… ou je mettrai vraiment en glaçons.

    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini56.gif Tout n'affiche pas une teinte caramel. Ma deuxième expérience visait à profiter d'une base "neutre", sans ajouts odorants, pour tester la pâte de santal en parfum … et là, bingo, ça marche , - même si le parfum s'évanouit un peu après séchage- on obtient une note proche des savons au santal chinois (pour celles qui connaissent, les "bee and flower" soaps, qu'on trouve un peu partout  en Asie)- et la pâte se teinte d'une nuance jaune-vert..

                                                     Je suis une abonnée aux savons mouchetés…
     

    38 commentaires

  • En décembre,  j'ai reçu un message via un forum: "nous  aimerions apprendre à faire des savons; nous serions sept…"
    De fil en aiguille, ou plutôt d'un message à l'autre, l'affaire s'est peaufinée… finalement, elles sont deux à être venues, tout sourire, la brune et la blonde…  (avec un délicieux plat de pommes au four à déguster sous le bras). Ça tombait bien, coïncidence: j'avais imaginé un savon blond et brun, avec une infusion de camomille matricaire pour diluer la soude et des variations autour du chocolat pour le reste.


    J'ai tout préparé avant leur arrivée… mais la séance a failli capoter avant même qu'elles ne sonnent à la porte car le bouchon de sécurité du bidon de soude s'est faussé. Il m'a fallu une demi-heure pour en venir à bout, une minute avant l'heure fixée pour le rendez vous. J'ai dû sortir le couteau à huitres pour réussir à faire sauter le bouchon de sécurité (celui qui double le bouchon qui se visse… ). J'ai beaucoup insulté les cieux…

    Je voulais montrer les différentes possibilités pour intégrer des ingrédients à la trace. J'ai choisi trois ajouts:

     
    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini02.gif Des huiles essentielles
    Deux jours avant la séance, j'ai dilué dans 10g huile d’amandons de pruneaux
    3g d'huile essentielle d' élemi (une résine, théoriquement fixative)
    9g d'huile essentielle d'orange sanguine  (pour finir un flacon)
    1g d'huile essentielle de poivre noir (pour tonifier la chaleur du mélange; j'aurais peut être dû en mettre d'avantage).

    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini02.gif Du beurre de cacao, tenu au bain marie
    Commandé sous l'étiquette (vierge/creme)  chez  Fresholi, il embaume mon tiroir aux ingrédients… et dégage un merveilleux parfum  … qui, après saponification, tient très discrètement néanmoins.

    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini02.gif Un mélange de poudres (cacao bio et argile rouge)
    Je les ai diluées dans de l'eau, puis dans un peu de pâte à savon à la trace fine. Si les savons ont une belle couleur café, on voit néanmoins un mouchetage chocolat. Si on veut une teinte absolument unie, ce n'est donc pas la meilleure manière.


    Le matin de la fameuse séance, j'ai préparé une infusion très concentrée de camomille matricaire crétoise dans de l'eau déminéralisée et je l'ai transformée en glaçons. De gros glaçons en forme de cœur, si dodus qu'ils ont mis un temps fou à fondre dans la soude! Je ne regrette pas néanmoins, car c'est un excellent pense-bête pour se souvenir des bons gestes. En effet, la première fois que j'ai assisté à une séance savons, c'était chez Michèle qu avait mis son liquide de dissolution de la soude en glaçons. Et ça m'est vraiment resté en mémoire: je la revois, très chic,  touillant  avec délicatesse et efficacité  la soude… après l'avoir versée sur  des (petits) glaçons.


    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini02.gif Le choix des huiles

    36% karité
    24% olive
    24% huile de coco indienne
    10% macadamia
    6% ricin

     Ce qui m'avait été demandé: pas de palme, pour des raisons ethiques (j'ai expliqué qu'il y avait de l'huile de palme éthique, mais j'ai  respecté ce souhait; de toute façons, je fais peu de savons avec de la palme) 
    J'ai déjà  utilisé l'huile de macadamia que je trouve très agréable dans les savons vizir des pois
    j'ai tout fait fondre le matin lentement au bain marie  et tenu au chaud.


    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini02.gif Le savon du 24 camomille-cacao pour la blonde et la brune

    karité 360g
    olive 240g
    coco 240g
    macadamia 100
    ricin 60
    3 vit E

    350g de liquide de dissolution, dont 236g d'infusion concentrée de matricaire, le reste en eau déminéralisée.
    Soude pour un surgraissage à 6-7

    A la trace

    -30 g beurre de cacao
    -5g poudre cacao+5g argile rouge diluées dans 20g eau déminéralisée, puis dilués dans de la pâte à savon prélevée à la trace légère
    - 13g d'huiles essentielles diluées dans 10g huile d'amandons


    Aujourd'hui, les savons ont l'exacte couleur des parfaits au café, avec un mouchetage chocolaté.
    La prochaine fois, j'essaie de diluer les poudres directement dans de l'huile, comme certaines le font.

    Ce sont les savons les plus doux que j'ai jamais faits… Leur mousse est très fine mais un peu (trop?)  discrète… tout comme le parfum. 



    22 commentaires
  • Ça a été le troisième et dernier round de ce week end savonnier.
    Mon défi: les argiles dans un savon.

    Je voulais poursuivre l'option pastel de cette série et obtenir du rose. Comme je n'ai pas d'argile de cette couleur, j'ai tout simplement mélangé de la rouge et de la blanche (c'est d'ailleurs de cette manière qu'on obtient la rose… ). J'ai mélé le tout à du lait de coco en poudre. La prochaine fois, j'essaierai de tamiser pour avoir au final une poudre plus fine. J'ai aussi intégré de l'aloe pour la douceur.


                                             Les ajouts à la trace, regroupés dans trois coupelles: les huiles, le gel, les poudres.

    Les huiles


    Je suis partie de mon mélange favori: majorité de karité, olive et coco. J'ai incorporé un peu de sésame (dont j'ai apprécié la douceur dans le biwil), du beurre de cacao (indice de saponification: 157) 
    à hauteur de 2%  pour faire contrepoint au sésame (indice de saponification: 81 seulement). Dans les placards, plus d'huile de ricin pour durcir- (j'en ai retrouvé depuis)-, mais j'avais encore un peu d'eau de mer disponible.

    Le parfum

    Choix tropical:
    encore du cananga macrophylla avec un soupçon de poivre noir pour le secouer un peu, le tout dilué dans de l'huile d'amandons de pruneaux en vue d'un cocktail vigoureux.

    Le liquide de dissolution

    De l'eau de mer bretonne donc (filtrée et refiltrée). J'ai fait macérer dedans des mini boules de thé vert au jasmin, mais à froid, ça n'a pas donné grand chose. Avec la soude, l'eau de mer a bien chauffé.

      
    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/mouche.gifLe moucheté au  cananga

    beurre de cacao 20g
    huile de coco 240g
    huile de sésame 140g
    beurre de karité 360g
    huile d'olive 240g
    4 gelules vit E

    350g eau de mer (avec boules de thé au jasmin macérées à froid).
     soude pour un surgraissage à 5-6

    A la trace

    -20g de gel d'aloe à boire

    -20g huile amandons avec:
    12g HE cananga
    3g HE poivre noir

    -argile rose: 2cuil à café,
    argile blanche 1cuil à café
    25g lait de coco en poudre
    Les 3 poudres mélangées et touillées ensemble avec un peu de pâte à savon ont donné une texture légèrement grumeleuse.




    Résultat: malgré un brassage soutenu à la spatule, la pâte est restée mouchetée, d'où le petit nom de cette série. Ce n'est pas le rose pâle uni que j'attendais, mais honnêtement, je ne peux pas dire que c'est vilain. C'est moucheté rose,
    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/mouche.gifavec un toucher velouté mat…

    L'odeur reste vraiment dans la mouvance ylang, l'amandon pour l'instant jouant aux abonnés absents.

    Voilà, je suis à la tête de trois kilos de savons qui sèchent alignés en rangs dans mon bureau, avant d'être dispatchés pour Noël. Resisterais-je à faire encore une ou deux petites séries plus expérimentales? Je ne sais pas…

     


    27 commentaires

  • Deuxième fournée du week end… je voulais un savon aussi doux qu'œcuménique, et dans des tons pastels.
    Comment nait une idée savonnesque? De l'imagination qui s'accroche à un détail…




     En arpentant l'épicerie du Bon Marché à Paris, source d'inspiration inépuisable (je modère mes élans pour les achats néanmoins…), j'ai découvert du jus de coco bio vendu en briquettes. Ce qui m'a aussitôt évoqué les Tropiques où le jus d'une noix fraîche est la plus exquise boisson à savourer pour se désalterer … Je suis donc partie de ce jus que j'ai élu liquide de dissolution pour la soude, et j'ai prolongé l'ambiance en prévoyant d'ajouter du lait de coco en poudre à la trace, avec de l'aloes en gel pour plus de douceur encore.

    Quant au parfum, j'ai fait simple: un mélange de lavandes rendu plus sexy grâce à l'huile essentielle de cananga macrophylla, plus odorant (même si moins fin, mais avec la soude, il faut parfois sortir l'artillerie lourde… )  et moins coûteux que l'ylang.

    Pour la couleur évanescente, j'ai pensé aux magnifiques savons d'un bleu céleste réussis par Chabou et même Catherine (pour le biwil et quoiqu'elle en dise, ses savons sont très beaux) grâce à l'orcanette. Comme Chabou a eu l'extrème gentillesse de m'en faire parvenir avant son départ,  j'ai suivi cette voie bleutée, pleine de surprises…

    La veille de l'opération p'tit coco, j'ai fait macérer 101 g huile d’olive bio avec deux cuilléres à café d'orcanette (non réduite en poudre, elle était en filaments) au bain marie pendant une demi heure environ. La teinte, comme l'avait indiqué Chabou était d'un beau fuschia. J'y ai ajouté le lendemain, après avoir filtré (il restait 92g):

    10g HE lavande matherone
    5g HE lavandin super
    5g HE cananga.

    Pour la dissolution de la soude: j'ai compté large, 340g de jus de coco bio.
    Soude pour un surgraissage à 5-6.

    J'avais mis le jus de coco au froid mais non au congélateur. Quand j'ai versé la soude, le liquide est devenu d’un rouge inquiétant presque luciférien et des vapeurs se sont dégagées. J'ai ouvert la fenètre en grand et attendu que ça se calme; je suppose que ce sont les particules de gras du jus de coco (pourtant quasi translucide) qui ont provoqué cette flamboyante réaction.

    Les huiles

    200g huile coco
    140g huile de macadamia
    188g huile d’olive + (les 92g restant, incorporés à la trace)
    380g karité brut

    A la trace

     20g gel d’aloe à boire
    25g de lait de coco en poudre
    92g l’huile d’olive à l'orcanette+ les He

    Lors du mélange solution de soude-huiles, la pâte a pris un ton beige pas très séduisant, mais qui a vite viré.



    Aujourd'hui, les savons démoulés penchent vers le gris souris avec un soupçon de mauve qui va probablement disparaître: les caprices de l'orcanette… Ouf, ça reste quand même chic, même si ce n'est pas franchement céleste… Je prévois donc de dorer légèrement à la feuille leur chapeau quand ils seront plus vieux.
    Le parfum: la lavande domine, mais discrètement.
    Heureusement, ils ont un toucher d'un velouté mat assez agréable.

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/boissons/cocktails/cocktail_13b.gifPS: pas de gaspillage: le reste de la briquette de jus de coco a fini en cocktail foudroyant, avec du rhum, un trait de  cointreau, du sirop de kitul et de l’ananas congelé, le tout mixé avec des glaçons au blender…  Parfait  pour trinquer à cette soirée savonnesque… quand les savons étaient encore mauve…


    33 commentaires

  • Je voulais appeler ces savons,tout simplement, Egine, du nom d'une île grecque près d'Athènes et je vais expliquer pourquoi. Mais, une fois démoulés, ils ressemblent tant à des cassates à la sicilienne (desserts glacés parfaitement crapuleux ) que j'ai modifié un peu leur nom.

    N.B.: comme j'ai décidé d'offrir -entre autres cadeaux- des savons à Noël (au moins deux à chaque fois), je me suis lancée  ce week end dans une sorte de Marathon savonnesque pour que les fournées soient prêtes à temps.


    J'ai un copain de longue date qui s'occupe d'une plantation de pistachiers sur l’île d’Egine près d’Athènes. J’ai appris qu’il cherchait diversifier l’utilisation des pistaches pour sauvegarder leur culture (et la tradition) car il y a des soucis pour les écouler (alors qu’elles sont divines… ). J’ai donc décidé, pour lui donner des idées,  de lui faire parvenir un savon à l’huile de pistache, agrémenté d’ingrédients que l’on peut trouver facilement en Grèce: huile d’olive, eau de mer bien sûr (celle que j’utilise est bretonne) et miel. L’huile de coco n’est pas locale, mais comme on utilise beaucoup de margarine pour la cuisson en Grèce, je pense qu’il pourra se débrouiller. J'en ai fait assez pour pouvoir offrir le restant. J'ai choisi de ne pas ajouter d'huiles essentielles, dont la qualité est parfois encore fluctuante à Athènes.

    J'ai acheté de l'huile de pistache chez G Detout à Paris, (marque Guénard). Elle renferme 80% d'huile vierge de pistache et 20% d'huile (de pistache toujours) raffinée, elle a un nez de fruit oléagineux torréfié. Avec cette huile, j'ai par ailleurs tenté un baume pistache-cardamome au parfum de gâteau.



    La cassate d'Egine

    A l’avance:

    -Préparer un lait de pistache à froid (pour préserver les arômes). Pour obtenir 100g de lait: mixer 11g de pistaches décortiquées (iraniennes, d'un vert magnifique, trouvées également chez G.Detout) avec 2g d’huile de pistache. Verser dans un verre, ajouter 101g d’eau déminéralisée, touiller et passer au blender. Filtrer. On obtient un lait vert pâle très joli, au goût pistaché (je compte 101g plutôt que 100g, et 11g plutôt que 10g,  pour compenser les pertes lors des transferts d'un récipient à l'autre). -Pas de photos car j'ai la manie de faire ces préparations tard le soir, et les photos au flash sont détestables.

    -Garder le résidu des pistaches broyées, le mélanger à une demi cuillérée à café de spiruline en poudre.

     Liquide de dissolution de la soude: 250g d'eau de mer (bretonne), le reste du liquide, constitué du lait de pistache, est ajouté aux huiles, (méthode préconisée par Réo sur son blog, et dont j'ai pu constater l'efficacité quand j'ai reçu le très joli savon de Denva qui avait adopté cette techique pour le fameux challenge biwil de Potions et Chaudrons). 
     
    Soude pour un surgraissage à 5-6

    300 g d'huile de coco
    650g d'huile d’olive
    50g d'huile de pistache
    100g de lait de pistache
    4 gélules de vitamine E

    A la trace

    20g de miel (dilué à un peu de pâte)
    30g d'huile de pistache

    Quand la trace apparaît, ajouter le miel et l'huile de pistache.

    Prélever un peu de pâte à savon (1/5 environ) et y diluer le mélange spiruline+ résidu de pistaches broyées, donner un coup de mixer. Couler cette pâte colorée au fond des moules; attendre un peu que ça prenne  avant de verser le reste, de couleur vanillée.


    Ces savons ont une teinte absolument  ravissante… et ils sentent la pistache grillée.




    39 commentaires

  • M'étant couchée fort tard la veille, je ne pensais pas dimanche me lancer dans la confection d'un savon… Mais au petit déjeuner, j'ai longuement discuté avec l'un de mes neveux (déjà grand… ) de passage à la maison. Passionné de chimie, il m'a appris qu''il avait déjà essayé d'observer une réaction de saponification. Je lui ai donc proposé de réaliser un savon devant lui pour lui montrer qu'on pouvait en faire -facilement- pour de vrai.

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/coolcarrot.gifJ'ai  gambergé avec ce qui me restait comme neurones après une soirée un peu arrosée. J'ai pu trouver du karité brut de brut de Côte d'Ivoire (vendu en boules, avec une  bonne odeur) dans une épicerie près de chez moi, et j'ai pu ainsi continuer le flirt rapproché que j'entretiens  avec le karité depuis le début de mon aventure savonnesque. J'ai ajouté un peu de ricin pour avoir une jolie mousse.

    En rangeant récemment (un peu… ) mes placards, j'étais tombée sur un gros flacon d'hydrolat de carotte offert par une amie…J'y ai repensé, ça a été le déclencheur. J'ai donc imaginé un savon très carotte. J'ai toujours dans mon congelateur des carottes bio en rondelles, j'en ai décongelé (la valeur d'une petite tasse). et je les ai grossièrement mixées. 

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/carotte_03.gif Avec quoi marier Miss Carotte? Je n'avais pas le temps de faire une teinture (d'autant qu'il y avait une petite course contre la montre prévue, nous nous étions attardé à déjeuner et mon neveu prenait son train assez tôt dans l'après midi…). J'ai donc reniflé mes flacons d'huiles essentielles, et j'ai choisi un duo d'épices: noix muscade-baies roses. Je les ai diluées dans un peu d'huile de macadamia dont j'aime bien le parfum léger de noisette et les vertus réparatrices. Y avait plus qu'à…

     Le karité a mis un temps fou à fondre, l'heure  tournait, le moment du départ de mon neveu approchait… Ouf…  Il a quand même pu assister à l'apparition de la trace (j'ai fait le mélange avec des huiles à un peu plus de 40°, je n'avais pas trop le choix), les ajouts et même la répartition de la pâte dans les moules avant de filer.

    Le savon s'appelle donc le C, C comme carotte, comme "C'est pour  voir", et  comme l’initiale du prénom de mon neveu, qui je l'espère, va se lancer…


                                                               Au démoulage ce matin, les petits morceaux de carotte font des auréoles…


    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/carotte_03.gif Savon CC

    295g de beurre de karité (Côte d'Ivoire et Burkina)
    168g d'huile d'olive bio
    120g d'huile de coco indienne
    35g d'huile de ricin de première pression à froid
    4 gelules vit E

    200g d'hydrolat de carotte, très froid
    Soude pour un surgraissage à 5-6

    à la trace:
    10g huile de macadamia
    5g HE muscade
    1g HE baies roses
     Une petite tasse de rondelles de carottes bio, bien froides, grossièrement mi
    xées.

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/carotte_03.gifhttp://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/carotte_03.gifhttp://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/carotte_03.gif

    29 commentaires
  • Quatrième épisode de la nouvelle série savonnesque.
    Je sais qu'on dit "la" réglisse… mais je trouve que c'est un bois dont le parfum boisé-sucré est plutôt yang. C'est donc un savon qui s'appelle Monsieur Réglisse.


    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini02.gif L'idée m'est venue avec une recette de Missand, un savon-shampoing ne contenant pas de réglisse… mais sentant la réglisse. Comme la soude modifie tout et qu'il y avait d'autres ingrédients dans la formule, j'ai d'abord essayé dans un baume le mélange d'huiles essentielles utilisé par Missand… et j'ai obtenu un  délicieux parfum de réglisse… avec une note romarin (puisqu'il y en a dans la formule). A partir de là, j'ai gambergé.


    La couleur

    Je voulais obtenir un savon foncé, dans les tons Batna (les fameux bonbons réglisse au goût si pervers que lorqu'on en goûtait un, on finissait le paquet… à l'époque où j'en avalais à la pelle). J'ai donc cherché des ajouts susceptibles d'apporter une coloration sombre.

                                                                concentration de zan

    *J'ai bien sûr pensé au zan. J'en ai trouvé du bio, sans sucre. J'ai essayé de le faire fondre dans de l'huile. Résultat nul, les zan ont frit, se sont agglomérés… mais n'ont pas ramolli.J'ai donc utilisé comme solvant une
    teinture de réglisse préparée dans cette intention (diluée dans de l'alcool et de l'hydrolat de mélisse, elle titre à 25°). J'ai procédé petit à petit, en commençant par faire fondre 5g de zan dans 10g de teinture, j'en ai rajouté 10g de plus, et comme ça ne se dissolvait toujours pas entièrement, j'ai utilisé de l'alcool à 96° que j'ai bien fait réduire et flamber. J'ai fini par obtenir 20ml d'une magnifique laque noire, brillante comme un miroir.


    *Pour diluer les huiles essentielles destinées à parfumer, j'ai également choisi un support foncé: l'huile de pépins de citrouille.


    *Je cherchais à renforcer encore cette dominante. Je me suis alors souvenue que j'avais dans mes placard des gelules d'açai, petite baie d'un palmier amazonien qui devient à la mode tant il est bourré d'anti oxydants. J'ai goûté en Amazonie des glaces à l'açai, sombres à souhait et d'un goût mélant des notes chocolatées et de mûre… un vrai délice. J'ai ouvert une gelule pour voir ce qu'l y avait dedans: un extrait d'açai sur de l'amidon sous la forme d'une poudre  chocolat…Bingo

    Le parfum

    Pour la note réglisse, Missand avait utilisé le mélange romarin+ylang+ muscade+sauge. J'ai décliné l'ylang en hydrolat pour le liquide de dissolution de la soude et en huile essentielle, en employant du cananga macrophylla, variété d'ylang considérée comme inférieure, mais qui pousse en Indonésie… son parfum me rappelle donc des voyages…
    -Pour la muscade et la sauge… j'ai gardé la muscade en huile essentielle…et j'ai zappé complètement  la sauge (un vrai oubli)
    -J'ai remplacé le romarin par un basilic saint (tulsi) qui possède des notes balsamiques, mais en plus sec.

    Les bulles

     Le destinataire du savon voulait de la mousse … J'ai légèrement modifié ma formule de base que j'aime bien, pour pouvoir ajouter 5% d'huile de ricin et 5% de beurre de cacao, au bon pouvoir " bullesque".

    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini02.gif La formule

    -100g hydrolat d'ylang
    -125g eau déminéralisée

    Pour ajouts à la trace (à préparer à l'avance):

    -20g de teinture de réglisse à la mélisse + 10g d'alcool à 96°, réduits très fortement avec  5g de zan bio. On obtient 20ml de liquide.
     
    -20g d'huile de pépins de citrouille avec 10g HE tulsi+ 40gtes HE muscade+60gtes HE cananga macrophylla, le tout mis à macérer au moins deux jours avant

    - la poudre contenue dans 4 gelules d'extrait d'açai.

    Soude pour un surgraissage à 5-6

    250g karité
    168g huile d'olive
    120g huile de coco indienne
    35g beurre de cacao
    35g huile de ricin

    Y avait plus qu'à…

    La trace est venue dans les dix secondes. J'ai donc incorporé les ajouts la spatule.

    Première étape: le liquide à la réglisse. La pâte s'est assombrie

    Deuxième étape: la poudre d'açai, diluée dans un peu de pâte à savon, a viré au noir. Quand je l'ai mélangée au reste, la teinte générale est devenue marron.

    Troisième ajout: les huiles essentielles… abracadabra… tout a … éclairci de deux diaph, comme on dit en photo.


    Au démoulage aujourd'hui, le savons affichent quand même une belle teinte marron caramel, un peu plus sombre que sur la photo prise au soleil, …  c'est presque la couleur des bonbons Batna… Quant au parfum, la note réglissée me semble au rendez-vous…

    http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini02.gif Liens

    *Gourmand: la recette, en brésilien, d'une glace à l'açai
    ici
    * L'article de wikipedia sur l'açai
    ici
    *Vertus, en application externe, de la réglisse à lire dans cet article ici



    21 commentaires
  • Emportée dans la grisante aventure savonnesque, je ne voulais pas attendre trop longtemps avant de tester un ingrédient quasi -obligatoire en raison du nom même de ce blog: le petit pois
    J'ai regardé: pas l'ombre d'un savon au petit pois sur internet… une occasion de plus pour me lancer dans le vide.


    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/petitpois_02.gif Choisir le petit pois n'est pas seulement un clin d'œil au conte d'Andersen. C'est un légume bourré d'oligo éléments, de vitamines B qui résistent bien à la cuisson et donc à la soude… et ne peuvent que faire du bien à la peau.

    Mais avec qui le marier? A l'anglaise, avec de la menthe, c'était une évidence d'autant que Michèle m'avait indiqué un jour que l'hydrolat de menthe résistait bien à la soude. Or je cherche toutes les substances -autres que les HE- capables de doper le parfum d'un savon. Une union si sage et attendue avait besoin d'un peu de piment. Comment la dynamiser sans tout flanquer en l'air? J'ai pensé à la myrrhe… d'où le nom orientalisant de ce savon. 

    Pourquoi elle? D'abord parce qu'elle est considérée comme un bon fixatif d'odeurs, comme le benjoin que j'aime bien mais dont je trouvais la rondeur vanillée trop douce pour ma composition champêtre. La myrrhe a un parfum chaud, résineux, un peu sombre, qui me semblait intéressant. Par ailleurs, traditionnellement, on la considère comme un bon anti inflammatoire aux propriétés antiseptiques.
    J'ai choisi la poudre de myrrhe plutôt que l'HE… et c'est là que les choses se sont corsées. J'avais lu sur le net que chauffée dans l'huile (j'ai utilisé du jojoba, stable à la chaleur), elle se dissolvait sans problème… je peux témoigner, c'est faux… J'ai aussi tenté de la faire fondre dans une teinture alcoolique à froid puis à chaud, sans résultat. J'ai donc décidé d'utiliser mes essais en les incorporant à d'autres ingrédients.

    Les huiles

    J'ai commencé à utiliser mon premier savon dont j'apprécie beaucoup la douceur et la tenue. J'ai donc gardé la formule de base en l'aménageant un peu pour va
    rier les plaisirs; j'ai cherché des huiles dont le coefficient de dureté se rapprochait de celui du karité (116) … et j'ai trouvé l'huile de noix de macadamia (119), recommandée pour les peaux sèches et fragiles mais à l'odeur assez forte, qui avait néanmoins toutes les chances de s'évanouir lors de la saponification. 


    Le liquide de dissolution de la soude

    J'ai choisi de mélanger deux hydrolats de menthe: poivrée et douce, au parfum plus chewing gum. Et je les ai mélés à la teinture de myrrhe.J'ai d'abord réduit au maximum sur le feu 10g de teinture de géranium (à 45°) avec 1g de myrrhe et quand il n'est plus resté que la poudre mouillée, je l'ai filtrée à plusieurs reprises avec les hydrolats qui se sont colorés en brun. Leur odeur s'est infléchie. J'ai coupé avec de l'eau.  Même s'il n'y avait manifestement plus d'alcool après cet épisode, quand j'ai versé mon mélange de soude dans les huiles, la trace est  apparue sur le champ.

    Les ajouts

    * J'ai utilisé l'HE de menthe douce et je l'ai arrondie avec de la lavande. J'ai préparé le mélange à l'avance pour que les parfums puissent s'entrelacer et j'ai utilisé comme support de l'huile d'avocat (anti peau-sèche et de couleur verte… )

    * J'ai prévu d'incorporer de la spiruline pour renforcer le ton
     

    * J'ai décongelé 60g de petits pois bio de Picard (exquis, j'en fais une grande consommation … à table). Je les ai mixés en les détendant avec l'huile de jojoba à la myrrhe déjà préparée et obtenu une purée un peu grossière.  J'ai mis le tout à congeler en glaçons.


    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/petitpois_02.gif Le vizir des pois


    A préparer à l'avance

    *dans 10g huile d’avocat:
    10g HE lavande matherone
    5g HE menthe douce

    *dans 10g d'huile de  jojoba, 1g poudre de myrrhe.

    *60g petits pois bio décongelés, mixés avec l'huile de jojoba à la myrrhe, puis mis en glaçons

    -dans 10g teinture de géranium à 45° 1g de poudre de myrrhe, réduit complètement chauffé et flambé

    Liquide de dissolution

    75g hydrolat menthe douce
    50g hydrolat menthe poivrée
    avec la teinture de myrrhe réduite filtrée deux fois avec les hydrolats, le tout mis à congeler en glaçons
    101g eau déminéralisée gardée au froid.
     
    Huiles et beurres

    240g karité
    80g huile de macadamia
    168g huile d'olive
    120g huile de coco
    vitamine E

    soude pour un surgraissage à 5-6% 
     
    A la trace

    -½ cuill à café de spiruline diluée dans un peu de pâte à savon
    - les glaçons de petits pois, à incorporer à la spatule 
    - les huiles essentielles diluées dans l'huile d'avocat

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/legume/images/petitpois_02.gif Pour l'instant, le Vizir des pois sent la menthe… et son mouchetage petit-pois est très vert…




     


     

    28 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique