• Soupe de tomate à l'indienne (à la menthe et avec un soupçon de lait de coco)

     

    D'une douceur surprenante, elle vaut l'effort même si elle se révèle un peu longue (en temps plus qu'en efforts) à préparer. Bonus: elle ne nécessite que peu d'ingrédients.

     

    Je l'ai découverte au BBR, petit resort ayurvédique du Kérala. Je l'ai refaite à mon retour à plusieurs reprises pour la mettre au point à ma façon. Une cuisson longue et l'ajout de lait de coco lui donnent une irrésistible suavité.

     Pour deux affamés

    4 tomates (+ éventuellement un ou deux morceaux de tomates d'été surgelées)

    4 verres d'eau+ eau à rajouter en cours de cuisson

    2 gousses d'ail

    une cuillerée à soupe de feuilles de curry

    sel poivre

    1 grosse cuillerée à soupe de ghee (beurre clarifié, recette ici) ou d'huile de coco vierge+ 1 cuil à café de ghee ou d'huile de coco à la fin

    une cuillerée à soupe de feuilles de menthe sèche

    3 cuillerées à soupe de lait de coco

    éventuellement un soupçon de sucre en poudre

     

    Soupe de tomate à l'indienne (à la menthe et avec un soupçon de lait de coco)

    Soupe déjà mixée avec les feuilles de menthe séchée qui macèrent. On voit sur les parois, les traces de la réduction de la soupe

    *Ebouillanter les tomates pour pouvoir les peler facilement, les couper en gros quartiers et ôter les pépins. Comme nous en sommes au début de la période des tomates, elles sont parfois un peu acides. Pour adoucir, j'ajoute un ou deux morceaux de tomates pelées surgelées, récoltées en plein été.

    * Faire revenir dans le ghee (ou l'huile de coco vierge pour les Vegan… )  l'ail coupé en lamelles fines et les feuilles de curry. Ne pas faire noircir l'ail.

    * Ajouter l'eau et les morceaux de tomates écrasées grossièrement avec le dos d'une cuillère, si la texture est très ferme,  couper en plus petits morceaux. Saler.

    * Laisser mijoter à petit feu pendant une heure et demi au moins. Goûter pour vérifier le sel. Ajouter éventuellement un soupçon de sucre si c'est trop acide.

    * En cours de route, il faudra ajouter de l'eau (bouillante) pour éviter une trop grande réduction (il faut qu'il en reste à la fin quand même!)

    * Le plus long maintenant: ôter une à une les feuilles de curry, trop fortes en goût quand on va mixer.

    *Ajouter une cuillerée à café de ghee ou d'huile de coco.

    * Mixer finement. On obtient une soupe d'un très beau rouge doux.

    * Ajouter les feuilles de menthe séchée et laisser macérer au moins une demi-heure à couvert sans chauffer, ce qui va donner un léger goût de menthe, présent mais pas dominant. Les feuilles fraiches donnent un résultat moins subtil.

    * Juste avant de servir, ajouter le lait de coco, touiller et réchauffer.

    * Régalez vous.

     

    Préparation du lait de coco

    J'en prépare quand j'ai le plaisir de trouver de la coco fraichement râpée. En Asie en effet, le lait de coco est toujours fabriqué à partir de la pulpe fraiche, jamais avec de la coco séchée.

    Quand on fait sécher la pulpe de coco (appelée coprah), c'est pour fabriquer de l'huile après pressage. On la coupe alors en tronçons. En Asie, la noix de coco séchée râpée est surtout utilisée en pâtisserie.

     

    Soupe de tomate à l'indienne (à la menthe et avec un soupçon de lait de coco)

    Tronçons de coco mis à sécher (Kérala )

     

    Soupe de tomate à l'indienne (à la menthe et avec un soupçon de lait de coco)

    Séchage du coprah (pulpe séchée) dans une fabrique artisanale d'huile de coco (Kérala)

     

    A mon goût, la pulpe séchée, même réhydratée, fait perdre au lait de coco que l'on peut fabriquer avec, la note fraiche au parfum si doux d'un vrai lait de coco.

    Si je ne peux pas avoir de la coco fraichement râpée, j'utilise du lait de coco surgelé en petits galets de Picard, délicieux et léger.

     

    Soupe de tomate à l'indienne (à la menthe et avec un soupçon de lait de coco)

    Préparation du lait de coco à Koh Phdao, au Cambodge. La cuisinière a glissé hygiéniquement sa main dans un sac plastique pour presser le coco emprisonné dans un torchon

     

    L'an dernier au Cambodge et cette année dans le Kérala, je me suis régalée à observer en cuisine la fabrication du lait de coco.

    Quand les noix sont archi-fraiches, la coco râpée est mise dans un linge simplement mais fermement tordu et un lait un peu épais et très blanc en coule. Ensuite, la cuisinière va rajouter un peu d'eau à la pulpe déjà pressée et represser, ce qui va donner un lait plus léger, et ainsi de suite jusqu'à épuisement des sucs. On peut mélanger les pressions, on utiliser l'une ou l'autre selon les préparations… et les budgets.

    En France, la noix râpée, même fraiche, est quand même bien moins juteuse qu'en Asie.  Je rajoute donc un soupçon d'eau pour faciliter le pressage dans un torchon propre. Si l'on tient absolument à mixer au blender, il faudra ensuite une passoire très fine pour filtrer afin d'obtenir un vrai lait… ou alors utiliser un torchon.

     

     


     

     

     

    « Légumes sautés avec coco (plus quelques adresses parisiennes pour ingrédients gourmands… pas simples à trouver)Les recettes secrètes de mon herbaliste: un livre pour (bien) s'initier à la phytothérapie »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Avril 2015 à 14:26

    Hum, cette recette me tente bien ; est-ce que c'est moins bon en soupe froide ?


    Merci pour ces belles photos Venezia, c'est toujours un plaisir.

    2
    Dimanche 19 Avril 2015 à 15:05

    Catherine,


    Comme il y a un peu de gras(cuit) dans cette recette, c' est meilleur chaud et le goût n'a rien à voir avec un gaspacho.

    3
    Dimanche 19 Avril 2015 à 15:22

    Oui, c'est logique... merci Venezia.

    4
    Dimanche 19 Avril 2015 à 16:54

    Venezia, très appétissante cette recette de soupe de tomate ! Miam ! Miam !

    très intéressantes tes explications sur le lait de coco et merci beaucoup pour ce très bel article qui me fait voyager.

    5
    gingembre
    Lundi 20 Avril 2015 à 09:39

    Merci pour cette recette qui me met l'eau à la bouche :)

    Et pour cet article joliment illustré. A te lire, j'apprends toujours et j'adore !

    Tu es une belle tentatrice...

    6
    patsch
    Lundi 20 Avril 2015 à 10:47

    Après avoir mixé la coco au blender , on peut la passer à la centrifugeuse .Bon , ça fait beaucoup de choses à laver ensuite... c'est un choix . Elle me tente aussi cette soupe tomates-menthe-coco , miam ! J'arrive...

    7
    Lundi 20 Avril 2015 à 13:42

    Oh le régal..................Miam miam, ça sent bon chez toi, merci , (en plus, c'est documenté!)je ferai ça bientôt!!!

    8
    chabou
    Mardi 21 Avril 2015 à 09:29
    Excellente idée cette soupe mais pour moi sans les feuilles de curry !
    En contrepartie, je t'envoie un peu de Gudéc au jackfruit si bon dans la rue à Djodjia. Bisous
    9
    Mardi 21 Avril 2015 à 10:45

    Merci pour ce voyage gourmand avec plein d'informations alléchantes.

    Je me demande pourquoi une cuisson si longue est nécessaire pour les tomates en soupe? Est-ce pour corser le goût?

    Au Bénin, nous consommons beaucoup de sauces à base de tomate et la cuisson très longue se justifie pour l'une d'entre elles qui est presque un condensé de tomates, oignons, huiles et épices.

    Du coup on n'allonge pas. Au contraire, le but est de déshydrater au maximum les tomates.

    On devrait lancer un défi coco cosmétique avec toutes ces infos!

    10
    chabou
    Mardi 21 Avril 2015 à 12:30
    Je viens d'apprendre que mon prénom veut dire "chair de noix de coco" ici ! Ça doit être pour ça que je l'aime tant.
    11
    Mardi 21 Avril 2015 à 16:27

    @Colchique,

    Je suis fan de très longue date du coco sous toutes ses formes, donc dès que peux observer ce qu'on en fait in situ, je ne me prive pas!

    @Gingembre,

    la recette est simple et m'a beaucoup plu car  elle est minimaliste

    @Patsch,

    La technique que tu suggères me semble astucieuse, mais je n'ai pas de centrifugeuse, et tu as raison, après il y na l'opération lavage. c'est pourquoi je zappe le blender et privilégie… le torchon  qui va aussitôt à la machine.

    @Anne,

    Je pense que tu vas te régaler, d'autant que la vraie saison des tomates se profile à l'horizon.

    @Chabou,

    ça y est! Tu es à Jodja, veinarde ! Régale toi bien… chère "chair de noix de coco"

    @Michèle,

    En Inde, ils ne rajoutaient pas d'eau. j'ai été obligée de le faire lors de mes deux essais successifs, sinon je n'aurais plus rien eu à servir!

    Pourtant, j'étais partie avec pas mal de tomates au départ, mais  moins juteuses qu'au Bénin ou qu'en Inde.

    Par ailleurs, je n'ai pas pu m'empêcher de goûter en cours de route, et c'est vrai que la cuisson longue provoque une alchimie qui apporte beaucoup de douceur. Ce qui est contraire à ma façon de cuisiner habituelle, puisque je cuis très peu mes soupes, mais dans ce cas, cela vaut le coup. J'ai deux autres recettes de soupe à tester sur ce principe.

     

     

    12
    Sylvie
    Mardi 21 Avril 2015 à 21:51

    Belle recette ☺j aime aussi la coco dans les flans par exemple.

    je pense qu en faisant cuire les tomates longtemps cela donne de l onctuosité, je vai me procurer du lait surgelé ,le lait en brique n est pas terrible

    13
    Jeudi 23 Avril 2015 à 19:58

    Je l'ai faite ; je n'avais pas de feuilles de curry, je sais que ce n'est pas pareil mais j'ai ajouté un peu de curry en poudre, malgré tout j'ai trouvé cette soupe délicieuse, un vrai régal.

    14
    Jeudi 23 Avril 2015 à 22:17

    @Sylvie,

    Flan au coco, j'adore!  J'ai sur le blog une recette de riz au lait de coco dont je raffole, je te mets le lien:

    http://princesseaupetitpois.eklablog.com/riso-gallo-a-la-thai-a109009826?noajax&mobile=0

    @Catherine,

    je suis ravie que tu aies testé, et encore plus contente que ça t'ait plu! Je trouve que le goût est vraiment très différent d'un gazpacho

    15
    Vendredi 24 Avril 2015 à 13:43
    Aurélie

    Merci pour l'association de ces deux parfums. La tomate étanche la soif, je préparerai cette soupe en pensant à toi. La noix de coco en copeaux est recommandée plutôt que râpée quand il n'est pas possible d'en trouver de la fraiche. Même si c'est nourrissant, je l'accompagnerai de deux galettes de riz car l'estomac est un muscle exigeant des aliments liquides et solides pour bien fonctionner (en plus ça nous fait de jolis abdos naturels).

    16
    Vendredi 24 Avril 2015 à 16:42

    @ merci pour l'idée de la noix de coco en copeaux. Il faudrait que je vois où en trouver…

    Pour la soupe à la tomate, c'était juste le premier plat d'un menu à l'indienne, (avec poulet masala et riz au ghee et aux noix de cajou qui suivait) donc, j'ai fait léger comme accompagnement…

     

    17
    Mercredi 29 Avril 2015 à 15:22

    On reconnaît immédiatement la délicatesse, celle que tu mets dans toutes tes préparations, et merci beaucoup et pour la recette et pour les photos :-)

    Le jour où tu as posté cette belle soupe et que j'ai eu le plaisir de la lire, je me suis beaucoup amusée car je devais faire à manger pour huit personnes (avec le soir) et j'ai préparé un "faux" couscous aux légumes (faux en ce sens que j'ai mouillé le couscous, je ne l'ai pas laissé gonfler avec la vapeur) , raisins et poix chiche. Avec des tomates bien sûr ... Et je me disais que la délicatesse ce ne pouvait pas être pour mes repas de tous les jours avec tout ce monde à faire manger, que j'y passerai ma vie :-(

    Mais toutes tes recettes sont inspirantes et j'apprends toujours des choses intéressantes, ici par exemple, les feuilles de curry. Cela doit être effectivement très goûteux.

    Bises d'une Genève absolument idyllique, avec vue depuis mon bureau sur les azalées et les rhododendrons  en fleurs ...

    18
    Jeudi 30 Avril 2015 à 18:00

    Non seulement cela parait délicieux mais en plus tu nous fais rêver et voyager. Merci !

    19
    Dimanche 3 Mai 2015 à 16:52

    @Ma chère Irène,

    J'ai déjà préparé cette soupe à la tomate pour 10 personnes sans souci. Tu penses pouvoir trouver des feuille de curry à Genève? Sinon, je t'en poste!

    @Ariaga,

    Cuisiner me fait voyager devant me casseroles…

     

    20
    Lundi 4 Mai 2015 à 18:09

    Je te dirai si je trouve des feuilles de curry ici. J'ai préparé mon huile d'olive au curcuma yes, mais tu sais je l'ai déjà utilisé sous pas mal de formes données par mon naturopathe ...  J'en ai mis sur des tomates fraîches, justement, et c'était très bien.

    21
    mlk
    Mercredi 6 Mai 2015 à 12:25
    Ça donne envie. Mais, je crois bien ne pas supporter l'acidité de la tomate, sauf quasie confite et réduite. Le lait de coco compense bien, je suppose sans l'aberration culinaire d'ajout de sucre. J'ai trouvé un coulis de tomates Déméter dans lequel ne pointé nul acidité qui me convient en hiver. Tu devrais nous raconter tes nombreuses expériences autour du coco, un de tes incontournables cosmétoculinaire.je n'ai pas reçu notification aussi pour cet article
    22
    Jeudi 7 Mai 2015 à 12:02

    @Irène,

    Le curcuma n'est efficace vraiment qu'à hautes doses, donc si tu supportes, tu peux y aller!

    @Mlk,

    Cette soupe est très très douce et ce mode de cuisson ôte toute acidité à la tomate!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :