• Teintures alcooliques (suite)

    Pour une récente production savonnesque lié à un défi lancé par Michèle sur le blog collectif Potions et chaudron -je vous engage vivement à découvrir les merveilleuses inventions de celles qui se sont lancées dans l'aventure "biwil" ( deux huiles. Le défi: utiliser deux huiles seulement, aucun ingrédient d'origine animale, pas d'huile essentielle… ) j'ai fabriqué des teintures pour tenter de parfumer ma pâte à savon coco-sésame. Je dis: tenter car pour l'instant, le résultat reste discret, alors que les teintures sont particulièrement odorantes.J'avais déjà réalisé d'autres teintures pour de précédents savons.

    Lors de ces fabrications expérimentales, j'ai fait quelques observations qui peuvent être utiles à celles qui voudraient se lancer.

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/boissons/cocktails/boiss003.gifJ'avais déjà évoqué quelques teintures alcooliques ici avec
    -de la racine de  ginseng et de l'hydrolat de rose
    -de la racine de réglisse et de l'hydrolat de mélisse
    -du lyciet, essai raté car je n'avais pas écrasé les fruits et la teinture est restée claire.

    Je fais aussi, régulièrement, de la teinture de vanille que j'utilise surtout dans les desserts (et parfois en cosméto), des teintures de fleurs (jasmin et bruyère notamment), de thym ( antiseptique), de myrrhe (pour les gencives), etc;  

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/boissons/cocktails/boiss003.gifJ'ai essayé une nouvelle série, à base de résines, partant du principe, peut être hasardeux, que si la teinture de benjoin est un excellent fixatif de parfums, d'autres résines pouvaient jouer le même rôle.

    J'ai donc préparé:

    -d'abord, de la teinture de résine de mastic grec pour le biwil. Les grains de mastic sont délicieusement parfumés; ils sont vendus en Grèce pour être mâchés comme de la gomme de propolis (pour un effet haleine fraîche). 

                                                           Au premier plan, teinture de vanille, au fond, teinture de mastic au safran, toute deux utilisées pour le savon du biwil


    J'ai calculé pour avoir un support alcoolique à 90° (alcool à 96° dilué à l'hydrolat de rose) avec 5g de résine pour 50g d'alcool à 90°. Ça s'est dilué sagement en une dizaine de jours; comme il restait un résidu, j'ai touillé avec une baguette, et j'ai découvert alors que le liquide était très… résineux, donc collant à souhait; j'ai redilué à moitié avec de l'hydrolat de fleurs d'oranger et ça a précipité en un blanc très laiteux. 
    Pour augmenter le parfum, j'ai décidé d'ajouter du safran. Quand j'ai touillé pour homogénéiser au bout de quelques jours, j'ai constaté que si le liquide etait devenu d'un jaune magnifique, les filaments s'étaient agrégés en une pelote irrécupérable (je pensais incorporer le safran à la pâte à savon). …

    -une teinture avec de la résine de galbanum, trouvée dans la plus ancienne herboristerie romaine lors d'un récent voyage italien. L'HE de galbanum est une note de fond réputée dans les compositions parfumées. J'ai fait tremper un morceau (5g pour 50g de liquide) dans de l'alcool à 96°.
                                                           C'est très beau à contempler au fil des jours, le morceau s'affine peut à peu jusqu'à ressembler à  un squelette cristallin de résine


    Après filtrage, le liquide coupé avec de l'hydrolat de rose pour diminuer la concentration de moitié a précipité. J'ai obtenu un lait immaculé que j'ai essayé en vain de congeler pour voir si je pourrais ensuite l'éclaircir après re-filtrage. Mais rien n'a bougé. Le résultat est aussi très odorant.

                                                  "Lait" de galbanum


    J'ai également lancé une teinture d'encens d'Oman (grains offerts par Michèle), mais j'ai coupé de moitié avec de l'hydrolat de rose avant de mettre à macérer pour sauvegarder la limpidité de la teinture (macération à 45°)

                                                  Démarrage de la teinture d'encens, légèrement voilée


    En effet, si l'on veut garder un liquide limpide, il faut faire la dilution alcoolique avant de commencer la macération.

    Ces teintures sont très parfumées. Je les utilise à hauteur de 5% maximum dans des cremes corporelles, dans les baumes grâce à la recette de Mlk (j'ai fait récemment un baume avec une teinture de griffe de chat offerte par Chabou) et, bien sûr dans les savons, sans que, pour l'aventure savonnesque, le résultat ne soit encore à la hauteur de mes espérances.
    Je compte aussi me lancer dans des teintures pour exploiter la couleur des fleurs car Mlk m'a offert un "baume pour filles" ravissant, d'un rose très bubble gum dû à une teinture glycéro-alcoolique de fleurs d'hibiscus.

    Le choix du degré alcoolique et des concentrations: je me suis inspirée des indications qui figurent sur le catalogue de Baldwins, mais je pense, après expérimentation, qu'il faut peut être diluer plus (ou concentrer moins) pour ne pas obtenir quelque chose de trop collant, très difficile ensuite à manipuler.

    http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/boissons/cocktails/boiss003.gif
    Lien
     
    Chez Avicenna, ici:
    la liste des teintures proposées avec degré d'alcool, concentration, mode de macération choisi.

    Ainsi, pour l'une des variétés d'encens (boswellia serrata, un encens indien utilisé pour ses propriétés anti inflammatoires) c'est une macération à froid dans de l'alcool à 90° et à 1:3 (c'est à dire une part d'encens pour 3 de liquide).

    NB: je possède vieux "manuel pratique du distillateur " ( d'Edouard Robinet, Paris, ed. Bernard Tignol, librairie de l'école centrale des arts et manufactures, sans date de publication, sans doute fin 19° siècle, voir ici) acheté il y a une quinzaine d'années dans une brocante. Dans le chapitre consacré aux teintures, les macérations alcooliques se font très souvent dans de l'alcool qui titre à 85° pour les matières dures, et à 65° pour les substances végétales plus souples (feuilles, tiges). 



    « Parfum pur vetyverBaby biwil: un savon jaune pâle »

  • Commentaires

    1
    Lundi 20 Octobre 2008 à 01:18
    Malgré les petits verres à cocktail qui parsèment ton article, je ne boirais pas de tous ces breuvages laiteux, voilés ou orangés...Mais au nez, que toute cela doit être plaisant...
    2
    Mardi 21 Octobre 2008 à 08:49
    Je me souviens aussi du lait virginal que je préparais quand j'étais gamine avec de la teinture de benjoin… ce qui m'a interessé, c'est de constater qu'en diluant l'alcool avant, les résines (qui n'ont pas eu le temps de se diluer)  précipitent peu.
    3
    Mardi 21 Octobre 2008 à 08:50
    J'ai adoré cette herborsterie , mais mieux vaut gamberger avant  pour savoir ce qu'on veut… pour le galbanum, j'ai eu du pot: le "tiroir à galbanum" était juste à hauteur de mes yeux, c'est ce qui m'a donné l'idée de demander…
    4
    Mardi 21 Octobre 2008 à 08:55
    C'est passionnant de voir la diversité des résultats avec une simple teinture... j'imagine déja les effluves délicieuses qui embaument chez toi. Moi qui souhaite explorer de nouvelles pistes parfumantes, tu m'ouvres tout un monde.

    Patte, tu ne trouves pas l'écorce de griffe de chat en filaments? Celle-ci devrait être facile à réduire en poudre. Mais on ne parle peut-être pas de la même griffe de chat, il me semble qu'il y a une variété européenne. 
    5
    Mardi 21 Octobre 2008 à 10:06
    Je recommence- en résumant-, ayant perdu le commentaire…

    je préfère les teintures lacooliques pour la vanille que j'utilise en patisserie surtout, ça m'évite d'avoir à mettre des conservateurs et comme il y a beaucoup de gousses, le parfum ne sent pas l'alcool.

    La teinture de galbanum sent la résine,celle de griffe du  cht, très concentrée, est un cadeau de Chabou; il fudrait lui demander le making of
    6
    Mardi 21 Octobre 2008 à 10:07
    Hum, tu as raison pour les petits verres, je vais peut être les changer… mais je les trouvais jolis et je touille beaucoup mes résines…
    7
    Mardi 21 Octobre 2008 à 10:46
    ma chère Chabou dans la mousson,

    Après quelques recherches, il semblerait que ta plante mystère soit tout simplement… de la marjolaine.
    8
    Mardi 21 Octobre 2008 à 10:47
    J'ai de l'extrait CO2 de thé vert qui se présente sous une forme un peu pâteuse… et qui sent le thé vert.
    9
    Mardi 21 Octobre 2008 à 10:48
    Je pnse que faire une teinture est très gratifiant car le parfum sort plus que sur une macératon huileuse.
    10
    Mardi 21 Octobre 2008 à 10:50
    J'ai une "HE" d' encens achetée en Egypte un peu laiteuse aussi . La teinture de ton encens   d'Oman sent déjà très bon. 
    11
    Mardi 21 Octobre 2008 à 19:44
    oui  garancia semble un vrai philtre
    12
    Samedi 14 Février 2009 à 15:37
    kikou,, es que je peux te demander un conseil , voila j ai une recette pour faire de la teinture de violette mais je me demande a quoi elle peux bien servir,,,,merci,,,
    joyeuse st valentin
    13
    Samedi 14 Février 2009 à 18:22
    Bonjour Flora,

    Si tu as mis un alcool que l'on peut boire (alccol pour furit ou vojka par ex. ) tu peux déjà t'en servir… dans les desserts. Sinon, tu peux en mettre à hauteur de 5% dans une creme pour le corps, ou à hauteur de 2% dan la phase aquesue de ton démaquillant (si tu supportes l'alcool sur la peau bien sûr).
    14
    mlk
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:39
    Venezia, je suis heureuse de cette suite
    un gisement bien fécond sous tes doigts
    Je trouve aussi que les teintures permettent d'infinies compositions très gratifiantes et pour moi très ludiques
    La teinture de benjoin, je pense précipite toujours d'ou ce fameux "lait virginal" des anciens? Merci pour les liens aussi que je vais éplucher pour calibrer un peu plus thérapeutiques
    A bientôt
    15
    mlk
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:39
    Entrer dans cette Herboristerie Romaine et la respirer
    cela doit être quasi "religieux" et apaisant... J'irais un jour
    16
    patte
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:39
    passionnant. J'ai fait bcp de Tm cette année mais pour utiliser par voie interne
    Pour la vanille, je n'ai pas trouvé meilleurs résultats qu'avec un extrait glycériné. Très fin. Beaucoup plus qu'une huile infusée de vanille ou de tm...dont il reste tjs un arrière fond d'alcool !

    Ton extrait de galbanum, après dilution, est proche de l'he en tant que senteur ?
    Pour l'hibiscus, c'est devenue une habitude d'intégrer un EG de cette fleur dans un baume ou une crème corporelle quand c'est pour un cadeau. C'est séduisant à offire. Mais là encore, un simple EG...sans alcool (smiley clin d'oeil à Mlk !)

    J'ai eu des pbs pour faire une TM avec la résine propolis..A te lire, c'est donc qu'il faut ensuite une dilutation avec un Ha ?
    Le baume à l'extrait de griffe de chat : pour des douleurs inflammatoires ? Je crois qu'elle est surtout préconisée pour les infections hivernales, les déficiences immunitaires.
    Je voulais en effet en faire une Tm mais pas facile de réduire cette écorce en poudre (enfin, disons en morceaux les plus petits possibles pour l'extraction) : j'ai foutu en l'air un mixeur avec elle !
    Merci Princesse pour ce partage de tes dernières expériences


    17
    chabou
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:39
    Cet article est une mine d'or, chère Venezia ! Je recherche toujours un maximun d'informations avant de me lancer dans une teinture et tes expérimentations sont un régal pour moi. Je note, je note ... merci
    Au fait, ma plante odorante et inconnue, n'est récoltée que pendant trois mois (janvier, février, mars) et j'ai des indices : un papé indien qui vend des encens dans le marché et qui parle bien français m'a dit qu'il s'agissait de Marikozhunthu, je ne doute pas que tu trouves la traduction très vite.
     J'attends donc le mois de janvier pour en être sure car les encens et les parfums faits avec ne me rappellent pas l'odeur sublime de mes teintures et macérations de l'hiver dernier. Et je suis un peu déçue de ne pas avoir trouvé toute seule, ma seule excuse, c'est que l'odeur puisse être différente d'un continent à l'autre. En tout cas, mon intuition était bonne, on peut l'utiliser sans risque dans les savons et les cosmétiques, et c'est une bonne plante médicinale.
    bises moussonnées(donc très humides;o))
    18
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:39
    C'est toi et toutes ces personnes formidables que je devrais remercier pour votre participation à ce biwil qui a été un ravissement presque quotidien!

    J'admire toujours le caillou sans me résoudre à me mettre à tremper. Ton flacon donne pourtant envie de contempler le squelette à l'intérieur du cristal.

    En regardant le site de l'antica erboristeria romana, je suis tombée sur de l'absolue de thé noir, blanc ... dans la liste des HE. Etonnant non?

    Les résines odorantes constituent aussi un monde à explorer. Quelle stimulation!



    19
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:39
    J'ai testé ce filtre à sa sortie:
    http://www.beaute-test.com/philtre_legendaire_et_centenaire_garancia.php

    Il est peut-être proche de ton lait virginal. J'en ai déjà écrit la formule très facile à reproduire et j'en ai diminué la proportion d'alcool.

    je pense que le lait d'encens de Blue acheté en UK est fait de cette manière là puisque els résines précipitent avec l'ajout de phase aqueuse non alcoolisée.
    C'est palpitant!.
    20
    michele
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:39
    "Philtre" évidemment même si on a besoin d'un "filtre" pour faire ces teintures...
    21
    mlk
    Vendredi 15 Août 2014 à 22:39
    Ce Garancia, est très passionnant et insolite
    Je vois un sérum à base de venin de serpent
    Ils jouent à fond la carte abracadabra
    C'est Chabou au pays des charmeurs de serpents qui va s'amuser
    Merci venezia et Michèle
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :